topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le courage est-il contagieux ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

La Presse, 25 septembre 2009

Bruno Blanchet, collaboration spéciale

Bruno Blanchet(Burundi) Avant de me décider à aller au Burundi, j'ai consulté autant de gens que je le pouvais sur la sécurité dans le pays, et j'ai lu tous les avertissements que j'ai pu trouver sur l'internet. La guerre civile fait toujours rage dans certaines régions, et la situation est présumée «volatile». Or, je n'ai rien vu ni entendu qui aurait pu me retenir. Quand même, malgré l'apparente accalmie, je suis parti sur les talons, incertain, en espérant ne pas être le seul touriste à avoir bravé les mises en garde et en souhaitant être bien accueilli... Ah ! Essayons encore une fois de comprendre pourquoi c'est souvent là où le danger rôde que l'on rencontre les gens les plus excitants.

Je l'ai croisée au marché de Bujumbura, alors que je flânais, complètement séduit par le lieu et par l'animation incroyable. On te fonce dessus, on te pousse, on te salue, on te crie après. C'est trop... génial ! Le plus beau et le plus sécuritaire marché d'Afrique de l'Est, selon moi, et en plein le genre d'endroit qui donne à l'expression « bain de foule » tout son sens : tu en ressors trempé et détendu...

Puis, j'ai aperçu ce petit bout de femme blanche en train de magasiner, et il m'a semblé qu'elle était suivie à distance par un jeune à l'allure yo, qui avait l'air drôlement suspect. J'ai voulu faire part à la dame de mon inquiétude. Paranoïa, quand tu nous tiens...

«T'en fais pas, c'est mon garde du corps ! Je lui ai refilé quelques sous pour m'assurer de bien rentrer à la maison.»

Pour lire, elle se sert d'une loupe. Pour déchiffrer les enseignes, Renée doit porter des lunettes immenses, dotées d'un télescope, qui la font ressembler à Darth Vader. Légalement, elle est une non-voyante. Renée est américaine, mais son père était francophone, d'où le prénom. À Portland, en Oregon, elle est infirmière. En Afrique, elle oeuvre auprès d'enfants non voyants, entre deux périples, sac au dos. Son budget de voyage est de... 10 $ par jour ! Elle mange dans la rue, dans les cafés populaires, et couche la plupart du temps chez l'habitant. Qu'elle vagabonde en Inde, en Indonésie ou en Chine, son budget demeure toujours le même. C'est ainsi qu'avec un tout petit peu d'argent, elle a réussi à faire le tour du monde, en solo, plusieurs fois. Elle a deux enfants et trois petits-enfants.

Renée a 62 ans.

«Vous irez de quel côté maintenant, Renée ?

- En Tanzanie.

- Vous y êtes déjà allée ?

- Non. Et c'est excitant.»

 Et je la regarde prendre les devants avec son tout petit sac de rien, ses souliers de nonne et ses lunettes de Star Wars... Dieu qu'elle est magnifique ! Elle a de beaux cheveux gris, bien coiffés, une rose fraîchement tatouée sur la poitrine (son cadeau pour ses 60 ans !), et elle ne doit pas mesurer plus de quatre pieds et demi... Pourtant, elle est aussi rassurante qu'un policier de huit pieds.Quand il n'est pas là pour vous arrêter.

On s'est donné rendez-vous pour le dîner, dans un restaurant au centre-ville, là où, en principe, on ne doit pas traîner après la tombée de la nuit.

Elle y était. Devant un steak délicieux et une bonne bouteille de vin, je lui ai raconté combien j'étais fébrile de me retrouver au Burundi.

Elle a fait la moue.

«Moi, franchement, je trouve l'endroit un peu ennuyant.

- Ennuyant ?

- Oui, ennuyant. Comme le Rwanda l'est par rapport au Burundi, et comme le Burundi l'est par rapport au Congo. Je viens de passer trois semaines là-bas et, crois-moi, je ne me suis jamais sentie aussi vivante !

- Mais, le Congo, ce n'est pas trop dangereux, pour... toi ?

- Pour moi ?

- Je veux dire, pour toi, avec ton handicap ?

- Pfff ! Tu veux te sentir en péril ? Tu veux mesurer ton courage ? Tu veux exister ? Cours au Congo ! Tu veux en rencontrer des exaltés, des déchirés, des bienheureux, des audacieux ? Cours au Congo !»

J'avais le souffle coupé. Elle riait.

«À moins que tu ne voyages que pour photographier les montagnes ?

- Euh, non, enfin, je ne crois pas...

- Moi, je dois t'avouer une chose : je n'ai pas le choix de voyager pour rencontrer des gens... Parce que je suis nulle en photographie !»

On est sortis du resto, et elle a enfilé ses lunettes Full Metal Jacket pour chercher un taxi. Je lui ai lancé, à la blague :

«Est-ce qu'il y a la fonction vision de nuit sur votre truc, Renée ?

- Vision de nuit ? Et qu'est-ce que j'en ferais, mon cher Bruno ? Je suis aveugle, je te rappelle, et ça ne me fait pas peur, la nuit !»

Renée, en talons hauts, m'arrive sous le bras.

Mais, même avec une échelle, je ne lui arrive pas à la cheville. Et vraiment, dans notre couple drôlement assorti, c'est peut-être moi, l'aveugle.

Destination Congo.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher