topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : le mystérieux groupe rebelle venu de RDC est à prendre au sérieux Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

@rib News, 09/01/2015 – Source AFP

L'apparition la semaine dernière d'un mystérieux groupe armé au Burundi est un signal à prendre au sérieux à quatre mois d'élections-clés, même si le pouvoir du président Pierre Nkurunziza, en l'écrasant, a montré qu'il avait l'appareil sécuritaire en main.

L'armée burundaise, qui a arrêté quelques rebelles et saisi des documents, affirme connaître la stratégie et les objectifs du groupe en provenance de République démocratique du Congo (RDC) et écrasé dans le sang. En cinq jours d'affrontements, une centaine de rebelles ont été tués.

Selon elle, le groupe comptait s'installer dans la forêt de Kibira, qui partage le Burundi du nord au sud et servait de sanctuaire aux groupes armés pendant la guerre civile (1993-2006) -- notamment à la guérilla hutu en lutte contre l'armée alors dominée par la minorité tutsi.

De là, il entendait recruter et lancer des attaques dans tout le pays avant les élections générales de mai et juin, à l'approche desquelles le parti au pouvoir Cndd-FDD (hutu) du président Nkurunziza est accusé de faire le vide autour de lui.

Mais l'armée affirme toujours ne pas connaître l'identité des rebelles, dix jours après leur incursion dans la province de Cibitoke, à une cinquantaine de km au nord de la capitale Bujumbura.

Qui sont ces assaillants ? Qui se cache derrière eux ? Quels pourraient-être leurs relais au sein de la population ? Les questions restent encore plus nombreuses que les réponses.

Officiellement, Bujumbura tient à présenter les assaillants comme de simples "bandits", sans agenda politique. Mais en coulisses, des membres de l'opposition sont montrés du doigt.

Plusieurs hauts gradés de l'armée et de la police ont voulu faire accréditer la thèse d'un groupe fédérant Hutu et Tutsi, chose inédite dans un pays à l'histoire post-indépendance profondément marquée par les massacres interethnique.

Ils ont ainsi essayé de faire passer comme l'un des principaux leaders du groupe Alexis Sinduhije, président en exil du parti Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD) et considéré comme l'"enfant terrible" de la politique burundaise. L'ex-journaliste est perçu comme l'une des seules personnalités à pouvoir rassembler Hutu et Tutsi.

Mais "cette histoire de Hutu et de Tutsi mélangés est un pur mensonge", affirme Pierre-Claver Mbonimpa, président de la principale organisation burundaise de défense des droits de l'homme (Aprodeh).

Ce dernier ne nie pas la présence de Tutsi dans le groupe, mais il affirme qu'ils n'étaient qu'une poignée : "J'ai fait une petite enquête et je peux assurer qu'il s'agit d'un groupe composé de Hutu quasi-exclusivement".

"Le pouvoir tente de tirer sur la corde ethnique, de mobiliser sur cette question ultra-sensible car il pense qu'il peut créer ainsi une union sacrée autour du lui, mais c'est sans compter sur une frange hutu assez importante qui lui conteste cette autorité", analyse un politologue burundais.

Pour des observateurs aussi, il est évident que l'offensive était pilotée par une partie de l'opposition, mise en pièces à l'approche des élections.

"On peut penser que certains leaders de l'opposition ont orchestré cette attaque, car certains ont été forcés à l'exil et ne pourront pas participer aux élections, et d'autres ici constatent que l'espace politique est totalement bouché, qu'ils ont perdu leurs partis, et ils peuvent donc être tenté par la voie de la violence", résume le politologue.

L'incursion rebelle a d'ailleurs été suffisamment prise au sérieux pour que Bujumbura envoie l'artillerie lourde pour la contrer.

Selon des sources militaires, deux bataillons de retour de Somalie, où ils participent à une force de l'Union africaine, ont immédiatement été déployés.

Or "ces soldats sont très aguerris car ils ont été formés par les Marines américains, les Anglais et les Français", glisse un général.

Quoi qu'il en soit, "le processus électoral est très mal enclenché", estime Thierry Vircoulon, de l'International Crisis Group.

"Il y a encore une chance que le CNDD-FDD fasse une place à l'opposition" dans la perspective d'une réélection du président Nkurunziza, dit-il.

Si c'est le cas, "les choses se passeront gentiment : les leaders actuels de l'opposition extra-parlementaire peuvent devenir députés et constituer une opposition parlementaire qui consolide la démocratie au Burundi", poursuit-il.

Mais "si le CNDD-FDD maintient les portes fermées, il ne restera plus beaucoup d'autres alternatives (à l'opposition) que la lutte armée".

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher