topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : L’irréparable est déjà commis Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 01/05/2015

HORREUR : LE BURUNDI BRULE DANS UN CLIMAT DE TERREUR POLITIQUE

Par Gervais Marcel Cishahayo

On comprend très difficilement comment l’UA, l’ONU et le Conseil de Sécurité et les principaux partenaires du Burundi qui ont eu tout le temps d’évaluer la situation sur le terrain ont permis une telle redescente aux enfers qui avait pourtant été annoncée. Le fait que certains crimes semblables à ceux commis sous les régimes antérieurs issus des coups d’état soient commis sous la gestion de l’état par un pouvoir issu de la rébellion constitue une circonstance aggravante.

L’irréparable est commis : Les victimes de la répression des manifestations contre le troisième mandat qu’on craignait sont déjà tombées et les arrestations se chiffrent par centaines. Presque une génération depuis le coup d’état de 1993, Melchior Ndadaye et ses compagnons de lutte pour la démocratie doivent se retourner dans leurs tombes. Les victimes des violences actuelles constituent une insulte contre la mémoire de toutes les victimes du conflit politique burundais qui est loin d’être terminé contrairement à ce que les uns et les autres voulaient faire croire.

Avec quelques nuances, les affrontements entre la police et les manifestants rappellent ceux entre la population et l’armée et la police épaulées par les milices de jeunes (Sans défaite, Sans échec, etc.) qui étaient utilisés pour traquer et éliminer des gens dans ce qui ressemblait à un nettoyage ethnique de certains quartiers et même au niveau national. Aujourd’hui, malgré un discours officiel d’apaisement et de déni, un climat de terreur prévaut dans tout le pays et des dizaines de milliers de burundais se sont déjà réfugiés dans les pays limitrophes et lointains.

L’histoire retiendra que la plus grave erreur de ce pouvoir aura été la même que celle des régimes qui l’ont précédé :

L’utilisation (« uniformisation » des jeunes affiliés au parti CNDD-FDD (Imbonerakure) aux côtés des forces de sécurité constitutionnellement habilitées à remplir ce rôle. Le fait que des crimes sont commis sous la gestion de l’état par un pouvoir issu de la rébellion constitue une circonstance aggravante.

Aussi, pour une rare fois, on peut apprécier que les manifestants et la population dans son ensemble soient beaucoup plus rassurés par la présence de l’armée au lieu de la police dont certains éléments en uniformes sont les auteurs des morts qui ont déjà été enregistrées.

Toutes les institutions nationales ayant dans leurs attributions la sécurité des citoyens dans leurs  personnes et leurs biens avaient été amplement averties des violences qui pouvaient éclater d’un moment à l’autre.

Comment est-il possible que les partenaires du Burundi ferment pratiquement les yeux et les oreilles aux cris de détresse de la population qui digère mal le support qu’ils octroient généreusement à un pouvoir qui les opprime ?

Dans une grande mesure, certains politiciens qui ont dirigé le pays devraient se regarder dans le miroir et assumer une grande part de responsabilité de ce qui est en train de se passer. En effet, même s’ils ne sont plus officiellement aux commandes, ils continuent de siéger dans les importantes institutions du pays en leur propre nom ou en tant que leaders ou membres de partis politiques. On comprend très difficilement comment l’UA, l’ONU et le Conseil de Sécurité ainsi que tous les partenaires principaux du Burundi qui ont eu tout le temps d’évaluer la situation sur le terrain ont permis une telle redescente aux enfers. En effet, le président et son parti n’ont jamais caché leur intention de briguer un troisième mandat que l’opposition et la société civile, ont dénoncé en temps utile comme porteur de dangers d’explosion de la violence. Maintenant ce sont ces mêmes institutions régionales et internationales qui vont être sollicitées pour faciliter la recherche d’une solution à une crise qui pouvait être évitée avec une dose plus élevée de fermeté dans leurs rapports avec le pouvoir.

A propos de l’auteur

Gervais Marcel Cishahayo est un membre de la diaspora burundaise depuis les années 1970s et établi à Malte, UE. Professeur, consultant sur les questions relatives à l’éducation, la géophysique, les NTICs, la diplomatie et les relations internationales, il est l’auteur d’articles d’analyses et de contributions diverses dans les médias sur l’immigration, la sécurité et l’intégration régionale. Avocat de la bonne gouvernance démocratique bien connu des milieux politiques et académiques et n’ayant jamais adhéré officiellement à aucun parti politique depuis les années 1980s, il est l’auteur d’une thèse d’analyse de la dimension de la sécurité de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL) présentée à l’Académie Méditerranéenne d’Etudes Diplomatiques de l’Université de Malte.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher