topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L'Union européenne pourrait suspendre sa coopération avec le Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

@rib News, 23/07/2015 - Source AFP

L'UE va lancer des consultations qui pourraient déboucher sur une suspension de la coopération avec le Burundi, le pays n'ayant pas pris les mesures qui auraient garanti que les résultats de l'élection présidentielle de mardi soient "représentatifs", a indiqué jeudi la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

Evoquant, dans un communiqué publié en soirée à Bruxelles, les violences qui ont émaillé les élections, Mme Mogherini a en outre prévenu que l'UE "se prépare à adopter des mesures restrictives ciblées contre ceux dont l'action aurait conduit ou conduirait à des actes de violence et de répression, à de graves violations des droits de l'homme, et/ou entraverait la recherche d'une solution politique".

Dans la foulée de l'Union africaine, les dirigeants de la Communauté est-africaine (EAC) avaient à nouveau demandé le 6 juillet au Burundi de reporter la présidentielle du 15 au 30 juillet, et nommé le président ougandais médiateur dans la crise politique née de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, a rappelé, au noms des 28, la Haute représentante de la diplomatie de l'UE.

Mais "il apparaît que les progrès dans la mise en oeuvre" de ces décisions sont "insuffisants", a-t-elle estimé, ajoutant que "seule la mise en oeuvre complète de ces décision aurait ouvert la voie à la tenue d'élections crédibles et inclusives au Burundi dont le résultat serait représentatif".

"En maintenant les élections, le gouvernement (burundais) en a décidé autrement", a déploré Mme Mogherini.

"En l'absence d'un dialogue national substantiel qui pourrait conduire à un consensus politique, le Burundi ne parviendra pas à retrouver le chemin de la stabilité, de la démocratie et du développement qui a commencé avec l'adoption de l'Accord d'Arusha", a-t-elle également jugé.

"Dès lors, l'UE commencera les travaux préparatoires des consultations spécifiques comme prévu à l'Article 96 de l'Accord de Cotonou, afin de faire en sorte que le gouvernement burundais prenne les engagements qui s'imposent pour remédier à la crise", a annoncé Federica Mogherini.

Les accords de Cotonou régissent la coopération entre l'UE et les pays de la zone ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique). Son article 96 prévoit des consultations, qui peuvent durer 120 jours, lorsqu'une des parties considère qu'un pays ne respecte pas ses engagements démocratiques.

En cas d'échec du dialogue, des "mesures appropriées" peuvent être prises, dont en dernier recours une "suspension" de l'accord de coopération, selon cet article.

Sans préciser quelles sanctions pourraient être prises, Mme Mogherini a averti que "le respect des droits de l'homme, des principes démocratiques et de l'Etat de droit sont les éléments fondateurs de la relation de coopération entre l'UE et le Burundi qui est régi par l'Accord de Cotonou".

En conséquence, "l'UE exhorte le gouvernement, ainsi que les partis d'opposition, à revenir au dialogue pour trouver une issue consensuelle en vue du rétablissement d'un système politique inclusif et démocratique".

Les résultats de l'élection présidentielle, qui a finalementeu lieu le 21 juillet, sont attendus vendredi et devraient offrir sans surprise un troisième mandat au chef de l'Etat Pierre Nkurunziza, dont la volonté de se maintenir au pouvoir a plongé le pays dans une grave crise politique.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher