topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : des pratiques qui rappellent les années sombres des régimes militaires Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 01/05/2015

SI TU REUSSIS JE SUIS AVEC TOI, MAIS SI TU ECHOUES JE NE TE CONNAIS PAS.

Par Gervais Marcel Cishahayo

A elle-seule la perte du pouvoir et d’éventuelles conséquences y compris des procédures judiciaires ou de rétribution ne suffit pas pour expliquer pourquoi le parti au pouvoir et son président-candidat sont fiers et confiants des manifestations de soutien qui sont autorisées et encadrées mais ont peur des manifestations contre le troisième mandat qui sont réprimées dans la violence.

Lorsque le pouvoir aura arrêté et emprisonné ou fait fuir une partie de la population, il pourra tranquillement forcer les gens à participer à des élections dont les préparatifs déjà entachés d’irrégularités continuent en dépit des troubles actuels. Dans la suite, on pourra seulement se demander quel genre d’élections peuvent être tenues dans les circonstances actuelles qui vont s’empirer avant de s’améliorer.

Après avoir verrouillé l’espace politique à son avantage avec une relative complicité de la communauté internationale qui a depuis un certain temps pris ses distances, si le pouvoir est fier et confiant des manifestations de soutien, pourquoi a-t-il peur des manifestations paisibles contre le troisième mandat ?

Pour compléter la liste des bavures et des crimes commis par des individus au nom du parti et du pouvoir mais dont personne ne voudra plaider coupable dans l’avenir, la réduction des médias indépendants au silence sonne comme un avertissement à quiconque ose avoir ou exprimer une opinion différente de celle du pouvoir, qu’ils veulent divin.

Pourtant, pour un parti qui se veut populaire face à une opposition dispersée et dépourvue de ressources humaines et matérielles suffisantes et une société civile encore naissante, les solutions alternatives pour arriver au même but ne manquaient pas, y compris celles de l’ouverture de l’espace politique et des élections libres et équitables avec un autre candidat pour le parti au pouvoir.

Il est clair que le président qui n’aurait pas su se débarrasser à temps de ses meilleurs amis se serait aussi trompé d’ennemi. Alors que même les burundais les mieux intentionnés sont malmenés et dépouillés de leurs vies et de leurs biens, et par conséquent aliénés contre le pouvoir, ses conseillers et collaborateurs les plus proches et les plus écoutés l’ont conduit directement droit au mur avec la répression, et les pertes de vies qui ne peuvent jamais être justifiées.

«Si tu réussis je suis avec toi, mais si tu échoues je ne te connais pas …».

Les burundais croient encore que la communauté internationale ne les abandonnera pas même si malgré des sorties médiatiques diplomatiques timides ou fermes le candidat président et son parti continuent à écraser toute voix discordante sans être inquiété. Dans les coulisses ils agissent comme si une main invisible lui aurait dit cyniquement : « Vas-Y, fonces, si tu réussis je suis avec toi, mais si tu échoues je ne te connais pas » ; si tu peux mâter les manifestants et rétablir l’ordre même forcé, on fermera les yeux et tu pourras continuer. On peut seulement espérer que le pays n’est pas un autre terrain de confrontation par proxy des grandes et moyennes puissances toujours en compétition pour des zones d’influence.

Sur le plan interne, les stratèges du pouvoir auraient mal calculé : les tentatives d’ethnisation des manifestations ne semblent pas produire les résultats escomptés. Elles relèvent de la pure diversion car la plupart des victimes de la répression risquent d’être en majorité des hutus dont le pouvoir prétend défendre les intérêts, une occasion en or qu’il a certainement ratée aussi bien par action que par omission.

En effet, les accusations d’assassinats, enlèvements, arrestations et emprisonnements arbitraires et intimidations de toutes sortes auxquels s’ajoute la fermeture des médias indépendants ne sont pas de nature à rassurer les esprits et suggèrent même une volonté de commettre des forfaits de toutes sortes à l’abri des témoins. Ces pratiques rappellent les années sombres des régimes militaires lorsque les crimes les plus odieux étaient commis, par le pouvoir loin du regard de tout témoin. Dans l’attente d’un messie qu’on croyait déjà arrivé, le pays continue de payer les conséquences d’une gestion catastrophique à laquelle les barundi refusent de s’habituer indéfiniment.

A propos de l’auteur

Gervais Marcel Cishahayo est un membre de la diaspora burundaise depuis les années 1970s et établi à Malte, UE. Professeur, consultant sur les questions relatives à l’éducation, la géophysique, les NTICs, la diplomatie et les relations internationales, il est l’auteur d’articles d’analyses et de contributions diverses dans les médias sur l’immigration, la sécurité et l’intégration régionale. Avocat de la bonne gouvernance démocratique bien connu des milieux politiques et académiques et n’ayant jamais adhéré officiellement à aucun parti politique depuis les années 1980s, il est l’auteur d’une thèse d’analyse de la dimension de la sécurité de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL) présentée à l’Académie Méditerranéenne d’Etudes Diplomatiques de l’Université de Malte.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher