topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Quelles leçons peut-on tirer de l'échec des putschistes ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

Jeune Afrique, 21/05/2015

Christine Deslaurier : "Pierre Nkurunziza avait bien préparé ses arrières"

 Historienne à l'Institut de recherche pour le développement (IRD), rattachée à l'Institut des mondes africains (IMAF), Christine Deslaurier, spécialiste du Burundi contemporain, a enquêté auprès de militaires issus des forces armées burundaises et de l'ex-rébellion CNDD-FDD. Pour J.A., elle revient sur les lignes de force du putsch avorté.

Jeune Afrique : Avez-vous été surprise par la tentative de coup d'État conduite par le général Niyombare ?

Christine Deslaurier : J'ai été davantage étonnée par la confusion qui a régné à la suite de son annonce - qui semble indiquer que Niyombare n'avait pas forcément bien mesuré les équilibres au sein des forces de sécurité - que par l'identité de son initiateur.

Car parmi les chefs de file du CNDD-FDD susceptibles de représenter les cadres et officiers en rupture, il figurait en première ligne. Ancien chef d'état-major, il avait été progressivement mis sur la touche avant d'être purement et simplement limogé en février. Godefroid Niyombare correspondait au portrait-robot d'un possible putschiste : leader historique du CNDD-FDD, ouvertement opposé à un troisième mandat de Nkurunziza, très populaire à Bujumbura et au sein de la société civile...

Au sein du CNDD-FDD, deux généraux emblématiques incarnent des tendances antagonistes : le "dissident" Godefroid Niyombare et le "faucon" Adolphe Nshimirimana, resté loyal au président Nkurunziza...

Sociologiquement, ils sont issus de milieux différents, même si tous deux ont grandi à Kamenge, un quartier populaire de Bujumbura qui a longtemps fait figure de bastion hutu et fut le berceau de la rébellion du CNDD-FDD. Mais le "général Adolphe", un ancien kokayi - ces apprentis qui rabattent les clients dans les petits bus -, a appris la vie dans la rue, alors que Godefroid Niyombare a fait des études supérieures et travaillait dans une entreprise de télécommunications avant de rejoindre la rébellion.

Pendant la guerre, Nshimirimana était davantage perçu comme un homme d'action et Niyombare comme un stratège. Au sortir de la rébellion, le premier a dirigé pendant dix ans le Service national des renseignements, très brutal et coercitif, alors que Godefroid Niyombare a contribué à la réforme de l'armée en tant que chef d'état-major et a noué, dans ce cadre, des liens à l'étranger. Ces deux officiers incarnent, respectivement, les pôles radical et modéré du CNDD-FDD.

Chaque camp a eu pour priorité de prendre le contrôle des radios du camp adverse. Ce média a-t-il une importance particulière au Burundi ?

Pour le régime Nkurunziza, les radios privées sont l'incarnation de l'opposition. Elles sont par ailleurs le seul média susceptible de toucher l'ensemble de la population, largement illettrée. Par l'intermédiaire des radios se livre donc une guerre des mots qui résonne jusqu'à l'intérieur du pays.

Or depuis 2010 au moins, les pro-Nkurunziza savent qu'ils ont perdu Bujumbura ; c'est pourquoi il est capital pour eux de contrôler l'information en direction des collines afin d'empêcher toute propagande antigouvernementale de s'y répandre. Au Burundi, les radios sont une force politique à part entière, pas seulement un contre-pouvoir.

Quelles leçons peut-on tirer de l'échec des putschistes et à quoi doit-on s'attendre désormais ?

Dès lors que les putschistes ne parvenaient pas à se rendre maîtres de la RTNB [la radio-télévision nationale], leur échec était sinon prévisible, du moins probable. Avant de partir pour la Tanzanie, où il assistait à un sommet régional, Pierre Nkurunziza avait manifestement bien préparé ses arrières : Niyombare n'est pas parvenu à faire basculer les forces armées, notamment la garde présidentielle, qui a défendu les principaux points stratégiques de la capitale.

Nkurunziza en sort renforcé, même si cet épisode montre des défaillances au sein du CNDD-FDD qui vont probablement donner lieu à de nouvelles purges, lesquelles n'auront rien de tendre. D'une certaine manière, ce putsch manqué aura permis de clarifier dans quel camp se situent les opposants, au sein de l'armée et de la police. Par ailleurs, face aux manifestants, les forces de sécurité sont désormais sûres de leur puissance. 

Par Mehdi Ba

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher