topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Opinion
Génocide de 1972 : entretenir la mémoire et démentir la version officielle Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 26/04/2013

 La descente aux enfers

Un roman historique d’Aloys Misago

Note de lecture et morceaux choisis.

Par Perpétue Nshimirimana, Lausanne, le 26 avril 2013

La commission Vérité et Réconciliation, annoncée depuis  treize ans, peine à se mettre en place au Burundi, malgré des promesses plusieurs fois répétées. Une certaine frilosité semble habiter ceux qui ont eu des responsabilités dans les génocides de 1965 et 1972-1973[1] et les autres répressions sanglantes qui ont endeuillé le Burundi depuis 1962. Pourtant, malgré les pressions exercées par eux sur les dirigeants politiques d’aujourd’hui, ils connaissent leur obligation de rendre, tôt ou tard, des comptes au grand public, c’est à dire aux Burundais comme aux étrangers. La paix et le « bien vivre ensemble » ne seront  possibles  qu’après cet exercice de vérité. En attendant la mise en place effective de cette commission, les moyens modernes de communication permettent, heureusement, à tout Burundais(e) de s'exprimer.

Lire la suite...
 
Le Burundi ne peut se bâtir sur un mensonge Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 23/04/2013

Du génocide hutu de 1972

Par Dr Isidore Nkunzumwami

Merci à Monsieur Kazirukanyo Martin de nous réveiller sur le génocide hutu de 1972. Tous les Tutsi n'ont pas massacré des Hutu. La dictature militaire Tutsi, appuyée par le parti unique UPRONA, a massacré les Hutu. Les Tutsi, terrorisés aussi se sont tus. Mais il y a des arguments de justification qui sont aberrants. C'est pour ce la que j'interviens.

Monsieur Martin nous remet en mémoire : « Le 1er mai 1972, la radio de Bujumbura annonce que de sérieux combats se déroulent dans le Sud du pays et qu’il s’agit de mulelistes venus du Zaïre aidés par les Inyenzi (monarchistes Rwandais) et des Burundais monarchistes. Dans tout le pays, les arrestations et les exécutions sommaires sont organisées au nom du parti UPRONA et du président Michel MICOMBERO.

Lire la suite...
 
Burundi : Les blessures du génocide de 1972 ne sont toujours pas cicatrisées Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 22/04/2013

Pour le génocide de 1972 il faut crever l’abcès.

41 ans déjà ! Rappel des faits.

Par Kazirukanyo Martin

C’était à partir du 28 avril 1972, sous le régime dictatorial qu’incarnait fièrement le parti-Etat « UPRONA » que le drame se jouait, l’hécatombe. Tout a été dit, néanmoins les membres actuels de ce parti devraient moralement reconnaître et assumer la responsabilité qui est la leur quant aux conséquences de ce drame qui a fait plus de 300.000 morts Hutu en 1972. Ce massacre n'a toutefois pas encore été qualifié formellement de « génocide ». Le minimum comme un geste de grandeur ce parti pourrait, d’ores et déjà, sortir une déclaration en vue de présenter ses excuses et ses condoléances aux familles des victimes. Il faut crever l'abcès.

Mais si il y a excuses, il faut n'oublier personne, que la lumière soit faite sur le massacre, tout étaler et dire toutes les vérités, et ce ne sera pas facile, il y a encore des blessures ouvertes, de part et d’autre.

Lire la suite...
 
Le gouvernement du Burundi serait désormais prêt à tout Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 13/03/2013

Faute de liquidités, Bujumbura se retrouve dos au mur

Par Ntabarirwa Ladislas

Après les élections de 2010 au Burundi que beaucoup de gens ont qualifié de holdup, il s’en est suivi, une véritable chasse à l’homme qui visait surtout les membres de l’opposition. Aussitôt, plusieurs milliers de burundais qui ont eu la chance de ne pas être tués ont été contraints à l’exil, y compris certains hommes et femmes des partis politiques de l’opposition.

Immédiatement, les bailleurs de fonds ont fermé les robinets. Aujourd’hui, la situation est telle qu’1 dollar américain s’échange contre près de 1.800 Fbu, alors que quand Nkurunziza a pris le pouvoir, il s’échangeait contre 1.000 Fbu. Et selon plusieurs analystes, si la situation continue ainsi, il n’est pas exclu qu’1 dollar américain puisse s’échanger contre 2.200 Fbu, d’ici à la fin de l’année ! Cela inquiète les autorités du pays au point que la situation a été même débattue, au sein du fameux conseil de sécurité burundais !

Lire la suite...
 
Un aperçu historique sur le régime de Nkurunziza Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 11/03/2013

PIERRE NKURUNZIZA  EN FRANCE : QUE VIENT CHERCHER  CE DICTATEUR ?

Par Rémy Henuka

Comment Nkurunziza gère-t-il le pouvoir, est-il ouvert à la démocratie et à l’alternance, est-il au service du peuple  burundais, et que devrait faire la France pour le Burundi ? Un aperçu historique sur le régime de Nkurunziza nous aidera à répondre.

Pierre Nkurunziza accède au pouvoir en 2005, après un scrutin cahoteux et controversé par l’opposition. Sur  fond des rivalités internes, les nouveaux dirigeants du pays vont  utiliser tous les moyens pour éliminer leurs adversaires politiques et faire taire la société civile : de faux coups d’Etat furent montés suivis d’arrestation, d’emprisonnement et de torture de responsables politiques. 22 députés frondeurs furent illégalement exclus du Parlement et remplacés par des suppléants dociles. Des attaques à la grenade eurent lieu contre des domiciles des leaders de l’opposition à maintes reprises.

Lire la suite...
 
"L'AIDBU joue dans les coulisses du parti au pouvoir" : doute ou conviction ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 05/03/2013

Droit de réplique : Jérôme BIGIRIMANA répond à Ernest BARANYIZIGIYE

Monsieur Baranyizigiye,

J’ai bien reçu votre droit de réponse concernant mon article « Appelés à contribuer au développement de leur pays » paru sous le titre AIDBU vs DBB : Les dessous des divergences somme toute "conciliables".

Je vous assure que ce n’est pas « une confusion volontairement ou savamment introduite » comme vous le supposez.  Soyez également rassuré que je n’ai aucun conflit d’intérêt ni avec votre personne, ni avec votre parti, encore moins avec AIDBU. Je regrette plutôt que cette erreur de vérification aurait pu être évitée.  En effet, il y a eu un grand décalage entre le moment de rédaction de l’article et la date de sa publication. Les interviews et la rédaction ont été effectuées peu avant la fin 2012. Mais comme Le Nouvel Afrique est un magazine mensuel, il a publié l’article dans l’édition de mi-février parce qu’il n’y avait plus d’espace dans celle de janvier 2013.

Lire la suite...
 
L’image des Burundais de Belgique se dégrade fortement Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/03/2013

Lettre ouverte aux divers représentants de la diaspora burundaise belge

Par Musungu Michel Magosse

À quoi peut bien rimer ces règlements de comptes journaliers, dignes d'enfants d'école gardienne entre les AIDBU – DBB et autres. Je parle en tant que "musungu", ami du peuple "Barundi" sans faire de distinction au niveau des associations et de ses membres.

Qui peut se glorifier de faire partie de la diaspora burundaise belge ? Vous êtes-vous déjà posé la question ? En tant que burundais, exilés, expatriés, vivant en Belgique.

Lire la suite...
 
AIDBU vs DBB : bisbille aux relents divisionnistes ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 02/03/2013

QUAND LA DIASPORA BURUNDAISE S’EMBOURBE DANS DES RIVALITES MESQUINES, CELA EMPOISONNE NOS ENFANTS

Un clin d’œil à la DBB et à AIDBU-Belgique

 Par Philippe Niyongabo

Mes chers amis « membre » ou « non membre » de la DBB ou de AIDBU-Belgique

En voulant dire un petit mot, je ne parle pas comme membre de la diaspora burundaise car chacun est libre de choisir son chemin. Ce n’est pas juste que des individus ont crée une association pour des Burundais que nous sommes tous appelés à y adhérer. N'importe qui a ses appréciations, seulement nous demandons de la politesse et du respect mutuel. Moi je me suis tu au départ mais comme la traduction littérale de nos grands-parents nous dit (Ubwanwa bwapfutse umunwa) ma barbe blanche étouffe la bouche.

Lire la suite...
 
Burundi : Nahum Barankiriza est-il victime d'une cabale ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 27/02/2013

Que cache l’acharnement contre la société Tanganyika Sugar Industries ?

 Par Daniel Kabuto

Depuis un certain temps, certains médias burundais et certaines associations de la société civile s’acharnent alertent contre les projets d’investissement de la société Tanganyika Sugar Industries. On a entendu sur la Radio Publique Africaine des révélations préoccupantes sur de prétendues magouilles attribuées à la société Tanganyika Sugar Industries et à certains dirigeants de la Banque BNDE. On a vu l’Observatoire de la Lutte Contre la Corruption et les Malversations Economiques saisir le Deuxième Vice-président de la République d’une requête visant à empêcher l’octroi d’un crédit de trois milliards de francs burundais à la société Tanganyika Sugar Company. On a vu le Pierre Claver MBONIMPA Président de l’APRODH porter des accusations graves sur les activités et la situation financière de la société Tanganyika Sugar Industries. Nous avons analysé toutes ces déclarations et mené des investigations auprès de la société Tanganyika Sugar Industries, auprès de l’Office Burundais des Recettes et auprès de la Banque BNDE pour clarifier cette situation. Il faut dire qu’au Burundi, ceux qui crient aux victimes sont souvent des loups qui portent des peaux d’agneau !

Lire la suite...
 
Ruvakuki victime d’un bras de fer entre pouvoir et médias Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 26/02/2013

Burundi : Qui de la justice burundaise et des confrères de Ruvakuki maintient ce dernier derrière les barreaux ?

Par Salvator Sunzu, Journaliste

Hier inconnu du grand public, Hassan Ruvakuki, journaliste à Isanganiro et correspondant d’RFI en Swahili est aujourd’hui à la une de l’actualité. Pour le pouvoir de Bujumbura, le journaliste a été pris en flagrant délit de collaboration avec un mouvement rebelle en gestation.

Pour ses confrères tant locaux qu’internationaux, Mr Ruvakuki était en Tanzanie dans l’exercice de sa profession de journaliste. Qui des deux côtés dit la vérité ? Quel que soit le détenteur de cette dernière, personne des deux côtés n’est parvenu à convaincre.

Lire la suite...
 
Dévaluation du Franc-Bu : Faut-il pour crier haro sur le baudet ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 21/02/2013

La valeur de la monnaie burundaise :

Au-delà des mots, les chiffres en disent long

Par Hassan Ngendakumana

Dès leur premier cours d’Economie, une vérité de base est enseignée aux étudiants : l’économie n’évolue pas de manière linéaire, mais connait des cycles. L’analyse économique nous apprend que les cycles se rétrécissent et que désormais, presque toutes les économies alternent phases de récession et de croissance.

Lire la suite...
 
Burundi : la monnaie devient le tendon d’Achille du régime Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 18/02/2013

Vers quel rocher la monnaie burundaise va-t-elle s’écraser ?

 Par Daniel Kabuto

L’Occident nous a habitués aux aides et nous a tendu un piège des éternels recommencements comme si les Africains devions inexorablement perpétuer le mythe de Sisyphe ! Des cérémonies de signature d’accords ou conventions d’aides ou de crédits de financements de projets occupent parfois la Une du journal télévisé de la chaîne gouvernementale. La Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement, le Fonds Monétaire International, l’Union Européenne, le Fonds Européen pour le Développement, la République Populaire de Chine, USAID, JICA etc. ouvrent gentiment le robinet de la manne au secours des Burundais ! Lors de telles cérémonies, les ministres et leurs homologues ou ambassadeurs s’échangent des documents précieux sous les flashes des journalistes et la satisfaction des fonctionnaires de l’Etat dit pauvre et dépendant pour ne pas dire mendiant ! Qu’advient-il quand le mendiant bombe le torse ou fait la sourde oreille ?

Lire la suite...
 
AIDBU, CBB, DBB, ... : appropriation et usurpation d’une identité partagée ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 15/02/2013

La diaspora burundaise de Belgique : quelle identité ?

Par Protais Nisubire

Dans son mot de remerciement publié sur le site ARIB ce jeudi 14 février 2013, Gervais NZIKORURIHO, secrétaire général de l’organisation, Diaspora Burundaise de Belgique (DBB), rapporte que les intervenants à la journée de la diaspora burundaise de Belgique ont pu constater l’absence d’une définition spécifique de la diaspora burundaise :

« A la suite de son compatriote Dieudonné HABARUGIRA, Mme Patricia NTARIMA a corroboré cette définition selon laquelle, et à défaut de définition spécifique, on va dire par extension que l’appellation « diaspora burundaise » fait référence « aux personnes d’origine burundaise qui vivent à l’étranger et qui ont la volonté de contribuer au développement du Burundi. »

Lire la suite...
 
Incendie à Bujumbura : "Une tragédie aux conséquences ahurissantes" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 28/01/2013

Incendie du marché de Bujumbura comme

le « World Trade Center » à New York

 Par Daniel Kabuto

D’emblée, il importe de ne pas tirer des conclusions hâtives sur l’implication des islamistes de Somalie dans cette tragédie nationale. Mais l’impact de l’incendie survenu ce dimanche 27 janvier 2013 au marché central de Bujumbura est à comparer, pour le Burundi et la sous-région, aux mêmes choc et pertes vécus par les Américains, l’Occident voire même le monde entier. Hélas, déjà la compassion et la sérénité foutent le camp et la mobilisation en faveur des aides pour les familles et l’économie est reléguée à l’arrière plan par les détracteurs du régime à travers des écrits et des déclarations cyniques ou machiavéliques. Rien d’étonnant qu’on parle de par le monde de l’incendie d’une discothèque du Brésil et presque nullement de la tragédie burundaise. Maudite Afrique ! Pauvre Burundi !

Lire la suite...
 
Manassé Nzobonimpa interpellé sur son "virement à 180°" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 16/01/2013

Monsieur Manassé Nzobonimpa, j’ai des questions à vous poser !

Par Hassan NGENDAKUMANA

Monsieur Manassé, vous avez été parmi les grands fondateurs du parti CNDD-FDD, vous avez bataillé dur, vous avez même occupé les fonctions de secrétaire général et membre du comité des sages de ce parti. Sans doute que vous connaissez les forces et les faiblesses de chacun de vos anciens compagnons de lutte, vous étiez respectés et bien  considérés jusqu’au jour où tout à basculé. Maintenant c’est l’heure de la déception, de la défection. Pourquoi en arriver à l’indiscrétion?

Est-ce parce que vous êtes réellement soucieux de la situation globale du pays ? Ou tout simplement  parce que vous êtes soucieux de votre propre situation ? Vous est-il possible de  critiquer le gouvernement tout en gardant vos secrets ?

Lire la suite...
 
Burundi : La continuité de l’Etat caution de massacres et spoliations ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/01/2013

La problématique de la terre au Burundi :

empoignades électorales par la CNTB interposé

 Par Salvator Sunzu, Journaliste

La CNTB est aujourd’hui sur toutes les lèvres. Elle fait la Une des journaux et des ragots des bistrots. L’homme d’Eglise Mgr Sérapion, ("sobriqueté" de Scorpion par ses détracteurs) qui dirige la Commission Nationale Terre et autres Biens a une délicate et périlleuse mission : celle de remettre les victimes du génocide et de la barbarie innommable de 1972 dans leurs droits fonciers. Les victimes seraient des Tutsi prétendument fauchés par une rébellion fantomatique appelée à l’époque "Les Mulele", comme les Hutus décimés par une clique sanguinaire et génocidaire avec à sa tête l’innommable M…

Lire la suite...
 
Le spectre d’une "stratégie de la tension" au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 24/12/2012

Que la stratégie de la tension ne rime pas avec 2013 au Burundi.

Par Martin Kazirukanyo

La stratégie de la tension consiste à : imposer le débat, installer le doute des dirigeants d’un Etat souvent dit faible, créer l’incertitude non gérable chez les citoyens en les faisant craindre le chaos et en les poussant vers des actions désespérées, amener les milieux sociaux vers des revendications sans issue, cautionner toute idée avilissant le pouvoir en place et en le dénigrant systématiquement malgré ses réalisations, appuyer tout groupe qui se veut vouloir bloquer toute initiative novatrice en la qualifiant d’office de néfaste pour la société en vue d’arracher l’assentiment de la population en faveur du statuquo, etc. Bref, tout paralyser sauf si ces dirigeants acceptent le dictat.

Lire la suite...
 
Flash-back sur l’histoire tumultueuse des élections au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 22/12/2012

Le BURUNDI face à la civilisation électorale

 Par Hassan NGENDAKUMANA

La civilisation électorale est un processus extrêmement lent, et la lutte électorale développe des comportements dit déviants aux règles même de la démocratie, mais qui permettent d’accéder au pouvoir ou de le conserver par le biais d’élections  démocratiques. La stabilisation d’un tel régime, avec des élections qui ne sont pas susceptibles d’entraîner une crise du système politique, doit passer par un processus dont seul le temps sera le maître de sa mise en place effective. Faisons une analyse des différentes élections qui se sont déroulées au Burundi et tirons une conclusion.

Lire la suite...
 
Des lobbies derrière le rapport de Transparency International ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 17/12/2012

La face cachée de Transparency International

 Par Hassan Ngendakumana

La presse nationale burundaise commente le dernier rapport de Transparency International sur la corruption  au Burundi. Elle accepte les conclusions de ce document sans se poser de questions sur ses auteurs, leur méthodologie et leur finalité.

Tout d’abord parlons de la corruption au niveau mondial, Alors que Transparency International insiste sur le rôle des pays en voie de développement, le prix Nobel d’économie Joseph Stieglitz rappelle que ce sont pourtant bien l’Europe et le Etats-Unis qui via les multinationales génèrent les plus grandes corruptions hors de leurs frontières.

Lire la suite...
 
Burundi : La problématique des déplacés visiblement instrumentalisée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 20/11/2012

Burundi-Déplacés : Graves sequelles d’une réconciliation inachevée.

 Par Salvator Sunzu, Journaliste

Ruhororo, en province de Ngozi a été le théâtre de violents affrontements entre déplacés tutsi et la population hutue de la localité. Si les premiers ont préféré rester dans les sites de déplacés durant et après la longue crise sociopolitique, la dernière,  qui avait fui dans les marais, a regagné ses terres depuis la fin de celle-ci. Les affrontements à Ruhororo ont eu lieu dans la matinée du 4 au 5 novembre 2012. Les dégats ont été assez importants, semble-t-il. Chacun des media ayant intérêt dans l’affaire a donné ses propres bilans. Chacun y a mis sa propre sauce et l’auditeurou le lecteur  s’y est perdu. A telle enseigne que peu savent ce qui s’est réellement passé.

Aucun mort heuresement. Mais les dégats sont là : maisons et champs détruits, personnes blessées. Les violences ont en tout cas montré que le fossé entre les deux communauté (pour ne pas parler d’ethnie, terme ethimologiquement incorrect dans le contexte burundais) est grand. Les positionnements à des points radicalement opposés, la manière dont les médias et les hommes politiques se sont saisis du cas montrent à suffisance la gravité de la situation.

Lire la suite...
 
Burundi : choisir entre "vivre à genou" ou "mourir débout" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 18/11/2012

Vers l’insurrection populaire au Burundi

Par Nyandwi Léon

Comme dans les années 80 et 90 sous Bagaza et Buyoya respectivement, l’édification d’un régime tyrannique sous le Régime Nkurunziza I & II aurait brisé le stoïcisme du Peuple Murundi jusqu'à forcer ce dernier au maquis. L’information provenant des divers groupes rebelles qui émergent aujourd’hui laisse très peu d’illusions en ce qui concerne leur intention: combattre la dictature et réinstaurer la démocratie au Burundi. À défaut d’avoir refusé de tirer de leçons du passé, le CNDD-FDD assisterait déjà à la répétition de l’histoire.

Lire la suite...
 
Rose Ntwenga : "le temps de la Restitution est arrivé" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 05/11/2012

Dix-sept ans après l’enlèvement de Djuni, le 5 octobre 1995.

Injustice et Barbarie au Burundi.

Contribution à la Commission Vérité et au Mécanisme de Justice transitionnelle.

Montpellier, le 4 novembre 2012.

Par Rose Ntwenga.

Félix Ntwenga junior, dit Djuni, mon demi-frère a été enlevé à Bujumbura le 5 octobre 1995, par de jeunes hommes de sa connaissance, dans le quartier de Buyenzi, tout près du marché de Ruvumera. Après que l’un des ravisseurs l’ait désigné du doigt, d’autres jeunes[1] l’ont sorti du lot des passagers du bus pour le conduire au quartier de Bwiza. C’était à l’adresse de Bosco Sindihebura, dit Cehusi, mon demi-frère du côté de ma mère, Marcelline Ndikumana.

Arthur Nshimiye, l’ami de Djuni, avec qui il partageait la navette, a assisté médusé à la scène. Il a eu la présence d’esprit de ne pas faire de commentaires dès les premiers ordres en vue de l’enlèvement. Par contre, il s’est empressé de retourner à Katumba avertir ma nièce, Espérance Nahimana, de la situation impensable en cours. Elle devait convaincre son oncle Cehusi de laisser la vie sauve à son autre oncle[2]. Malgré toutes les demandes répétées de ma nièce, Djuni n’a plus réapparu au grand jour et son corps n’a jamais été retrouvé. Une  situation très difficile à revivre se présentait à nouveau pour la famille de Venant Ntwenga.

Lire la suite...
 
Burundi : Clap fin dans l’affaire Interpetrol ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 04/11/2012

L’affaire Interpetrol : Le Gouvernement présente ses sympathies aux anciens Ministres Denise Sinankwa, Athanase Gahungu, à l’ancien Gouverneur de la BRB Isaac Bizimana et au Directeur General d’Interpetrol selon un communiqué émanant du Gouvernement.

Par J. Isaac Bizimana

Un communiqué du Gouvernement émis le 12 octobre 2012 renseigne que le Gouvernement du Burundi avait inscrit à l’ordre du jour en conseil des Ministres du 11 et 12 octobre 2012 une note d’information relative au dossier Interpetrol présentée par le Ministre à la Présidence chargé de la Bonne Gouvernance et de la privatisation. Cette note informait le Conseil des Ministres de la « clôture d’un différent financier qui oppose l’Etat du Burundi à la Société Interpetrol en rapport avec deux paiements successifs faites cette société et de la dette douanière die par la même société » selon ce communiqué.

Lire la suite...
 
Nkurunziza : "La conférence de Genève sera déterminante pour le Burundi" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Temps, 26 octobre 2012

Genève marque une étape dans le développement du Burundi

 Pierre Nkurunziza, président du Burundi, présente les défis qui attendent son pays en reconstruction, à quelques jours d’une conférence

Plus de 15 années de conflit sociopolitique ont ravagé mon pays au cours des deux décennies précédentes. Ce furent des périodes d’instabilité et de violences qui ont laissé des traces dans l’économie et le tissu social burundais. Peu de familles ont été épargnées par le conflit et les traumatismes qu’il a engendrés. Les séquelles de cette période sombre de l’histoire de mon pays apportent encore quelques nuisances, auxquelles le peuple burundais doit faire face au quotidien.

Lire la suite...
 
L’ancien Bodyguard de Ndadaye rejette le rapport de l’ONU de 1996 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 24/10/2012

DEMENTI CONCERNANT LE RAPPORT DES NATIONS UNIES SUR L’ASSASSINAT DU PRESIDENT NDADAYE

 Par Gratien Rukindikiza

Mon démenti s’adresse à Arib qui a publié l’extrait du rapport des Nations Unies sous forme d’éclaircissement. En effet, ce rapport sorti en 1996 a été contesté par plusieurs personnes par son manque de professionnalisme. Des témoignages inventés de toutes pièces m’ont été attribués parce que les enquêteurs refusaient de publier ce que je leur avais expliqué.

Contrairement à ce qui est écrit et repris par Arib, le Colonel Bikomagu ne m’a jamais  donné un ordre de partir à l’Ile Maurice. Il ne savait même pas si je partais à l’étranger ce jour. Pour toute personne qui connaît l’organisation de la sécurité d’un Président, le chef d’Etat Major n’a pas des ordres à donner à cette sécurité. Le Colonel Bikomagu ne m’a jamais donné un ordre au moment où j’étais à la sécurité du Président Ndadaye. Lui–même sait que j’avais une liberté d’action et que j’avais posé des actes hors du palais sans qu’il soit au courant.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 201 - 225 sur 411

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher