topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


ALERTE : LE BURUNDI SE DIRIGE-T-IL VERS UNE RÉPUBLIQUE MONARCHIQUE ? ARIB.INFO PUBLIE LE TEXTE INTÉGRAL DU PROJET DE LA NOUVELLE CONSTITUTION DU BURUNDI. ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Analyses
ICG préconise "certaines mesures" pour une issue pacifique de la crise au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 30/05/2015

Burundi : la paix sacrifiée

Crisis Group Briefing Afrique N°111 - 29 mai 2015

SYNTHESE 

Malgré l’échec de la tentative de putsch du 13 mai, la mobilisation contre le troisième mandat du président sortant Pierre Nkurunziza n’a pas faibli et la confrontation entre le pouvoir et ceux qui se rallient sous la bannière du mouvement « Halte au troisième mandat » s’intensifie. Plus de 90 000 Burundais ont fui leur pays et une épidémie de choléra vient de se déclarer là où ils sont les plus nombreux, dans l’ouest de la Tanzanie. Alors que le président reste sourd aux pressions internationales et compte organiser des élections municipales et législatives le 5 juin et le scrutin présidentiel le 26 juin, tous les éléments d’un conflit ouvert sont en place. Pour éviter une amplification de la spirale de violence, il ne faut pas seulement retarder les élections ; il faut aussi rétablir un climat politique et sécuritaire qui rende possible un scrutin pluraliste et libre. Le sommet de l’East African Community (EAC) organisé le 31 mai à Dar es Salaam en Tanzanie offre une occasion à saisir pour réfléchir et agir dans ce sens.

Lire la suite...
 
Pourquoi donc Pierre Nkurunziza s’obstine-t-il à organiser des élections ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 30/05/2015

Burundi : Des élections paralympiques pour handicapés politiques !

Par Athanase Karayenga

Personne ne comprend vraiment la raison qui pousse Pierre Nkurunziza à organiser des élections à la hussarde dans un pays déstabilisé et traumatisé à cause de son obsession pour briguer un troisième mandat ? Il a tous les pouvoirs en main. Il a fait, avec succès, son propre coup d’Etat constitutionnel. En réalité, son parti, le CNDD-FDD, et lui-même ont déjà gagné les élections de 2015.

Car, en l’absence de toute compétition loyale, l’opposition laminée, traquée, exilée, éclatée, nyakurisée, assassinée, les médias libres incendiés, saccagés et fragilisés, des milliers de burundais partis en catastrophe en exil, les familles étranglées économiquement et angoissées, Pierre Nkurunziza pourrait s’autoproclamer vainqueur sans attendre les résultats des élections. Il abrègerait les peines de son peuple.

Lire l’intégralité de l’Analyse

Lire la suite...
 
Burundi : ICG met en garde contre une spirale de la violence Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 30/05/2015 – Source AFP

Le groupe de réflexion International Crisis Group (ICG) met en garde contre une spirale de la violence au Burundi, où le pouvoir du président Pierre Nkurunziza s'est radicalisé ces dernières semaines, dans un nouveau rapport rendu public samedi.

La mobilisation contre le troisième mandat du président sortant n'a pas faibli et la confrontation entre le pouvoir et ceux qui se rallient sous la bannière du mouvement +Halte au troisième mandat+ s'intensifie, constate ICG.

Lire la suite...
 
L'Afrique de l’Est loin d’une position unanime et sincère sur le Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Soir, 29 mai 2015

Le président du Burundi est peut-être moins seul qu’on ne le croit

Le carnet de Colette Braeckman

Le week end prochain, en principe, un nouveau sommet réunissant les chefs d’Etat d’Afrique de l’Est est convoqué à Dar es Salaam afin de trouver une solution à la crise qui, depuis plus d’un mois, pousse le Burundi au bord du gouffre. Instruit par l’expérience précédente (c’est alors qu’il se trouvait en Tanzanie que le chef de l’Etat avait failli être victime d’un putsch militaire) cet homme que tous décrivent comme isolé, soumis à des pressions considérables, fera-t-il le voyage ?

Lire la suite...
 
Des manifestations à risque au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Devoir, 27 mai 2015

 La capitale burundaise, Bujumbura, est secouée depuis le 26 avril par des manifestations qui ont fait une trentaine de morts jusqu’ici. Au coeur de la contestation : la volonté du président, Pierre Nkurunziza, de poser sa candidature pour un troisième mandat.

Qui sont les acteurs de ces affrontements ? Quels sont les risques que ceux-ci dégénèrent en conflit ethnique et régional ? Explications de Katrin Wittig, doctorante en science politique et spécialiste du Burundi au CERIUM.

Lire la suite...
 
Nkurunziza s'arc-boute sur une interprétation très personnelle de la Constitution Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Vif/l'express, 26/05/15

Burundi : Les mauvais calculs du président Nkurunziza

 Au Burundi, le coup de force militaire n'a pas empêché le coup de force institutionnel. Le président Nkurunziza a retrouvé son fauteuil présidentiel. Et maintient sa candidature à un troisième mandat, qui attise toutes les craintes. Parti à Dar es-Salaam, en Tanzanie, pour un sommet consacré à la crise dans son pays, le chef de l'Etat burundais a failli ne jamais retrouver son palais de Bujumbura.

[Photo : Des forces de sécurité protègent le président burundais Pierre Nkurunziza, qui tenait un meeting dans le nord du pays, le 23 mai]

Lire la suite...
 
Crise au Burundi : Quels sont les scénarios envisageables ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Monde, 22.05.2015

Burundi : « Plus la crise dure, plus le risque de conflit ethnique se renforce »

Spécialiste de l’Afrique des Grands Lacs et professeur d’histoire contemporaine à l’université de Pau, le professeur Christian Thibon analyse le retour de Pierre Nkurunziza et sa tentative de reprise en main du pouvoir.

Mercredi 20 mai, Pierre Nkurunziza a signé un décret reportant au 2 juin les élections législatives et communales initialement prévues le 26 mai. Le processus électoral pourra-t-il aboutir ?

Les principaux bailleurs de fonds, les Etats-Unis et l’Union européenne, ont exprimé leurs inquiétudes et de nombreux problèmes logistiques risquent de se poser : la mise en place d’une infrastructure électorale en flux tendus avec un calendrier serré, la participation dans les commissions électorales locales des partenaires de la société civile et des églises, en particulier de l’église catholique.

Lire la suite...
 
Burundi : Quelles leçons peut-on tirer de l'échec des putschistes ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Jeune Afrique, 21/05/2015

Christine Deslaurier : "Pierre Nkurunziza avait bien préparé ses arrières"

 Historienne à l'Institut de recherche pour le développement (IRD), rattachée à l'Institut des mondes africains (IMAF), Christine Deslaurier, spécialiste du Burundi contemporain, a enquêté auprès de militaires issus des forces armées burundaises et de l'ex-rébellion CNDD-FDD. Pour J.A., elle revient sur les lignes de force du putsch avorté.

Jeune Afrique : Avez-vous été surprise par la tentative de coup d'État conduite par le général Niyombare ?

Lire la suite...
 
Burundi : risques d’embrasement d’un pays au cœur des Grands lacs Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Libération, 18 mai 2015

Au Burundi, «un terreau fertile pour passer à un scénario de conflit armé»

 INTERVIEW - Auteur d’un rapport sur les élections, Thierry Vircoulon souligne les risques d’embrasement d’un pays où plus de 100 000 personnes n’ont pas tardé à fuir dès les premières violences.

Thierry Vircoulon est directeur du programme Afrique centrale d’International Crisis Group. Il est l’auteur d’un rapport publié le 17 avril, intitulé «Les élections au Burundi : l’épreuve de vérité ou l’épreuve de force» ? Du Kenya, où il est basé, il revient, pour Libération, sur l’évolution de la crise politique de ce pays de 10 millions d’habitants, au cœur de la région de l’Afrique des grands lacs.

Lire la suite...
 
Burundi : le scénario d’un coup d’Etat était dans les esprits Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 14-05-2015

Tentative de coup d’Etat au Burundi : décryptage de Thierry Vircoulon

Comment expliquer un tel rejet de la candidature de Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat au Burundi ? Thierry Vircoulon, directeur pour l'Afrique centrale de l'International Crisis Group et auteur d'un rapport sur la situation au Burundi publié il y a quelques semaines, analyse la situation, au lendemain d'une tentative de coup d'Etat toujours en cours au Burundi.

RFI : le général Niyombaré avait prévenu Pierre Nkurunziza qu’il était opposé à une nouvelle candidature. C’est d’ailleurs pour cela qu’il avait été limogé. Est-ce qu’il fallait s’attendre à ce à quoi on a assisté ce mercredi ?

Lire la suite...
 
Filip Reyntjens : la décision de la Cour constitutionnelle « ne tient pas debout Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Monde, 07.05.2015

« Burundi : le risque de contagion régionale existe »

 Professeur de droit à l’université d’Anvers et spécialiste de l’Afrique des Grands Lacs, Filip Reyntjens estime que la décision de la Cour constitutionnelle de valider la candidature du président burundais Pierre Nkurunziza à un troisième mandat « ne tient pas debout ».

Cette candidature dénoncée par l’opposition est à l’origine de manifestations qui secouent la capitale Bujumbura depuis une dizaine de jours. M. Reyntjens met en garde contre les risques de régionalisation du conflit.

Lire la suite...
 
Burundi : "La Belgique doit appeler au respect de la Constitution" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RTBF, 5 mai 2015

Les affrontements ont repris ce lundi dans la capitale du Burundi, Bujumbura. Les manifestants dénoncent depuis maintenant plus d'une semaine la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat présidentiel en vue des élections prochaines. La police tire à balles réelles sur ces opposants et, ce mercredi encore, quatre personne ont été tuées. Le bilan depuis le début des protestations atteint 13 morts.

Pour tenter de comprendre la situation dans le pays, trois questions à Sabine Kakunga, chargée de l'Afrique centrale au CNCD, le Centre National de Coopération au Développement.

 

Lire la suite...
 
Nkurunziza portera une grande responsabilité dans le destin du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Point, 05/05/2015

Burundi : la déflagration guette

DÉCRYPTAGE. Réel risque de reprise de la guerre civile dans ce pays de l'Afrique des Grands Lacs. En cause : le "troisième mandat" du président Nkurunziza.

Petit pays de l’Afrique de l’Est, le Burundi est en proie, depuis une semaine, à une grave crise politique à la suite de la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat à l’occasion de la prochaine élection présidentielle qui doit se tenir en juin prochain. Les manifestations, durement réprimées par la police qui a tiré à balles réelles à plusieurs reprises, se succèdent quotidiennement à Bujumbura, la capitale, où l’on dénombre déjà une dizaine de morts et de nombreux blessés.

Lire la suite...
 
Burundi : Cinq questions pour comprendre ce qui se passe Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Soir, 29 avril 2015

Le Burundi flirte avec ses vieux démons

1. La désignation de Pierre Nkurunziza, le président sortant, comme candidat à un troisième mandat est-elle une violation des accords d’Arusha ?

L’accord de paix d’Arusha, conclu en 2000 avait mis fin à la guerre civile interethnique commencée en 1993 avec l’assassinat du président hutu Melchior Ndadaye. Le premier scrutin, qui avait porté Pierre Nkurunziza à la présidence en 2005 s’était déroulé au suffrage indirect. Le parti vainqueur des élections, CNDD-FDD (Forces pour la défense de la démocratie) estime qu’il a droit à deux élections présidentielles au suffrage direct et il présente donc une nouvelle fois le président sortant. Dans ce sens, la lettre de l’accord d’Arusha peut être considérée comme respectée même si le Sénat a saisi la Cour constitutionnelle. Mais les partis d’opposition, l’Eglise catholique, la société civile (majoritairement investie par les Tutsis et les citadins), la presse indépendante, les « frondeurs » au sein du parti au pouvoir, les Etats Unis et l’Union européenne considèrent que dans l’esprit d’Arusha, un président élu doit s’effacer après deux mandats.

Lire la suite...
 
Trois questions à Marie-France Cros sur la situation au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

La Libre Belgique, 28 avril 2015

La situation au Burundi pourrait-elle dégénérer en conflit ethnique ? (VIDEO)

A l'approche du scrutin présidentiel du 26 juin, les tensions ne cessent de monter. L'actuel président (CNDD-FDD, ex-rébellion hutu) a annoncé vouloir briguer un troisième mandat, ce qui a provoqué le mécontentement d'une partie de la population. L'armée est actuellement dans la rue pour tenter de calmer le jeu, toutefois, la situation risque de rapidement dégénérer, notamment à cause des différentes ethnies, parties prenantes des protestations. 

Pour mieux comprendre la situation dans ce pays d'Afrique, LaLibre.be a posé trois questions à notre envoyée spéciale, Marie-France Cros.

Lire la suite...
 
Burundi : la perspective de scrutins libres et démocratiques ne cesse de s’éloigner Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

International Crisis Group, 17 avril 2015

Les élections au Burundi : l’épreuve de vérité ou l’épreuve de force?

Rapport Afrique N°224 - 17 avr. 2015

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS

Les élections qui doivent avoir lieu de fin mai à août 2015 vont être décisives pour l’avenir du Burundi. Sont en jeu non seulement le devenir de l’équipe au pouvoir (le président Pierre Nkurunziza envisage de briguer un troisième mandat) mais aussi et surtout le maintien de l’accord d’Arusha comme fondation de la paix au Burundi. Les mobilisations populaires et le précédent de la chute du président au Burkina Faso laissent augurer une confrontation dans la rue en cas de passage en force de Nkurunziza. Le retour de la violence ne mettrait pas seulement fin à la paix civile progressivement rétablie après l’accord d’Arusha en 2000 mais aurait des implications régionales déstabilisatrices et marquerait un nouvel échec des politiques de consolidation de la paix. Pour éviter un tel scénario, les partenaires du Burundi, qui ont déjà exprimé leur inquiétude, doivent renforcer leur implication dans le processus électoral et prévoir une réponse graduée en fonction de son inclusivité politique.

Lire la suite...
 
OAG : "La Cour Constitutionnelle incompétente pour interpréter l’Accord d’Arusha" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 28/03/2015

Position de l’Observatoire de l’Action Gouvernementale, OAG, sur une éventuelle saisine de la Cour Constitutionnelle par le Chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, en vue de légitimer sa candidature au troisième mandat.

Du contexte

Au lieu de se dissiper, la controverse qui entoure une éventuelle candidature au troisième mandat de Président de la République pour l’actuel Chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, s’amplifie au fur et à mesure que les échéances électorales approchent.

La communauté internationale, l’opposition politique, la société civile et même beaucoup de membres éminents de son propre parti, CNDD-FDD, ont beau attirer son attention sur l’illégalité d’un tel mandat supplémentaire et surtout le risque qu’il ferait encourir à tout le pays en tentant de le briguer en toute illégalité, rien ne semble venir au bout de la détermination du Chef de l’Etat à s’accrocher au pouvoir.

Que ce soit le Président de la République, lui-même, ou alors ses partisans qui tiennent, mordicus, à sa reconduction, l’ultime recours devrait être, pour eux, la Cour Constitutionnelle. C’est cette option possible qui appelle notre commentaire.

Lire l’intégralité de la Déclaration

 
Evasion de Radjabu : décryptage de l'affaire qui ébranle le sommet de l'Etat Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

IRIN, 10 mars 2015

Ce que représente l’évasion d’un dissident dans un climat tendu au Burundi

BUJUMBURA - Plus d’une semaine après son évasion d’une prison de Bujumbura, Hussein Radjabu a fait une déclaration. Cet ancien commandant rebelle et homme politique puissant qui jouit d’un large soutien populaire purgeait depuis huit ans une condamnation à 13 ans de prison. 

« Je compte travailler avec tous les Burundais [pour élaborer] une meilleure politique qui rassemble tout le monde, afin que nous ayons un pays meilleur », a-t-il déclaré au service Swahili de la Voix de l’Amérique, mettant fin aux rumeurs qui disaient qu’il avait peut-être été assassiné. Le lieu où il se trouve n’a pas été révélé.

Lire la suite...
 
Le Burundi connaît des tensions qui dégénèrent en incidents violents Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

IRIN, 21 janvier 2015

Violences, arrestations et méfiance à l'approche des élections au Burundi

Bujumbura - Deux semaines après les combats qui ont secoué le nord-ouest du Burundi pendant cinq jours, très peu d'informations ont filtré sur l'identité du groupe armé qui est entré dans le pays avant d'être défait par l'armée. Les combats et le manque d'information suscitent l'inquiétude, alors que les élections de mai et juin s'organisent sur fond de méfiance entre le gouvernement et l'opposition.

Quelque 300 000 personnes ont perdu la vie pendant la guerre civile (1993 à 2005) qui a suivi l'organisation des premières élections démocratiques dans le pays.

Lire la suite...
 
Pierre Ngendandumwe : Le Héros nié Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 15/01/2015

Assassinat  du Premier ministre du Burundi, Pierre Ngendandumwe

Cinquante ans après

Contribution à la Commission Vérité-Réconciliation et au

Mécanisme de Justice Transitionnelle

 Par Perpétue Nshimirimana, le 15 janvier 2015

L’année 2015 est une année particulière dans l’Histoire du Burundi. Elle marque, en effet, le cinquantième anniversaire du déclenchement des premiers assassinats en masse des citoyens et des intellectuels burundais ayant en commun le fait d’appartenir à l’ethnie Hutu. Cet anniversaire invite tous les Barundi épris de justice et de paix à marquer un temps d’arrêt pour une pensée envers toutes les victimes innocentes du pays. Aujourd’hui, le public attend, précisément, de la part des dirigeants du Burundi officiel, de vrais gestes symboliques et concrets dans le but d’honorer leur mémoire et de lutter contre l’oubli suivi d’une impunité invraisemblable.

Lire l'intégralité de l'Analyse

 
"Nkurunziza reste sourd aux leçons de l’histoire", analyse la presse du Burkina Faso Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Pays, 19 décembre 2014

ALTERNANCE AU BURUNDI : Nkurunziza persiste et signe

Au fur et à mesure qu’approchent les élections législatives et présidentielle de mai et juin 2015, le mercure monte au Burundi. En effet, la polémique enfle autour de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), chargée de l’organisation de ces élections, qui est accusée par l’opposition, d’orchestrer des fraudes massives dans l’enregistrement des électeurs, au profit du parti au pouvoir. Pour cette raison, l’opposition exige la démission hic et nunc de cette institution.

Lire la suite...
 
Dr Vandeginste : "l’immunité provisoire ne concerne pas le massacre de Gatumba" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 04/12/2014

Cher collègues d’Arib,

 Je me permets de réagir à la lettre du 2 décembre 2014 qu’aurait adressée M. Pasteur Habimana au Substitut Général à Bujumbura et qui a été publiée sur votre site web.

Sans vouloir me prononcer sur l’éventuelle dimension politique de sa démarche et/ou des enquêtes récemment ouvertes concernant le massacre de Gatumba de 2004, je crois utile attirer l’attention de vos lecteurs à une analyse juridique que j’ai publiée, in tempore non suspecto (avril 2008) dans l’Afrique des Grands Lacs. Annuaire 2007-2008 et que vous trouvez en annexe (“Immunité provisoire et blocage des négociations entre le Gouvernement du Burundi et le Palipehutu-FNL : une analyse juridique” ).

Lire la suite...
 
Pr Ntibashirakandi : "Lever le floue quant à l’organisation de l’école au Burundi" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 24/11/2014

 « Tous les Burundais devraient se poser cette question "quelle est l’école burundaise du 21ème siècle" en tenant compte des défis de développement et de reconstruction du Burundi, du tissu social déchiré par la guerre, de la perte des valeurs éthiques de nos aïeux : culte de la vérité, le sens élevé de responsabilité, l’intégrité morale et l’honnêteté, la tolérance, l’amour de la Patrie, le travail et le travail bien fait, le respect de la vie humaine ainsi que les idéaux de paix, d’entraide et de solidarité, de démocratie et de justice sociale ? », écrit le Professeur Libérat Ntibashirakandi dans une analyse intitulée "Quid d’une école burundaise du 21ème siècle ou La prégnance de l’Excellence !", en guise de contributions aux Etats généraux de l’Education, prévus du 2 au 5 décembre prochain au Burundi.

Lire l’intégralité du Document

 
Election 2015 : Le débat ne passe-t-il pas à côté de l’essentiel ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 21/10/2014

 BURUNDI : ELECTIONS 2015

QUI DEFENDRA LES INTERETS DU PETIT PEUPLE ?

Par Joseph Ntamahungiro

En Hommage au Président Melchior Ndadaye

A moment où la fièvre préélectorale inonde (j’allais dire empoisonne) nos médias et nos bouches, qu’en est-il des préoccupations de nos politiciens par rapport à la défense des intérêts de leurs électeurs composés presque à 100% du petit peuple, « Ba nyarucari » ? Posée crûment, la question est celle-ci: Que retireront la très grande majorité des Hutu, des Tutsi et des Twa du fait que ces élections auront reconduit au pouvoir les dirigeants actuels avec le CNDD-FDD en tête ou des hommes et femmes issus des différents partis de l’opposition ? Le débat ne passe-t-il pas à côté de l’essentiel au vu de la situation actuelle décrite dans les quatre «tableaux » suivants qui plantent le décor de la misère dans laquelle vivent la majorité des Burundais ? Car manifestement, la situation dramatique évoquée ci-après ne constitue pas la préoccupation de ceux et celles qui se battent pour nous diriger demain.

Lire l’intégralité de l’Analyse

 
Burundi : La CENI appelée à clarifier sa position sur les candidatures des opposants Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 08/10/2014

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Burundi et la loi : les candidats poursuivis en justice sont-ils éligibles ?

 Par Stef Vandeginste - octobre 2014

1.       Introduction

A travers des déclarations de son président, M. Pierre-Claver Ndayicariye, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a insisté, à plusieurs reprises, sur le fait qu’elle doit respecter la loi dans la mise en oeuvre des missions que lui a attribuées le législateur burundais.1 Elle a tout à fait raison. Des recherches académiques concernant le fonctionnement des mécanismes de gestion des élections dans d’autres pays post-conflit confirment que, pour pouvoir fonctionner au-dessus de la mêlée politique et pour sauvegarder sa légitimité, une commission électorale doit respecter la loi et assurer que les élections aient lieu dans le strict respect de la loi.2

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 101 - 125 sur 268

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher