topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Quand le pouvoir de Bujumbura nargue les USA face aux sanctions américaines Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

Le Pays, 02/11/2015

Suspension du Burundi de l’AGOA par Washington :

Quand la chèvre défend mieux la cour que le chien

«Le bruit du fleuve n’empêche pas le poisson de dormir», dit un proverbe africain. Cet adage trouve tout son sens dans la récente sortie médiatique des autorités burundaises. En effet, suite à la suspension du Burundi de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) par les Etats-Unis, du fait des assassinats, détentions arbitraires et des cas de tortures dans ce pays après la réélection controversée de Nkurunziza, Bujumbura se dit serein. Motif invoqué : le thé et le café – principaux produits d’exportation du pays – ne bénéficieraient pas d’exonérations de taxes pour leur commercialisation sur le marché américain.

Et pour montrer à Washington que le remède américain contre la chienlit sécuritaire au Burundi, est un cautère sur une jambe de bois, l’ambassadeur burundais aux Etats-Unis, dira qu’il n’y a «pas de quoi paniquer car les échanges commerciaux entre les deux pays sont d’ailleurs nuls, et que les relations diplomatiques ne sont pas rompues». Pour un coup de bluff, c’en est un.

Car, même un profane des questions économiques sait bien que le Burundi a besoin de l’AGOA et plus généralement des Etats-Unis et que la suspension de cette plateforme commerciale occasionnera forcément un manque à gagner pour le pays. Alors, Bujumbura ne fait donc qu’adopter la stratégie de l’autruche qui préfère enfouir la tête dans le sable pour fuir la réalité. Bujumbura peut bien faire croire qu’il n’y a pas péril en la demeure.

Et pourtant, il convient de saluer l’acte de Washington qui a su faire preuve de pragmatisme anglo-saxon. Elle se sera montrée constante, cohérente et conséquente. Contrairement à certaines chancelleries occidentales, passées maîtresses dans l’art du funambulisme. En effet, après avoir brandi la menace de sanctions contre les tenants de la violence au Burundi, l’Oncle Sam, qui, soi-dit en passant, n’a aucun passé colonial avec ledit pays, a montré qu’il savait aller au-delà des simples mots, en joignant l’acte à la parole.

Une énième batterie de mesures qui vient après celles de la Belgique et de l’Union européenne qui ont respectivement suspendu leur  coopération et pris des sanctions ciblées. Reste à savoir ce que cela produira comme effets sur le pouvoir burundais.

On n’attendait pas grand’chose de l’UA

Le Coordinateur du conseil national pour le respect de l’accord d’Arusha et la restauration d’un Etat de droit au Burundi (CNARED), Jean Minani, a prévenu : « Des hommes d’affaires qui étaient décidés à construire des industries pour profiter de l’AGOA sont mécontents, et ce mécontentement produira des conséquences funestes contre le gouvernement ».

Qu’attend l’Union africaine (l’UA), pour agir énergiquement contre le président-pasteur Nkurunziza dont on se demande s’il lit toujours la Bible ou dans quel sens il la lit. On aurait tant voulu que l’UA brandît sa charte sur la bonne gouvernance contre Nkurunziza, tout en se mettant à l’avant-garde du combat pour isoler diplomatiquement et économiquement ce pays. Et les autres Etats occidentaux qui ont déjà donné de la voix, ne feraient que la suivre.

Malheureusement, il y a un cruel manque de volonté de la part de l’instance panafricaine, à laquelle revient au premier chef, la responsabilité de la gestion de la crise burundaise. En laissant le soin à l’Occident, notamment à Washington, d’être de cordée dans la résolution de la crise burundaise, le chien montre qu’il préfère dormir pour se dérober de sa mission, demandant ainsi à la chèvre de défendre la cour à sa place.

 Dans tous les cas, on n’attendait pas grand’chose de l’UA dans la mesure où elle a achevé de convaincre, depuis des lustres, qu’elle est un « club de présidents » plus mus par la protection des intérêts de ces derniers que ceux des peuples africains. En tout état de cause, on est en face du scénario où la chèvre défend mieux la cour que le chien.

Adama KABORE

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher