topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : l'introduction du TPI pour les femmes enceintes attendue en 2015 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

@rib News, 23/12/2014 Xinhua

 L'introduction du traitement préventif intermittent (TPI) à la sulfadoxine-pyriméthamine pour les femmes enceintes est attendue au Burundi en 2015 dans le cadre du contrôle du paludisme auprès de cette population vulnérable, a révélé mardi à Bujumbura Dr Dismas Baza, expert au Bureau de la représentation de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

 "Dans les pays comme le Burundi où le poids du paludisme est suffisamment élevé [...] il est recommandé entre autres que le pays puisse mettre en oeuvre un TPI chez la femme enceinte en utilisant la sulfadoxine-pyriméthamine pour réduire en fait le poids de la maladie", a indiqué l'expert Baza en marge d'un atelier de mise en oeuvre de cette stratégie.

Selon le médecin Baza, cette stratégie consistera à administrer ce TPI chez la burundaise enceinte qui se rendra dans les services de santé pour une consultation prénatale.

"Selon les directives de l'OMS en rapport avec le TPI, à partir du moment où la femme sent les premiers mouvements du foetus, elle peut prendre une dose chaque fois qu'elle fait une consultation prénatale à condition que les doses soient espacées d'un mois. En principe, une femme enceinte devrait avoir trois doses de sulfadoxine-pyriméthamine parce qu'il a été documenté que les parasites du paludisme sont séquestrés dans le placenta", a-t-il précisé.

En projettant d'introduire le TPI au Burundi où le paludisme reste la première cause de mortalité, a poursuivi Dr Baza, les autorités sanitaires nationales veulent éviter des conséquences fâcheuses sur le nouveau-né (faible poids à la naissance, anémie, etc.) en cas d'omniprésence des parasites dans le placenta d'une femme enceinte.

C'est pourquoi, a-t-il souligné, avec cette réforme sanitaire envisagée, l'ambition du Burundi est d'accélérer la mise en place d'un TPI chez la femme enceinte parce qu'elle permettra au cours des années à venir des développements harmonieux des foetus et des naissances dans des conditions normales.

Dr Baza a fait remarquer cependant que dans les pays où la prévalence du paludisme est suffisamment basse, cette stratégie sanitaire n'est pas recommandée.

"Dans la sous-région africaine des Grands Lacs, par exemple au Rwanda, les autorités sanitaires locales ont déjà renoncé à l'usage du TPI chez la femme enceinte après avoir constaté qu'ils avaient fait beaucoup de progrès de telle sorte que cette stratégie n'apportait plus de valeur ajoutée", a-t-il noté.

En revanche dans des pays comme la Tanzanie, le Kenya et l'Ouganda, a-t-il fait remarquer, le TPI est encore en vigueur chez la femme enceinte dans des districts sélectionnés pour leur forte prévalence palustre.

Dr Baza en a profité pour souligner que sur base d'une enquête nationale faite en 2012 sur les indicateurs du paludisme, 17% des enfants burundais de moins de 5 ans ont des parasites de paludisme.

Il a ajouté que si on regarde en termes bruts pour une population burundais estimée actuellement à neuf millions d'habitants, chaque année la moitié de cette population fait un accès palustre. Pour preuve, a-t-il illustré, en 2013, le Burundi a enregistré autour de 4 millions de cas de paludisme avec 2500 décès.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher