topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Toujours pas d’indemnisation suite à l'incendie du marché de Bujumbura Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

@rib News, 29/01/2015 - Source Xinhua

 Deux ans après l'incendie qui a rasé le Marché central de Bujumbura au Burundi (photo), les victimes de cet incendie se sont plaintes de n'avoir toujours pas reçu l'indemnisation qui leur avait été promise.

"Après avoir perdu tous mes biens dans l'incendie, j'ai cherché un autre endroit que je pourrais me permettre de louer pour ouvrir une boutique. J'ai payé beaucoup d'argent pour la louer", a déclaré à un boutiquier, Ildephonse Nizigiyimana.

Il paye un loyer mensuel de 100.000 francs burundais (64 dollars USD) tandis qu'il ne payait auparavant que 15.000 francs burundais par mois (9,6 dollars) au Marché central de Bujumbura.

Le gouvernement burundais avait promis de rembourser les victimes de l'incendie, mais deux années ont passé maintenant et il n'y a toujours eu aucune suite, a-t-il dit.

"Une fois le marché ravagé par l'incendie, le gouvernement burundais a mobilisé des fonds auprès de la communauté internationale et de partenaires locaux. Nous avons été informés que l'argent nous serait versé, mais jusqu'à présent nous n'avons reçu aucune indemnisation pour nos pertes", a-t-il dit.

Immaculée Bararwandika, une femme d'affaires qui possédait une boutique au Marché du village juste à côté du Marché central de Bujumbura, a rapporté avoir perdu tout son capital dans l'incendie, ajoutant que ce capital était un prêt bancaire.

"Tout mon capital a brûlé dans ce marché. La banque continue de me demander de rembourser l'argent. Je me bats pour rembourser ce prêt, mais il est trop difficile d'obtenir de l'argent de la banque. Ici, je loue un petit stand pour 250.000 francs par mois ( 160 dollars), mais il est éloigné de la clientèle. Gagner de l' argent devient vraiment difficile", a-t-elle dit.

Le gouvernement a effectué un recensement des anciens occupants du Marché central de Bujumbura, en leur disant que cette identification visait à permettre de rembourser les victimes, mais les gens attendent toujours l'argent, explique Mme Bararwandika.

Certains des anciens occupants du Marché central de Bujumbura, expulsés par l'incendie qui a rasé cet endroit le 27 janvier 2013, ont ouvert des boutiques dans des marchés autour du centre-ville.

Grâce au soutien apporté par des partenaires locaux et internationaux, le gouvernement burundais construit actuellement un marché temporaire pour les victimes dans le quartier de Ngagara.

"Si le marché temporaire de Cotebu pouvait ouvrir rapidement, nous n'aurions pas besoin de payer tout cet argent pour louer des stands sur des marchés privés", a déclaré M. Bararwandika.

Les décombres du bâtiment du Marché central de Bujumbura n'ont pas encore été déblayés du site, faisant craindre l'apparition d' un foyer de maladie.

Le Syndicat général des commerçants du Burundi (SYGECO) a appelé à mener une enquête approfondie pour déterminer l'origine réelle de l'incendie, ainsi qu'à indemniser les victimes de l' incendie.

Quelques jours après l'incendie, l'Avocat Général burundais Valentin Bagorikunda a déclaré que cet incendie avait été provoqué par une défaillance électrique dans les stands du marché.

Le SYGECO a également appelé les dirigeants de partis politiques qui doivent participer aux élections nationales de ce pays d'Afrique de l'Est entre mai et septembre à inscrire dans leur programme la reconstruction du Marché Central de Bujumbura.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher