topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi menace de déplacer par la force des réfugiés tutsis congolais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

@rib News, 09/10/2009 – Source AFP

Gén. Alain Guillaume BunyoniLe Burundi a menacé de déplacer par la force, vers un camp de l'Est du pays, des réfugiés tutsi congolais à qui les autorités congolaises ont refusé jeudi l'entrée sur le territoire de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris vendredi de source officielle.

Les autorités burundaises ne peuvent pas "laisser des gens prendre une décision aussi irresponsable que de rentrer dans un pays (...) où leur gouvernement déclare qu'il n'est pas prêt à les accueillir", a déclaré le ministre de la Sécurité, le général Alain Guillaume Bunyoni.

Jeudi, les autorités congolaises avaient fermé le poste frontière de Kavimvira, frontalier avec le Burundi, pour empêcher le retour de quelque 2.300 réfugiés tutsi congolais, organisé par le gouvernement burundais.

Kinshasa avait justifié cette fermeture "provisoire" en expliquant vouloir "préparer" et "mieux encadrer" ce rapatriement.

Le gouvernement burundais "se doit de prendre des mesures et d'être ferme dans leur mise en exécution si c'est pour le bien de cette communauté" (tutsi congolaise) et celle-ci "se doit de respecter" ces mesures, a expliqué au cours d'une conférence de presse le ministre Bunyoni.

"Conformément à la loi, on va assurer le déplacement de ces réfugiés (vers le camp de Bwagiriza, Est) et ce sera fait dans la fermeté", a-t-il prévenu.

Le gouvernement du Burundi avait entamé jeudi matin le rapatriement vers la RDC voisine de quelque 2.300 réfugiés tutsi congolais ayant en grande majorité fui la province du Sud-Kivu (est de la RDC) en 2004.

Ces réfugiés, actuellement installés dans un camp à Mwaro (centre), avaient souhaité rentrer dans leur pays d'origine après avoir refusé d'être transférés dans un nouveau camp dans l'Est, invoquant des raisons de sécurité.

Ils s'étaient affronté à deux reprises aux forces de l'ordre qui tentaient de les en empêcher et de les transférer dans le nouveau camp de réfugiés.

Leur camp à Mwaro étant bientôt fermé, ils seront donc réinstallés dans le camp de Bwagiriza (180 Km à l'Est de Bujumbura) qui "remplit toutes les conditions de sécurité", selon le ministre.

Celui-ci s'exprimait au côté de la représentante du Haut commissariat de l'ONU au Burundi (HCR), Clémentine Nkweta-Salami.

"Toutes les installations n'existent plus dans le camp de Mwaro " où "la situation va devenir catastrophique", a souligné Mme Nkweta-Salami.

"C'est mieux pour eux (les réfugiés, NdlR) d'aller à Bwagiriza, ne fut ce que pour un ou deux jours en attendant la décision qui va être prise", a-t-elle ajouté.

Quatre ministres du gouvernement congolais sont attendus à Bujumbura samedi en vue de "traiter de cette question", selon le général Bunyoni.

Lundi, le HCR avait conseillé "aux réfugiés congolais au Burundi de ne pas retourner pour le moment" dans leur région d'origine, le Sud-Kivu, "du fait des conditions de sécurité actuelles dans cette région".

La question des Tutsis congolais --plus connus sous le nom de Banyamulenge-- est très sensible au Sud-Kivu, en particulier dans la ville frontalière d'Uvira, où le ressentiment anti-Tutsi est encore très vivace.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher