topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : le gouvernement relativise l'impact des sanctions européennes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

@rib News, 02/10/2015 – Source Xinhua

Après l'annonce par l'Union européenne des mesures de sanctions à l'endroit de quatre personnalités burundaises, le gouvernement burundais a réagi vendredi par relativiser leur impact.

"Nous sommes persuadés et convaincus que les dirigeants de l'UE ne connaissent pas de visage les personnes qui ont été sanctionnées. Est-ce que ces gens entretiennent-ils des relations particulières avec les pays de l'UE ? Est-ce que cela peut avoir un impact sur le pays, sur leurs familles et sur leurs mouvements de déplacements ? Est-ce qu'ils allaient souvent en Europe ?", a déclaré Philippe Nzobonariba, porte-parole du gouvernement.

Les mesures prises par l'UE contre les quatre personnalités pour leurs rôles présumés dans la répression des manifestations durant le troisième mandat du président Pierre Nkurunziza, concernent entre autres la restriction de déplacements dans les pays de l'UE et le gel de leurs avoirs.

Les quatre personnalités sont Godefroid Bizimana, directeur général adjoint de la police nationale, Gervais Ndirakobuca connu sous le sobriquet de Ndakugarika qui est chargé des questions de police à la présidence de la République, Mathias Joseph Niyonzima alias Kazungu du Service National des Renseignements et le Général Léonard Ngendakumana qui a revendiqué à partir d'une télévision kenyane à Nairobi les attaques à la grenade dans la ville de Bujumbura au mois de juillet dernier.

Pour le porte-parole, ces gens sont victimes des rapports qui ont été rédigés par "les partis politiques de l'opposition et la société civile proches de l'UE".

Il a indiqué que depuis le processus électoral de 2015, le gouvernement du Burundi a toujours observé des décisions, des recommandations et des rapports qui émanaient de l'UE qui allaient dans le sens de montrer qu'ils avaient un penchant pour une partie entre les protagonistes dans le conflit lié aux élections.

Il ajoute que seuls 4 des 28 pays de l'UE connaissent profondément le Burundi par le passé historique et que d'autres n'ont connu le pays qu'après son indépendance en 1962.

"On aura le temps d'inviter ceux qui ne connaissent pas le Burundi de venir nous rendre visite et de se rendre compte de quelle injustice nous sommes victimes"', a conclu le porte-parole.

Depuis fin avril 2015, le Burundi est entré dans une profonde crise politique liée à la candidature du Président Pierre Nkurunziza à sa propre succession après avoir été élu en 2005 et en 2010, une candidature qui a été contestée par les partis de l'opposition et une bonne partie des membres du parti présidentiel.

Ils défendaient le respect de la constitution et celui de l'Accord d'Arusha pour la Paix et la Réconciliation du Burundi qui, tous les deux, limitent à deux le nombre de mandats successifs d'un président de la République.

Les contestations ont été caractérisées par une répression du pouvoir qui accusait les manifestants d'insurgés contre l'autorité de l'Etat.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher