topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi reconnaît pour la 1ère fois des "exécutions" extrajudiciaires par la police Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

@rib News, 24/04/2015 – Source AFP

Le procureur général du Burundi a reconnu vendredi pour la première fois que trois membres d'un groupe rebelle avaient été exécutés par la police début janvier après des affrontements dans le nord-ouest du pays.

Le procureur, Valentin Bagorikunda, rendait vendredi les conclusions d'une enquête ordonnée après des accusations portées en février par Human Rights Watch (HRW).

Le groupe de défense des droits de l'Homme avait accusé l'armée et la police burundaise d'avoir "commis au moins 47 exécutions extra-judiciaires entre le 30 décembre 2014 et le 3 janvier 2015", après des affrontements entre les forces gouvernementales et un groupe rebelle qui s'était infiltré dans la province de Cibitoke, depuis la République démocratique du Congo (RDC) voisine.

L'armée avait affirmé avoir maté le groupe et tué une centaine de ses membres dans les combats. HRW reprochait aux forces de l'ordre d'avoir exécuté des personnes qui s'étaient rendues.

"Tous les combattants arrêtés par l’armée durant les combats ont été remis à la police, toutefois, on déplore trois combattants qui ont été exécutés par des éléments indélicats de la police", a affirmé vendredi M. Bagorikunda.

"Ils ont été remis par l’armée à la police mais des policiers les ont exécutés lors de leur acheminement vers les enquêteurs", a-t-il insisté, affirmant que "trois policiers ont été arrêtés et écroués.

C’est la première fois que la justice de ce pays d'Afrique des Grands Lacs reconnaît des exécutions extrajudiciaires.

Le Burundi avait notamment réfuté des accusations portées en 2011 par l'ONU. Le Bureau des Nations unies dans le pays avait documenté une soixantaine d'exécutions de militants d'opposition ou d'anciens rebelles, mais une commission d'enquête mise en place à l'époque avait conclu à de fausses allégations.

Selon le procureur, lors des affrontements de janvier, 85 assaillants ont été tués et 15 capturés. L'armée burundaise a elle perdu 5 soldats, a-t-il ajouté.

"Notre commission a travaillé en toute indépendance et a établi que l’armée burundaise a fait son travail correctement, d’ailleurs tous les témoins (cités par HRW) se sont rétractés, un a dit ne pas reconnaître les propos qu’on lui avait attribués", a assuré M. Bagorikunda.

Une ONG locale de défense des droits de l'Homme, l’Aprodeh, avait fait état de "pressions" exercées sur les témoins des exécutions extrajudiciaires, ce que le procureur a aussi nié.

Les autorités burundaises n'ont jamais révélé l’identité du groupe rebelle. "L’enquête se poursuit pour déterminer les responsables de cette attaque, mais c’est une enquête complexe qui demande du temps", a poursuivi M. Bagorikunda.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher