topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Inquiétude chez les Rwandais, Burundais et Libériens de Montréal Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diaspora

@rib News, 26/07/2009 - Source La Presse

Les communautés rwandaise et burundaise de Montréal craignent que des dizaines de leurs membres soient forcés de quitter le Canada, conséquence d'une nouvelle politique fédérale sur l'expulsion des demandeurs d'asile.

Le gouvernement fédéral a annoncé jeudi soir qu'il levait la suspension des expulsions vers le Rwanda, le Burundi et le Liberia. Dans le cas des deux premiers pays, le moratoire avait été adopté en 1994, dans la foulée du génocide rwandais. On craignait de mettre la vie des demandeurs d'asile en péril en les renvoyant dans leurs pays d'origine.

Ottawa estime que la mesure n'est plus nécessaire, car la situation politique et humanitaire s'est améliorée dans ces trois pays. Elle reste toutefois en vigueur pour les ressortissants de l'Afghanistan, de la République démocratique du Congo, d'Haïti, de l'Irak et du Zimbabwe.

Quelque 2100 Rwandais, Burundais et Libériens qui se sont vus refuser le statut de réfugié pourraient devoir quitter le Canada.

Bien que la situation dans son pays natal se soit améliorée, Jean-Claude Manirakiza, ancien président de la Communauté burundaise de Montréal, estime que la décision d'Ottawa est mal avisée.

«Le Burundi vient à peine de sortir de 15 années de guerre civile, a-t-il indiqué. Et les séquelles de ce conflit persistent.»

L'actuel président de la communauté, Elie Nahimana, convient que de plus en plus de Burundais voyagent dans leur pays d'origine, signe que la paix y règne. Mais il craint que la situation ne dégénère dans les prochains mois. D'abord, parce que les combats continuent de semer la terreur dans la République démocratique du Congo voisine. Ensuite, parce que les élections prévues l'an prochain font craindre une nouvelle flambée de violence à plusieurs observateurs.

«Il y a une escalade entre les partis politiques, a-t-il affirmé. Et tout le monde veut se dépêcher d'y aller avant 2010, parce que tout le monde craint que les élections n'entraînent de la violence.»

Les Montréalais d'origine rwandaise sont plus partagés sur la question. D'une part, ils se réjouissent de la décision du gouvernement fédéral, y voyant la preuve que leur pays se porte mieux. De l'autre, ils craignent que des dizaines de leurs concitoyens établis au Canada depuis plus de 10 ans soient forcés de partir.

«Si ce sont des gens qui ont trempé dans des affaires criminelles, ils risquent d'être poursuivis par les autorités, mais autrement, il y a une grande sécurité au Rwanda», a indiqué Jean-Baptiste Kanobana, membre influent de la communauté rwandaise de Montréal.

Un sursis de six mois

Ottawa et Québec donnent six mois aux personnes qui risquent l'expulsion pour déposer une demande de résidence permanente. La procédure de renvoi sera suspendue pendant l'étude de leur dossier.

Le ministère provincial de l'Immigration étudiera le «parcours d'intégration» de chaque candidat - travail, études, dossier criminel, etc. - et fera des recommandations aux autorités fédérales.

«Ça les aidera à avoir un avis favorable», a dit le porte-parole de la ministre Yolande James, Luc Fortin.

Entre 200 et 300 résidants du Québec pourraient être expulsés en raison de la nouvelle politique fédérale.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher