topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Opinion
Processus électoral au Burundi : "Un regard froid sur les faits s’impose" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 08/06/2010

Burundi Élections 2010

Le Processus Électoral Paralysé

Par Nsengiyumva Vincent

Introduction

Avec le retrait de l’Uprona, le marathon électoral qui venait juste de commencer est paralysé. Simplement. Le CNDD-FDD se retrouve seul sur la ligne de départ. L’opposition conteste résolument les communales qu’elle estime largement fraudées par le pouvoir. Du côté de la CENI les surprises se multiplient. D’abord c’était un inexplicable double ajournement des élections. Puis c’était la tenue des élections caractérisées par un manque de préparation chronique (au niveau de la logistique et de la gestion). Avec raison, l’opposition n’a pas cru à un simple problème organisationnel. Ensuite, au lieu de saisir le retrait de la course de tous les partis politiques avec discernement et aborder la situation avec sagesse et impartialité comme il se devait dans de telles conditions, c’est le président de cette commission en personne qui minimisera le rôle même des partis politiques autres que le CNDD-FDD dans le processus électoral en les comparant aux simples condiments d’un repas. Les propos de l’Ambassadeur Ndayicariye ont été malheureux et n’ont fait qu’attiser les appréhensions des partis de l’opposition - et au fur et à mesure le point de vue de la CENI se calque à celui du CNDD-FDD. Avec la Commission Electorale Nationale Indépendante jouant présentement le rôle du troisième belligérant, la situation semble sans issue. Pour le moment le processus électoral est bloqué.

Lire la suite...
 
Burundi : Faudrait-il faire appel à l’équipe de la CENI de 2005 ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 05/06/2010

QUELLE EST LA SOLUTION POUR LES ELECTIONS AU BURUNDI ?

Par Joshua Nimuzima

Comme la plupart des Burundais, j’étais choqué et confus le jour de la proclamation des résultats des élections communales. Je n’en revenais pas car tous les résultats donnaient plus de 80% de voix au CNDD-FDD (ils ont plus tard réduit le score à 64% pour calmer les esprits) et il fallait être fou ou ignorant pour y croire.

Comme beaucoup de Burundais, j’étais tombé dans le piège de croire que le président de la CENI est un homme intègre et incorruptible jusqu'à ce que je reconnaisse la nature de l’arbre par ses fruits.

Lire la suite...
 
Elections : Appel lancé à Rwasa à revenir sur sa décision "par fidélité à Gahutu" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/06/2010

Mbonimpa MelchiorCapituler, c’est un mauvais choix

Par Melchior Mbonimpa

Il y a quelques semaines, j’écrivais ceci dans un article portant sur le demi-siècle des indépendances africaines : « […] en Afrique, on a effectivement assisté à la fin du monopartisme, et cela, aussi bien dans les pays anglophones que dans les pays francophones, mais encore une fois, la montagne a accouché d’une souris, parce que, ni les partis au pouvoir, ni ceux de l’opposition n’ont une culture démocratique suffisante pour admettre que lors d’élections libres, il y ait des gagnants et des perdants. Nous avons donc un multipartisme typiquement africain, affligé de cette curieuse infirmité intellectuelle : on organise des élections où tout le monde doit gagner ! Ceux qui perdent contestent immédiatement les résultats, quitte à provoquer des bains de sang.

Lire la suite...
 
Un cri de cœur pour le Lac Tanganyika Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 26/05/2010

Couché du soleil sur le Lac TanganyikaPar Ntwari Jim Thierry

Lac qui m’a bercé

Tu es beau chef d’œuvre de la nature

Tu es le cœur et le poumon d’immense pâture

Tu  es la mère nature qui abreuve tant de créatures

Lire la suite...
 
Génocide de 1972 au Burundi : Chronique macabre des départs sans retour Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 14/05/2010

Mon Père est parti le 14 mai....

Par Paul Ndayikengurukiye

Nous sommes dimanche le 14 mai 1972. C’est cette date qui sonna comme un point final à une vie familiale, à la grandeur et aux rêves, le jour où l’impasse s’abattit en plein jour sur ma mère et ses enfants mais sans doute aussi sur notre regretté père, qui d’un seul coup se verra séparé définitivement de tout ce qui lui était le plus cher.

Monsieur Mathias BIGARIHIYE était notre Papa, un tonton, un cousin ou un ami pour les autres ….Bref un proche pour beaucoup. Pendant plusieurs  années il avait travaillé pour l’école primaire de RUKINA dont il était l’initiateur alors qu’il était catéchiste à la même école. Je dis bien “initiateur” parce que seule la première classe était à l’époque agréée par l’Etat. Et, feu mon père avait réuni les notables de cette zone pour construire eux-mêmes des locaux de classe afin que les enfants poursuivent leurs études sur place au lieu de se rendre à RUMEZA, soit plus de 15 km plus loin.

Lire la suite...
 
Génocide de 1972 au Burundi : Episodes de la cruauté ordinaire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 08/05/2010

La condamnation du 8 mai 1972.[1]

Application Immédiate

Transmission de Mémoire et Contribution à la Commission Vérité.

Témoignage.

Par Rose Ntwenga.

Aborder le contenu de cette condamnation signifie entreprendre le récit de l’épouvante. C’est décrire à l’attention du grand public, enfin, la manière dont le désordre a été semé au sein des cellules familiales, des initiatives commerciales et des autres cadres de rencontres. Le silence observé par la plupart des victimes du génocide de mai et juin 1972 au Burundi a fait croire que la férocité de la répression était justifiée et légitime. Alors que la réalité vécue et le déroulement des faits du génocide de 1972 démontrent, bien au contraire, l’aboutissement d’un sinistre projet datant d’une dizaine d’années auparavant[2].

Au quotidien, un dispositif s’est mis en place et demeure opérant jusqu’à aujourd’hui au Burundi comme dans les autres pays où résident des survivants, des témoins ou des acteurs/bénéficiaires du génocide de 1972.

Lire la suite...
 
Les descendants des victimes de 1972 au Burundi brisent le silence sur un tabou Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 05/05/2010

Ce que je suis devenue.

En ces temps où nous commémorons le 38ème anniversaire du génocide de 1972 au Burundi, les familles des victimes ont le devoir de témoigner pour rappeler l’existence des disparus et l’infortune qui les a frappés.

Honorer leur mémoire permet de les réhabiliter dans leur droit et leur dignité.

Ici, le témoignage de Madame Africa-Annick Bivugire dont le père, étudiant à l’Ecole Normale Supérieure (E.N.S) à Bujumbura, a disparu entre mai et juin 1972, dans des circonstances inconnues. L’unique certitude, c’est que son père avait décidé de quitter le pays au vu de la gravité de la situation.

Propos recueillis par Perpétue Nshimirimana.

Lire la suite...
 
Appel poétique pour un sursaut patriotique burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 01/05/2010

 Par Régine Cirondeye

Peuple Murundi, Peuple résilient, Ô mon peuple !

Souvenez-vous, peuple Murundi, peuple du Burundi, ma patrie.

L’autre jour en 1892, sous Mwezi IV Gisabo et vous-même, en harmonie,

Tippu Tip et Rumariza[1] ont fui la canicule de votre intendance.

Lorsque le traité de Versailles[2]

A transpercé vos entrailles,

« Warapfunywe ntiwapfuye, warahabishijwe, ntiwahababuka ! ».[3]

Avant-hier, en concert unique, vous avez escamoté votre indépendance.

Hier, en un duel bien dispendieux, sans fanfare, sans cérémonie,

Vous avez étreint la bouillonnante démocratie.

Et aujourd’hui, en euphonie syndiquée[4] et en habile acrobatie,

Vous clamez toujours bien haut votre fiducie, suprématie et hégémonie.

« Ab Imo Pectore »[5], je m’incline devant tant de diplomatie.

Lire la suite...
 
Les victimes du génocide de 1972 au Burundi se racontent Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 30/04/2010

Hommage à Gérard Ndayavurwa : Mort en 1972, Décédé en 2008

Par Emmanuel Manirakiza - Canada

C’était au courant du mois de mai 1972, alors qu’il était dans sa classe de 6ème, à l’école primaire de Ndagano, en pleine leçon avec ses élèves, la porte s’ouvrit et une voix s’écria: “Vous devez être Gérard Ndayavurwa?” Et toute la classe sursauta… Oui, …il y a un problème?... Sous la stupeur de ses élèves, trois gendarmes armes jusqu’aux dents bondirent sur lui, commencèrent à le matraquer et le jetaient dans un camion militaire déjà superchargé d’autres fonctionnaires, commerçants et paysans Hutu du coin. Quelques heures plus tard vers la tombée de la nuit, tous sans exception aucune, sans procès ni autre procédure, devraient être fusillés à bout portant.

Lire la suite...
 
29 avril : Commémoration du génocide contre les Hutu du Burundi en 1972 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 29/04/2010

N’oublions jamais le Génocide de 1972 au Burundi !

Enfant avec un bras décapité, image symbole du génocide perpétré contre les Hutu du Burundi en 1972Ce 29 avril 2010 est une occasion renouvelée de rappeler que le génocide de 1972 a anéanti plusieurs milliers de Burundais dont l’identité commune était d’appartenir à l’ethnie Hutu. Les familles des victimes aux premières heures des arrestations et la nouvelle génération de leurs descendants, doivent témoigner pour attester des actes ignobles et sanguinaires subis par les disparus et les survivants. Cette démarche permet de les sortir de l’oubli décrété par les acteurs politiques Tutsi de 1972.

Quelques-uns de ces derniers sont encore vivants et influents sur la scène politique burundaise.

Rappeler l’existence subitement interrompue des nombreux disparus de 1972 est une façon des les faire vivre à nouveau.

Ce 29 avril 2010 est le moment, aussi, de dénoncer ces crimes commis, certains imprescriptibles, restés impunis jusqu’à aujourd’hui.

Ce 29 avril 2010 permet de formuler encore une fois le besoin de justice au Burundi.

Ici, le témoignage d’Elie Niyoyitungira, ancien journaliste à la Radio Télévision Nationale du Burundi (de 1981 à 1993)

1972, a été une année d’horreur pour lui.

Il se souvient.

Voici ses propos recueillis par Perpétue Nshimirimana :

Lire la suite...
 
Le cri d’une femme désabusée de la situation politique du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 19/04/2010

Élections burundaises, peut-on parler de démocratie ?

Adrienne NijimberePar Adrienne Nijimbere

Dans moins d’un mois commencent les élections générales dans tout le pays, les Barundi vont démocratiquement élire leurs dirigeants et représentants, à tous les niveaux des institutions du pays. Mais peut-on parler de démocratie au Burundi ? Peut-on parler de choix du peuple ? Le peuple burundais a-t-il la possibilité ou la liberté de faire un choix de ceux qui, demain vont diriger le pays ? Au Burundi, l’expérience aura montré que les dirigeants de toutes ethnies et de tout acabit ont peur de la démocratie, y compris ceux-là qui, il y a un temps se réclament « démocrates nés » ! Les intimidations et assassinats ciblés ou les massacres de masse sont depuis près de cinquante ans le mode courant d’accéder ou de se maintenir au pouvoir.

Lire la suite...
 
Quelques pistes de solutions à la crise de logement au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 26/03/2010

Par Severin Ntirampeba

Le logement est un besoin fondamental de l’être humain á côté de manger, boire et s’habiller. L’Etat a donc l’obligation de créer un système de production et de distribution de logements qui permet á tous d’être logé décemment.

La situation de l’habitat au Burundi est caractérisée, en quantité comme en qualité, par une insuffisance absolue qui s’explique tant par des facteurs démographiques (une croissance rapide des centres urbains) que par des facteurs socio-économiques.

Si la misère des logements n’est qu’une expression de la paupérisation de nos populations, le cadre de la recherche de solutions ne saurait être conçu sans l’intervention des pouvoirs publics dans la planification économique et sociale du développement intégré, car le logement reste un élément de la modernisation globale de la société.

Lire la suite...
 
Déo Hakizimana : "Quel feu couve entre Bujumbura et les chancelleries ?" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 19/03/2010

REFLEXION A HAUTE VOIX SUR LA SITUATION DIPLOMATIQUE DU BURUNDI A LA VEILLE DU PRINTEMPS 2010

Déo HakizimanaQuel feu couve entre Bujumbura et les chancelleries ? Nous sommes en présence d’un phénomène qui piège tout le monde.

Le conflit rampant qui semble opposer depuis au moins l’été dernier une partie des membres de la communauté internationale à l’establishment au pouvoir à Bujumbura ne fait pas la une des journaux, même parmi ceux qui ont l’habitude faire du grand bruit, ceci malgré son importance que cette actualité représente dans le contexte « géopolitique » (1) actuel.

Les faits ? Nous faisons référence par exemple à la déclaration récente du ministre de la Sécurité publique, qui renvoie aux milieux diplomatiques la responsabilité d’avoir diffusé ce qui est présentée comme une fausse alerte relative à une probable mutinerie généralisée au sein des forces de défense et de sécurité.

Lire la suite...
 
Les Burundais de la diaspora appelés à monnayer à prix fort leur droit de vote Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 10/02/2010

 J’ai lu sur plusieurs sites tenus pas des compatriotes, la polémique et le tôlé d’interrogations qu’ont suscité la note de la CENI concernant les inscriptions des Burundais de la diaspora au rôle des élections en vue.

Pour ma part, je suis de la diaspora vivant au Canada et je suis de ceux qui s’interrogent encore sur les raisons réelles de cette décision.

En effet la note de la CENI dont il est question a laissé entendre que les Burundais de la diaspora qui veulent s’inscrire doivent fournir pour leur identification : un passeport valide, une carte consulaire ou une attestation ou laissez-passer tenant lieu de passeport : la carte d’identité communément appelée Karangamuntu étant exclue car étant un document reconnu seulement au Burundi.

Lire la suite...
 
Elections 2010 au Burundi : Appel à "Calmer le jeu" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 31/01/2010

Mbonimpa MelchiorCalmer le jeu

Par Melchior Mbonimpa

Les Barundi sont inquiets. On nous parle de tentatives de mutinerie dans l’armée. De « jeunes militants » de divers partis qui jouent avec le feu. On entend des prophètes de malheur qui annoncent, sans sourciller, l’impossibilité des élections attendues pour bientôt, ou qui prédisent que ce sera l’occasion d’un bain de sang ou encore, d’une gigantesque fraude orchestrée par le CNDD-FDD pour se maintenir au pouvoir coûte que coûte. Que penser de tout cela ?

Je n’ai aucune certitude que le CNDD-FDD est coupable de tous les péchés dont on l’accuse. Je ne dirai même pas qu’il n’y a pas de fumée sans feu : ce serait avaliser l’idée que la rumeur et le procès d’intention peuvent  annuler l’impératif de la preuve. Mais il y un point sur lequel j’ai l’impression que les accusateurs ont probablement raison : les jeunes militants de ce parti  méritent-ils le beau nom qu’ils portent comme une parure : Imbonerakure ! Ont-ils vraiment l’œil perçant ? Voient-ils aussi loin qu’on veut nous le faire croire ? Je me permets d’en douter. Ce qu’on rapporte de leurs comportements fait plutôt penser à un groupe affligé d’une vue très basse. Cette infirmité, ils la partagent probablement avec ceux qui auraient dû les discipliner, mais qui les laissent faire ou les encouragent dans leurs agissements. S’ils espèrent un quelconque bénéfice de ce désordre toléré ou carrément organisé, ils se trompent, ils se tirent dans le pied et se condamnent à boiter  au lieu de marcher normalement, la tête haute. Tous les Barundi savent que la terreur, d’où qu’elle vienne, a un goût amer. Nous l’avons appris à nos dépens, pendant presque un demi-siècle. Arrêtez donc de nous servir encore cette médecine nauséabonde.

Lire la suite...
 
Rose Ntwenga : Témoignage sur les évènements "dits de 1969" au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 29/12/2009

Perpétuer la Mémoire de leur Innocence.

Témoignage sur les évènements « dits de 1969 » au Burundi.

Transmission de Mémoire et Contribution à la Commission Vérité.

Par Rose Ntwenga, le 22 décembre 2009, à Montpellier (France)

Témoignage

Bujumbura, année scolaire 1969-1970.

Je me souviens :

(…)

Au Lycée, voyeurisme et perfidies.

Au premier trimestre de la classe de cinquième en 1969, j’apprenais que mon père était à nouveau en prison. A l’internat du Lycée Clarté Notre Dame à Bujumbura, la nouvelle avait fait le tour des filles. Christine  M. m’avait expliqué :

« Les amis de ton père préparaient un complot et il a tout raconté.  C’est un traître ! »

J’étais peinée de le savoir à nouveau en prison.

Lire la suite...
 
Souvenirs du 28 novembre 1966 : La chute de la royauté du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 08/12/2009

La chute de la royauté du Burundi

Le 28 novembre 1966.

Souvenirs et Compléments d’information

Transmission de Mémoire et Contribution à la Commission Vérité.

Par Rose Ntwenga, le 7 décembre 2009

Souvenirs du 28 novembre 1966

Le matin du 28 novembre 1966 à la station d’essence Cimpaye du Quartier.4, Ngagara, une escouade de militaires fantassins avait pris place sur la piste en terre. La circulation routière était contrôlée par les gendarmes. Toutes les voitures étaient immobilisées et fouillées.

L’évidence sautait aux yeux. Le bus scolaire n’assurerait pas la navette. La colonie d’enfants de l’arrêt du bus s’était scindée en deux groupes. Ceux qui rentraient chez eux, leurs parents leur viendraient en aide. Et nous, nos fratries, avec Anastasie Kabeya en tête, avions décidé de marcher les cinq kilomètres pour rejoindre l’école primaire Stella Matutina.

Lire la suite...
 
"Liberté d’expression : si l’on en abuse, le remède peut se métamorphoser en poison" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 22/11/2009

Apostrophe à Déo Niyonkuru : quand l’arbre cache la forêt

Mbonimpa MelchiorPar Melchior Mbonimpa

Je n’ai pas visité mes sites favoris d’information sur le Burundi pendant quelques jours. Pour rester dans l’air du temps, je viens de reprendre mes routines quotidiennes : consacrer quelques minutes (jamais plus d’une heure par jour) à lire les journaux,  fréquenter l’Internet, écouter les radios en ligne, en nourrissant l’espoir (un peu fou) d’être capable, même à distance, de faire la part des choses dans ce qui se dit au jour le jour sur le Burundi. Je ne croyais pas que le retour à mon poste de travail me réservait une surprise.

Quelle surprise? Un article affiché par le site Arib.info, et repris deux ou trois jours plus tard par Burunditransparence. Titre mis en exergue par la rédaction d’Arib: « Limogeage de Samuel Ndayiragije pour endormir les bébés politiciens burundais ». Rien d’étonnant dans la première partie de ce titre. Comme tout le monde, je savais que ce ministre avait été limogé et que cela faisait jaser. Par contre, la seconde partie du titre, effectivement tirée du corps du texte publié, m’a fait sursauter: « pour endormir les bébés politiques burundais »! C’est trop condescendant envers nous, pauvres observateurs non avertis, rabaissés au rang de bébés. C’est comme si l’auteur n’était pas l’un des nôtres, nous qui  formons le camp des crédules, des insignifiants, incapables de pensée et de critique. Il est, lui, dans le camp des « lumières », comme Voltaire, Montesquieu, et autres grands intellectuels de leur siècle.

Lire la suite...
 
Limogeage de Samuel Ndayiragije pour "endormir les bébés politiciens burundais" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 14/11/2009

LE MINISTRE NDAYIRAGIJE : SON LIMOGEAGE N’EST QUE TROMPE-L’ŒIL ?

Par NIYONKURU Déo

Depuis l’avènement du CNDD-FDD au pouvoir, tout un chacun est en droit d’affirmer à haute et intelligible voix que rien ne va plus au Burundi. Et personne ne peut le nier car c’est une réalité qui crève les yeux.

En effet, depuis l’accession du Burundi à l’indépendance en 1962, le peuple burundais n’avait jamais souffert d’autant de maux : la famine, la sécheresse, les inondations, les maladies, le chômage etc.… bref, la pauvreté est omniprésente et frappe toutes les catégories sociales. En d’autres termes, des fléaux qui pourrissent la vie des burundais excepté celle des dignitaires du CNDD-FDD.

Lire la suite...
 
Débat inter-burundais : Quand la langue de Molière s’en mêle … Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 07/11/2009

De : Apollinaire Ndayishimiye

Date : 7 novembre 2009

Objet : Lettre à Monsieur Stanislas Bigirimana

À Monsieur Stanislas Bigirimana.

Suite à votre article intitulé “A QUOI SERT LA RHETORIQUE DU SUPPLICE” paru comme une critique sur la critique à l`égard de la prestation de Nkurunziza à Bruxelles dont l`auteur est Monsieur Muhanuzi Frère, et avec tout mon respect à votre égard, je compte vous dire ce qui suit.

Je suis burundais comme vous et Muhanuzi Frère (tenant compte de vos noms) et je suppose que personne entre nous trois considère la langue française comme sa langue maternelle. Pour ce faire, j`ignore les motivations de votre critique quant à son fond ainsi qu`à sa forme. Un adage en Kiswahili (Swahili si vous voulez bien) de la RDC dit ceci: “ Barabara ndefu haikosi lukumba” (traduction libre de: une longue route ne manque jamais de virage) et les français eux disent : “Tel est pris qui croyait prendre.”

Lire la suite...
 
Critique de la critique sur la prestation de Nkurunziza à Bruxelles Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 06/11/2009

A QUOI SERT LA RHETORIQUE DU SUPPLICE ?

Par Stanislas Bigirimana

Je viens de lire le texte intitulé « Tout n’est pas rose au Burundi, Monsieur le Président Nkurunziza, un minimum d’humilité et remettez le tablier ». L’auteur est inflexible, « c’est pour la première fois, et certainement la dernière » et la « rencontre était décevante sur tous les points de vue» Ensuite il s’attaque nommément et ironiquement au « très respecté ambassadeur Laurent Kavakure.»

Son texte me reste perplexe quant à ses motivations profondes car je ne saurais les cerner mais il relève que le président a été accueilli par « des démonstrations quelque soit le nombre des manifestants.» Je me demande si en disant que c’est une réalité qui ne crève pas les yeux, il s’est trompé d’expression et il voulait dire « c’est une réalité qui crève les yeux. »

Lire la suite...
 
Haro sur la dernière visite du président Nkurunziza à Bruxelles Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 01/11/2009

Tout n’est pas rose au Burundi, Monsieur le Président Nkurunziza,

un minimum d’humilité et remettez le tablier.

1. Introduction

Comme certains de mes concitoyens, j’ai sacrifié mon temps ce samedi 24 octobre 2009 pour aller écouter le Président Nkurunziza qui rencontrait la communauté burundaise pour la troisième fois.  Ce fut pour moi la toute première fois que je faisais un tel déplacement et c’est certainement la dernière.

En lisant les sites burundais et plus particulièrement www.abarundi.org et www.burundiforum.info, je me suis senti interpeller pour juste apporter mon témoignage dans le seul but d’apporter des éclaircissements sur cette rencontre décevante sur tous les points de vue contrairement aux écrits notamment des deux sites. Je précise que je n’ai aucun intérêt de mentir loin de là, ce témoignage devrait être vu comme un clin d’œil au protocole du Président, au Président Nkurunziza et ses collaborateurs en l’occurrence le très respecté ambassadeur Laurent Kavukure.

Lire la suite...
 
Hommage au commandant du camp Kamenge disparu en octobre 1965 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 29/10/2009

Honneur à toi,

Commandant[1] du camp militaire de l’Ecole Normale de l’Etat  en Octobre 1965, actuel camp Kamenge

- Au fil des morceaux de souvenirs -

Transmission de Mémoire et Contribution à la Commission Vérité.

Par Rose Ntwenga, le 29 octobre 2009

Commandant,

Je ne me souviens pas de ton nom.

Mais, ma sœur Honorata et moi, avons été tes demoiselles d’honneur à ton mariage.

Tu as disparu depuis octobre 1965.

Toutes les péripéties de tes derniers instants nous ont été relatées.

Plusieurs choses étaient à retenir.

Je ne me souviens plus exactement de tout.

Beaucoup de mensonges ont été, aussi, racontés depuis.

En ton absence, des années après, ton épouse a traversé des difficultés.

Elle est venue demander de l’aide.

Au lieu de l’aider et  de comprendre,

Mon père, Venant Ntwenga, a gesticulé,

Avant tout, exaspéré par son  triste état.

C’est à ce moment que les hommes qui se reconnaissent en toi,

Qui ne t’ont pas oublié,

Ont rappelé que j’étais « ta fille[2] ».

Je ne devais pas l’oublier.

Lire la suite...
 
Déo Hakizimana sur la question des frontières dans les Grands Lacs Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Les Afriques, 14-10-2009

Deo Hakizimana : «Il faudra bien un jour crever l’abcès des frontières imposées par Berlin»

Déo HakizimanaPour Deo Hakizimana, écrivain burundais, spécialiste en études stratégiques, « le président Sarkozy a peut-être dit tout haut, trop tôt, ce que d’autres pensent tout bas ». Et dans une région des Grands Lacs repensée, le Burundi pourrait jouer un rôle de facilitateur de premier plan.

Les Afriques : Que pensez-vous de la proposition de Nicolas Sarkozy (*) concernant un rapprochement économique Rwanda RDC ?

Deo Hakizimana : La déclaration du président français et les réactions qu’elle a suscitées dans différents camps doivent être replacées dans leur contexte. En effet, si je me souviens bien, c’était au moment où le débat faisait rage, au lendemain du rapport de l’ONU sur la RDC, qui était extrêmement critique à l’égard d’un statu quo favorisant la guerre et le pillage des ressources congolaises. La guerre du général Nkunda venait d’échouer et on pouvait dire que la prise de Goma, qui était imminente en octobre 2008, n’était plus tolérée par les grandes puissances, notamment par certains Etats européen qui ont menacé Kigali de geler leur coopération. Et c’est surtout au moment où une nouvelle équipe est venue aux affaires à Washington. Quelques propos prêtés à d’anciens hauts décideurs américains, dont certains allaient faire partie de l’administration Obama, n’approuvaient pas la politique américaine des années antérieures.

Lire la suite...
 
Souvenirs au matin du 14 octobre 1961, lendemain de l’assassinat de Rwagasore Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 14/10/2009

L’assassinat du Prince Louis Rwagasore le 13 octobre 1961 et ses conséquences

Transmission de Mémoire et Contribution à la Commission Vérité.

Par Rose Ntwenga, le 14 octobre 2009

Le meurtre du Prince Louis Rwagasore, dans la soirée du 13 octobre 1961 constitue la première transgression violente connue du Burundi moderne naissant, quelques mois avant son passage à l’indépendance le  1er juillet 1962.

Des acteurs politiques de l’époque ont pris la décision de pousser le pays dans l’engrenage d’une violence préméditée et constamment alimentée.

Tenter d’y mettre fin implique de se pencher sur les vraies raisons et les conséquences de l’acte déclencheur de la première vague qui a visé, au-delà de la seule vie du Prince Louis Rwagasore, plusieurs autres personnes dont les Hutu des années 60, jusqu’à leur quasi-anéantissement par le génocide de mai et juin 1972.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 11 12 13 14 15 16 17 Suivante > Fin >>

Résultats 376 - 400 sur 425

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher