topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La presse africaine appelle à encourager la détermination du peuple burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

Le Pays, 19/04/2015

Violences pré-électorales au Burundi :

Nkurunziza joue avec le feu

Les échéances électorales sont généralement vécues en Afrique par les populations dans la peur. Celle d’être contraintes de prendre le chemin de l’exil, baluchons sur la tête. Les raisons de ce triste constat résident dans le fait que les acteurs politiques perçoivent les compétitions électorales comme une guerre. Tous les moyens sont donc bons pour s’assurer la victoire. Quand ce ne sont pas les préparatifs qui balisent le terrain pour une fraude massive, ce sont les présidents sortants qui s’asseyent sur la Constitution et sur leur conscience pour s’accrocher au pouvoir, advienne que pourra. C’est la posture qu’affiche aujourd’hui le président burundais, Pierre Nkurunziza.

En effet, parvenu au terme de ce qui devrait être son 2è et dernier mandat, l’homme est en train de vouloir fausser le jeu démocratique en travaillant à s’inviter en juin prochain dans les starting-blocks de la présidentielle. C’est cette éventualité que l’opposition burundaise s’emploie à conjurer actuellement. Et elle n’entend pas y renoncer, malgré la répression dont elle est l’objet de la part du pouvoir de Nkurunziza.

Les opposants sont d’autant plus déterminés dans leur volonté d’empêcher le président de briguer un 3è mandat, qu’ils savent qu’ils tirent la légitimité de leur combat non seulement de la Constitution de leur pays, mais aussi des accords d’Arusha de 2000. Mais pour le grand malheur du Burundi, le président Pierre Nkurunziza n’a rien à cirer ni avec la légitimité ni avec les intérêts supérieurs de son pays. Ce qui compte pour lui, ce sont ses propres intérêts. Quant à ceux du Burundi, on verra après.

Fort de cette logique qu’il partage avec les autres satrapes d’Afrique, il est en train d’inculper à tour de bras pour atteinte à la sûreté de l’Etat, tous ceux qui battent le macadam à Bujumbura actuellement, pour lui signifier que le moment est venu pour lui de débarrasser le plancher pour laisser la place à quelqu’un d’autre. Car cela s’appelle simplement l’alternance, sève nourricière de toute démocratie digne de ce nom. Mais comme Pierre Nkurunziza est tout sauf un démocrate, il pourrait n’avoir aucun scrupule à franchir la ligne rouge en s’invitant à la présidentielle à venir, quitte à brûler le Burundi.

L’on doit encourager la détermination du peuple burundais

En tout cas, son parti, le CNDD-FDD, qui devrait tenir d’ici quelques semaines un congrès pour le désigner selon toute vraisemblance comme candidat à l’élection présidentielle, l’y encourage fortement. C’est pourquoi  l’on peut dire que le président Nkurunziza joue avec le feu. Et les conséquences de ce jeu pourraient être dramatiques pour les populations. Déjà, celles-ci, suffisamment instruites par la violence qui a toujours caractérisé l’histoire politique de leur pays, sont en train de traverser les frontières du Burundi pour se mettre à l’abri d’un éventuel embrasement de leur nation. Cet afflux massif de Burundais, dont la plupart sont des femmes et des enfants, pourrait ne pas suffire pour créer un cas de conscience à Nkurunziza et l’arrêter dans sa boulimie du pouvoir.

Car, bien avant cela, son prédécesseur, Pierre Buyoya, l’Union africaine (UA), la communauté internationale, des personnes morales comme l’Eglise catholique, tous l’avaient supplié de ne pas torpiller la Constitution de son pays ni les accords d’Arusha de 2000, au risque de faire basculer le Burundi dans le chaos, mais en vain ; l’homme est resté droit dans ses bottes.

Pas plus tard que le vendredi 17 avril dernier, l’International Crisis Group (ICG) avait décrit un contexte pré-électoral délétère, susceptible de dégénérer en violences pré-électorales. Mais tout cela semble produire chez Nkurunziza l’effet d’un pet de poule. De ce point de vue, l’on peut s’attendre à ce qu’il aille jusqu’au bout de son plan d’assassinat de la démocratie, même s’il faut, pour cela, marcher sur le corps de ses compatriotes et sur la dépouille de son pays.

Cela dit, l’on peut déjà lancer un appel pressant aux forces de l’ordre afin qu’elles se comportent non pas comme une milice au service d’un homme qui veut tordre le cou à la démocratie, mais comme un instrument républicain au service de l’intérêt supérieur de la patrie. L’on doit aussi saluer voire encourager la détermination du peuple burundais dans sa volonté affichée de sauver la démocratie dans son pays, en faisant barrage à N’kurunziza. Car si Pierre N’kurunziza venait à réussir son passage en force pour postuler à un 3e mandat, cela ouvrirait une brèche dans laquelle ses collègues de la région des Grands lacs et de l’Afrique centrale, connus déjà pour être des prédateurs de la démocratie dans leurs pays respectifs, n’auraient aucun scrupule à s’engouffrer.

Pousdem PICKOU

NdlR : Le Pays est un quotidien d'un groupe de presse privé du Burkina Faso

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher