topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)



Pour le fil complet des informations : Cliquez sur "Toute l’actualité" [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

NKURUNZIZA III : ENVERS ET CONTRE TOUS ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
                                   Toute l'actualité

25.08.2015

  

Lprésident burundais Pierre Nkurunziza a nommé le premier Gouvernement de son 3ème mandat controversé, largement composé de fidèles et dominé par des durs, alors que son pays est plongé dans une grave crise politique, selon un décret publié mardi. La nouvelle équipe de 20 ministres (8 Tutsis et 12 Hutus), largement renouvelée (seuls six reconduits et cinq issus de la formation de l'ancien opposant Agathon Rwasa), est surtout marquée par le retour au ministère de la Sécurité publique d'Alain-Guillaume Bunyoni, acteur-clé du système sécuritaire du régime, considéré comme un dur au sein du premier cercle restreint autour de M. Nkurunziza. La prestation de serment des membres du nouveau Gouvernement a eu lieu ce mardi 25 août 2015. [Photo : Autour du président de la République, les deux Vice-présidents, les vingt ministres et le Secrétaire général du Gouvernement] LIRE LA COMPOSITION DE NOUVEAU GOUVERNEMENT 



24.08.2015

Les coups de barres de fer et les brûlures à l’acide figurent parmi les méthodes de torture mises en œuvre par les forces de sécurité du Burundi en vue d’extorquer des « aveux » et de réduire au silence la dissidence, écrit Amnesty International dans son rapport publié lundi 24 août 2015. Cette synthèse, intitulée « "Dites-moi ce que je dois avouer " Torture et autres mauvais traitements perpétrés par les forces de police et le service des renseignements burundais depuis avril 2015 » présente les témoignages poignants de victimes de torture et d’autres mauvais traitements infligés par les forces de sécurité. Elle met en évidence une forte hausse du recours à la torture au Burundi depuis avril 2015. Lire les détails



21.08.2015

  

Le président du Conseil national pour le respect de l'accord d'Arusha et la restauration d'un Etat de droit au Burundi (CNARED), l'opposant historique en exil Léonard Nyangoma, a annoncé jeudi la mise en place d'un Bureau du CNARED, composé de leaders issus des partis politiques d'opposition, d'activistes de la société civile, d'anciens Vice-présidents de la République, d'anciens présidents du Parlement et d'anciens chefs d'Etat du Burundi. Lire les détails




21.08.2015

 Le président burundais Pierre Nkurunziza (photo, centre), officiellement installé ce jeudi dans ses fonctions pour un 3eme mandat, a nommé ses deux nouveaux Vice-présidents, qui ont directement été approuvés par les deux chambres du Parlement, et juste après prêté serment. Le Premier Vice-président est M. Gaston Sindimwo (photo, à gauche), il était Secrétaire général du parti UPRONA aile reconnue par le pouvoir. Le Deuxième Vice-président est Dr Joseph Butore (photo, à droite), il était ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, il est un cadre du parti au pouvoir CNDD-FDD.



20.08.2015

Le président burundais Pierre Nkurunziza a prêté serment jeudi à Bujumbura pour un troisième mandat controversé, dont la conquête a plongé son pays dans une crise politique émaillée de violences meurtrières. C’est lors d’une cérémonie surprise, annoncée à la dernière minute, que Pierre Nkurunziza a prêté serment pour la troisième fois en tant que président de la République. L’événement a eu lieu au Palais des Congrès de Bujumbura, aucun chef d'État étranger n'était présent. Cette cérémonie survient alors que le pays sombre chaque jour davantage dans la violence. L’opposition, qui qualifie sa réélection d’«illégale », avait prévenu que Pierre Nkurunziza ne serait plus légitime une fois qu’il aurait prêté sermentLire les détails




15.08.2015

 Le Colonel Jean Bikomagu, un ancien chef d'état-major de l'armée burundaise, a été tué ce samedi 15 août dans une attaque à Bujumbura. A la tête de l'armée tout au long de la guerre civile (1993-2006) contre les anciens mouvements rebelles hutus, le Colonel Bikomagu symbolisait les ex-FAB, les Forces armées burundaises, dominées par la minorité tutsie. Il était une figure extrêmement controversée qui serait derrière l’assassinat en 1993 du premier président hutu, Melchior Ndadaye, selon un rapport des Nations Unies. Son assassinat intervient deux semaines, presque jour pour jour, après celui du Général Adolphe Nshimirimana, chef d'état-major de la rébellion du CNDD-FDD, aujourd'hui au pouvoir. Une rumeur persistante dans la capitale burundaise disait que le Général ne serait pas enterré avant la mort de quelqu'un de son rang, dans l'autre camp. Le colonel Bikomagu pourrait incarner ce symbole. Lire les détails




05.08.2015

ARIB.INFO prend ses quartiers d’été

Les publications d’ARIB.INFO sont interrompues durant le mois d’août. La Rédaction va prendre quelques jours de permission bien mérités au vu de l’activité intense dans l’actualité sur le Burundi.

ARIB.INFO remercie les dizaines de milliers de lecteurs au quotidien pour leur fidélité, ainsi que le réseau des auteurs, pour leur soutien et leur confiance renouvelée.

Toute l’équipe vous donne rendez-vous début septembre pour une nouvelle saison de publications. En attendant la rentrée, nous vous invitons à (re)découvrir les articles archivés sur notre site, depuis le 1er juin …2008 !

Pour La Rédaction

Ir Jean-Claude KARIBUHOYE, ReC




03.08.2015 

 

Figure de la société civile burundaise et président de l’Association pour la protection des prisonniers et des droits humains (Aprodh), Pierre-Claver Mbonimpa a été victime d'une attaque au lendemain du meurtre du bras droit du président Pierre Nkurunziza. Celui qu'on surnomme le "Mandela burundais" a été touché par plusieurs balles.  Il a été grièvement blessé mais sa vie ne serait pas en danger. Lire les détails




02.08.2015 

Le tout puissant Général Adolphe Nshimirimana, bras droit du président burundais Pierre Nkurunziza et chef de la sécurité intérieure, a été tué dimanche à Bujumbura dans une attaque à la roquette. L’ancien chef du Service national de Renseignement (SNR, les services secrets burundais et police présidentielle), souvent présenté comme le numéro deux du régime, a été victime d'une attaque contre sa voiture (photo) dans la matinée au Nord de la capitale. Lire les détails




31.07.2015 

 Avec l’élection d’Agathon Rwasa (photo à gauche) comme 1er vice-président de l’Assemblée nationale, les cartes politiques sont rebattues dans l’opposition burundaise. Celui qui comptait parmi les principaux adversaires au troisième mandat de Pierre Nkurunziza a été élu grâce aux voix du parti au pouvoir, alors qu'il affirmait ne pas reconnaître les résultats des élections. En acceptant de présider l'AN au côté de Pascal Nyabenda (président, photo centre) et Edouard Nduwimana premier vice-président, photo à droite), Rwasa passe du statut de "principal opposant" à celui de "principal collabo". Lire les détails




 27.07.2015

 

L'opposant Agathon Rwasa, leader historique des forces nationales de libération (Fnl), a pris de court, lundi, l’opinion, en répondant présent (photo) à la convocation de la première session ordinaire de la nouvelle Assemblée nationale dont il avait pourtant boycotté le scrutin du 29 juin et refusé à l’avance les résultats qui en sortiraient dans les conditions de son organisation. Rwasa dit aujourd'hui vouloir "jouer le jeu" pour aider à sortir son pays de la crise. Ses détracteurs, de plus en plus nombreux, l'accusent de se livrer plutôt à un "double jeu" et "double langage". Lire les détails



24.07.2015 

 

Selon les résultats proclamés vendredi par la Commission électorale, le président burundais Pierre Nkurunziza a été réélu au premier tour, avec 69,41% des voix, pour un troisième mandat que ses adversaires jugent contraire à la Constitution et à l’Accord d’Arusha. C'est donc un "j'y suis, j'y reste" qui est adressé à l'opposition, la société civile et la Communauté internationale qui réclament son départ et la tenue d'une nouvelle élection présidentielle au motif que le scrutin de mardi au Burundi, n'était pas conforme aux normes d'élections libres, transparentes et crédibles. Lire les détails


 Au lendemain d'une présidentielle boycottée par l'opposition et critiquée à l'internationale, l'un des chefs de l'opposition burundaise, Agathon Rwasa, a appelé le président Pierre Nkurunziza à négocier avec ses adversaires en vue de former un gouvernement d'union nationale pour écarter le risque d'une nouvelle guerre civile. "Certains ont déjà agité la menace d'une lutte armée", a dit Rwasa. "Pour le salut du Burundi, l'idée d'un gouvernement d'unité nationale peut être acceptée", a-t-il ajouté, précisant toutefois qu'il réclamait l'organisation de nouvelles élections, peut-être dans un an. Lire les détails


Le président Pierre Nkurunziza (photo, ce mardi 21 juillet à vélo vers le bureau de vote dans son fief de Buye à Ngozi) est assuré de remporter, lors de la présidentielle qui s'est ouverte mardi matin au Burundi, un troisième mandat controversé, jugé contraire à la Constitution par ses adversaires et dont la quête obstinée a plongé son pays dans une grave crise. Un scrutin qui se tient dans un contexte politique très tendu après la suspension du dialogue entre le pouvoir et l’opposition. Comme pour les législatives du 29 juin, l’opposition a d’ailleurs décidé de boycotter le scrutin.  Lire les détails




 A un jour de l’élection présidentielle controversée, le médiateur Kyonga Crispus (photo), qui tentait de mettre fin à la crise qui dure depuis avril a finalement quitté le Burundi lundi, en ajournant sine die les pourparlers entre pouvoir et opposition. En cause, l’absence du camp gouvernemental aux discussions. Pas un ministre, ni un représentant du parti au pouvoir ou de ses alliés n’a répondu dimanche à la convocation de la médiation. Lire les détails




 Dans une interview accordée mercredi à France 24, Alexis Sinduhije, l'un des principaux opposants burundais, annonce la création d'un Conseil national de transition, coalition de figures de l'opposition et de dissidents en exil. Le président du MSD affirme soutenir "les Généraux qui ont pris les armes" et appelle au départ du président Pierre Nkurunziza en passe de briguer un troisième mandat contesté. Voir la Vidéo de cette annonce




Interrogations et scepticisme sur les chances de la médiation ougandaise. Les observateurs partageaient un même scepticisme sur les chances de la médiation du président Yoweri Museveni (photo, centre avec chapeau blanc). Vu le fossé séparant les protagonistes sur la question de fond, à savoir le troisième mandat du président Pierre Nkurunziza (photo, à droite), les commentateurs doutaient d'un succès avant même que le chef de l’Etat ougandais, arrivé mardi au Burundi, ne débute ses consultations avec la classe politique et la société civile du pays. Lire les détails




L'armée burundaise a affirmé lundi avoir appréhendé quelque 170 rebelles présumés , dont quelque 80 combattants ont été exhibés devant la presse (photo). Les auteurs d'un putsch manqué mi-mai contre le président Nkurunziza ont confirmé avoir affronté l'armée au cours du week-end, dans les provinces de Kayanza et Cibitoke près de la frontière rwandaise, mais qualifié de "propagande" le discours sur les arrestations, affirmant que les captifs exhibés étaient des "Imbonerakure", membres de la Ligue des jeunes du parti présidentiel, jouant la comédie. Lire les détails




Le parti CCM au pouvoir en Tanzanie a désigné dimanche John Magafuli (photo, à droite), actuel ministre des Travaux publics, pour le représenter lors de l'élection présidentielle d'octobre prochain. Magafuli a de très fortes chances de succéder à Jakaya Kikwete (photo, à gauche), qui achève cette année son second quinquennat et, fait rare dans la région, ne sera pas candidat à sa succession, conformément à la Constitution. Lire les détails


Le Burundi sombre lentement dans la guerre civile. D'intenses combats ont opposé vendredi l'armée burundaise et un groupe armé non identifié, dans une zone forestière du nord du Burundi, près de la frontière rwandaise. Des généraux mutins, auteurs d'un putsch avorté à la mi-mai contre la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat jugé inconstitutionnel, ont annoncé début juillet leur volonté de chasser ce dernier "par la force", sur fond de rumeurs faisant état de la mise sur pied d'une rébellion. « Le Burundi est à nouveau au bord du gouffre », a écrit le Secrétaire général de l'ONU dans son dernier Rapport sur le pays. Les événements semblent, malheureusement, lui donner raison. Lire les détails




Le Vice-Premier Ministre belge et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a reçu jeudi trois hauts dignitaires du régime burundais qui ont fait récemment défection suite à leur opposition à un 3ième mandat du président Nkurunziza. Il s’agit de Sylvère Nimpagaritse (1er à g), le vice-président de la Cour constitutionnelle ; Pie Ntavyohanyuma (2è à g), le président de l’Assemblée nationale ; et Gervais Rufyikiri (4è à g), le 2ème Vice-président de la République. Cette audience est un message clair de la Belgique en direction de Bujumbura. Lire les détails




Au Burundi, la CENI a proclamé les résultats des élections controversée du 29 juin. Le CNDD-FDD au pouvoir est donné vainqueur avec 77 sièges. La liste menée par Agathon Rwasa et Charles Nditije (photo, de g à d) se voit attribuer 21 sièges, alors qu’elle avait annoncé son boycott du scrutin. Son éventuelle entrée dans les prochaines institutions pourrait changer la donne dans la suite des évènements. Mais, jusqu’ici, elle rejette les résultats issus d'élections "non crédibles" et jure qu'elle ne va pas siéger à l'Assemblée nationale. Jusqu’ici …




Les dirigeants l’EAC ont fait lundi table rase de leurs précédentes décisions. D’abord la nomination du président ougandais Yoweri Museveni comme facilitateur du dialogue, exit donc le médiateur de l’ONU récusé par Bujumbura. Ensuite le report des élections présidentielles du 15 au 30 juillet. Mais on ne parle plus du troisième mandat, ni des élections locales qui se sont tenues récemment. Et le gouvernement issu de cette élection devra être d’union nationale, avec ceux qui ont participé et ceux qui n’ont pas participé aux élections. Satisfecit côté Gouvernement burundais. Pour l’opposition et la société civile, c’est la douche froide. Lire les détails




Au Burundi, le parti au pouvoir CNDD-FDD, toujours bien décidé à organiser les élections malgré la désapprobation internationale, a lancé dimanche une charge virulente contre la communauté internationale, mais aussi contre le médiateur de l'ONU, Abdoulaye Bathily. Le Sénégalais avait été nommé pour résoudre la crise burundaise. Le CNDD-FDD demande sa démission. Un rapport de l'ONU avait jugé les élections législatives et communales du 29 juin "ni crédibles, ni libres". Lire les détails




Deux jours après les élections législatives et communales contestées, c'est dans un climat de vive tension que le Burundi a célèbre mercredi 1er juillet sa fête nationale. Fanfares, défilés militaires, défilés des policiers. C’est un véritable show qui a eu lieu dans un stade de la capitale Bujumbura. En revanche, il n’y avait pas beaucoup de public, parce que cette cérémonie s’est passée sous haute sécurité avec d’importants contrôles. Signe d’un climat tendu, le président Pierre Nkurunziza se trouvait, pour la première fois, derrière une vitre pare-balles. Lire les détails




  Malgré une large réprobation internationale et le boycott de l'opposition dénonçant une "parodie d'élections", le pouvoir burundais a organisé lundi 29 juin des scrutins législatifs et communaux sous haute tension, après deux mois de contestation contre un 3è mandat du président Nkurunziza et dans un climat de violences, avec notamment des attaques répétées à la grenade, ces derniers jours. Des milliers de policiers et soldats ont été mobilisés pour protéger les bureaux de vote. Ce sont donc des scrutins sans grande surprise qui se profilent. Le taux de participation sera au centre de toutes les attentions. Lire les détails




Alors qu’il a quitté Bujumbura mercredi pour une mission officielle en Suisse, président de l’Assemblée Nationale burundaise, Pie Ntavohanyuma, a annoncé ce dimanche sur France 24 avoir trouvé refuge en Belgique. Cette nouvelle défection, intervient à la veille des élections législatives et communales qui s’ouvrent ce lundi 29 juin mais boycottées par l'opposition. Le numéro 2 de l’Etat au Burundi dénonce le «forcing électoral» de Pierre Nkurunziza, qui veut se présenter à un troisième mandat présidentiel. Voir la Vidéo de cette annonce




Le 2ème Vice-président burundais Gervais Rufyikiri a annoncé mercredi soir sur France 24 avoir fui le pays et rejoint les opposants au 3è mandat du président Pierre Nkurunziza. [NdlR : Alors qu’il avait démenti cette information samedi via ARIB.INFO, M. Rufyikiri a préféré annoncer sa défection juste quelques heures après que le président de l’Assemblée nationale Pie Ntavyohanyuma ait pu lui aussi quitter Bujumbura ce mercredi soir, selon un de ses proches. Le précédent démenti de Rufyikiri aurait en réalité servi à couvrir la sortie de Ntavyohanyuma sans éveiller les soupçons, avance la même source.] Voir la Vidéo de cette annonce




L’équipe de facilitation internationale, composée [photo de gauche à droite] d’Ibrahima Fall pour l’UA, d’Abdoulaye Bathily pour l’ONU, du Secrétaire général de l’EAC, Richard Sezibera, et du Secrétaire exécutif de la CIRGL,  Pr Ntumba Luaba, qui s’est réunie ce lundi 22 juin, pour la première fois, à Bujumbura, a appelé toutes les parties à reprendre le chemin de la table des négociations dès ce mardi dans les conditions fixées par l'UA. Mais les deux camps sont arc-boutés sur leurs positions et les efforts diplomatiques n'ont jusqu'ici pas connu d'avancées significatives. Lire les détails




 Depuis que le Chef de l'Etat burundais Pierre Nkurunziza a décidé de briguer un troisième mandat, aussi illégal qu’illégitime aux yeux de la majorité de ses concitoyens, il ne se passe pratiquement aucune semaine sans une manifestation au niveau de la diaspora. En date du 20 juin 2015, c’était le tour des Burundais vivant en Allemagne de donner un "Carton rouge" à leur Footballeur-Pasteur-Président. Lire les détails




Le Burundi vient de réagir aux propositions du Sommet de l'Union africaine. Le gouvernement ne dit pas non, mais il pose ses conditions. Malgré une ouverture affichée, le pouvoir ne lâche rien sur le nœud du problème burundais, la question du troisième mandat du président Pierre Nkurunziza (photo). Même fermeté sur la question du calendrier électoral : « on n'y touche pas ! ». Dans ces conditions, difficile de déployer des observateurs et autres experts ou d’organiser le dialogue politique dans les délais prévus par l’UA, puisqu’officiellement les élections prévues dans une dizaine de jours auront déjà eu lieu. Lire les détails




 
<< Début < Précédente 1 2 3 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 1 sur 3

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition


Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2014