topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Sanctions américaines : "Pas de quoi paniquer" estime Bujumbura Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

RFI, 01-11-2015

Au Burundi, le retrait de l’Agoa n’effraie par les autorités

Les autorités burundaises restent sereines après la décision américaine de retirer Bujumbura du programme Agoa (Africa Growth and Opportunity Act), à partir de janvier 2016. A cette date les produits burundais ne bénéficieront plus des avantages octroyés par Washington pour leur entrée sur le territoire américain. Les membres de l'opposition, quant à eux, sont plus inquiets.

L'ambassadeur burundais aux Etats-Unis, Ernest Ndabashinze, estime qu'il n'y a pas de quoi paniquer, car les échanges commerciaux entre les deux pays sont nuls, selon lui. Par ailleurs, l'ambassadeur rappelle que les relations diplomatiques ne sont pas rompues loin de là et que le Burundi continue à travailler pour dissiper ce qu'il appelle des « incompréhensions ».

« Sur le plan politique, bien évidemment, il y a certaines incompréhensions entre le gouvernement du Burundi et les Etats-Unis concernant le processus électoral, reconnaît le diplomate. Mais c’est le peuple burundais qui est souverain, le peuple burundais est allé aux urnes. Nous faisons les élections, non pas pour nos partenaires, mais nous faisons les élections d’abord, et avant tout, pour ne pas dire seulement, pour nous–mêmes, pour le peuple burundais. Ces incompréhensions que je note ne signifient pas que les relations entre le Burundi et les Etats-Unis sont totalement en danger ! Il y a des rencontres à divers niveaux, des contacts que je fais moi-même au département d’Etat, au Congrès américain. Et donc tous ces contacts multiformes travaillent pour que le climat de mésentente puisse être levé. »

L'opposition s'inquiète de cette décision

Le président américain Barack Obama a justifié sa décision par les assassinats, les détentions arbitraires et les cas de torture qui ont eu lieu durant la campagne électorale ayant abouti à la réélection de Pierre Nkurunziza.

Du côté de l'opposition, on juge la situation plus inquiétante et moins symbolique, comme l'explique Jean Minani, le coordinateur du Conseil national pour le respect de l'accord d'Arusha et la restauration d'un Etat de droit au Burundi (Cnared), la nouvelle plateforme contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza.

« Si Pierre Nkurunziza avait un coeur pour son pays, il devrait comprendre que cette décision est une décision très grave. Nous sommes un pays qui doit évoluer, qui doit chercher à s’intégrer économiquement dans toutes les facilités que le monde nous donne, y compris celle-là. Ce n’est pas si symbolique que cela. Il y a des hommes d’affaires qui étaient décidés à faire des industries, à faire des entreprises pour profiter de cette opportunité. Ceux-là sont mécontents et tous les mécontents qui s’alignent contre Nkurunziza produiront des conséquences contre le gouvernement », explique Jean Minani.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher