topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Le pouvoir pond un rapport à charge à l'encontre de l'opposition Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

RFI, 10-09-2015

Soulèvement au Burundi : un rapport des autorités accable l'opposition

Au Burundi, le procureur général de la République avait chargé une commission d'enquête de faire toute la lumière sur «le mouvement insurrectionnel déclenché le 26 avril 2015». C'est ce jour-là que débutaient les manifestations contre un troisième mandat de Pierre Nkurunziza.

RFI a pu se procurer le rapport final de cette commission (à consulter en bas de l'article) qui, de source judiciaire, a été remis au procureur fin août. Un rapport à charge à l'encontre de l'opposition.

Dans ce rapport de 32 pages, cette commission composée de quatre magistrats met en cause les principaux leaders de la société civile et de l'opposition et les accuse de collusion avec les putschistes responsables de la tentative de coup d'Etat du 13 mai dernier.

Les magistrats commencent par justifier légalement que les personnes incriminées ont bien pris part à un mouvement insurrectionnel — ce qui est puni par la loi — et non pas exercé leur droit à manifester, puisqu'aucune demande n'aurait été déposée auprès des autorités.

Le Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD) est en particulier pointé du doigt pour avoir financé et coordonné le mouvement. Pour les magistrats, l'enquête démontre « un lien étroit entre les organisateurs de ces prétendues manifestations et les auteurs du putsch avorté du 13 mai ». Le rapport conclut ainsi, en plus de militaires et policiers, à l'implication de certains leaders politiques et de la société civile.

Arrestations

Au total, 25 membres de la société civile, dont des défenseurs des droits de l'homme reconnus comme Pierre-Claver Mbonimpa, sont ainsi listés tout comme sept responsables politiques, tous de l'opposition. Trois responsables du MSD dont Alexis Sinduhidje figurent sur cette liste ainsi que Jean Minani du Frodebu Nyakuri et Charles Nditije d'Amizero. Au moment de l'écriture du rapport, les auteurs notent que 28 individus ont déjà été arrêtés.

Au final, pour les quatre magistrats, toutes les personnes citées, arrêtées ou recherchées, sont pénalement et civilement responsables de plusieurs infractions : participation à un mouvement insurrectionnel, destructions malveillantes, et atteinte à la sûreté de l'Etat. Mais ils sont aussi tenus de réparer tous les dommages causés, précise le rapport. Montant estimé des dégâts : plus de 51 milliards de francs burundais, soit 29 millions d'euros.

Reste à savoir quelles vont être les suites judiciaires que le procureur général de la République compte donner à ce rapport. Mais d'ores et déjà, au moins sept responsables politiques ou de la société civile, dont plusieurs cités dans ce rapport, s'étaient vus bloqués à l'aéroport à Bruxelles ou Paris, leurs passeports signalés à Interpol par les autorités burundaises.

Lire l’intégralité du Rapport

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher