topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L’Europe convoque Bujumbura Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

La Libre Belgique, 08 décembre 2015 

Conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Alain Nyamitwé, une forte délégation burundaise a entamé mardi à Bruxelles des discussions avec l’Union européenne au sujet des atteintes à la démocratie au Burundi.

Ce dialogue, qui peut durer au maximum 120 jours, est destiné à obtenir une solution acceptable pour les deux parties, alors que Bujumbura ne respecte pas ses engagements sur "les droits de l’homme, les principes démocratiques et l’Etat de droit" exigés parl’Accord de Cotonou, qui règle la coopération entre l’UE et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

Si aucun accord n’est trouvé, l’UE peut suspendre sa coopération. Elle est le principal donateur du Burundi, qui dépend à 50 % de l’aide extérieure.

Déjà, ses recettes internes ont baissé de 40 % depuis le début de la crise politico-sécuritaire provoquée par la volonté du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat, interdit par l’Accord de paix d’Arusha qui avait mis fin à une grave guerre civile.

Programme de restauration

L’UE attend de Bujumbura un programme concret de mesures destinées à restaurer la liberté de la presse, désarmer la milice du parti présidentiel CNDD-FDD, assurer la sécurité des acteurs de la sécurité civile. Les médias indépendants ont été fermés ou sont en butte aux persécutions; la milice du CNDD-FDD, les Imbonerakure, sème la terreur dans tout le pays avec la complicité de la police; des mandats d’arrêt ont été lancés contre les chefs des partis d’opposition et dix ONG ont été suspendues.

Issu de la lutte armée, le CNDD-FDD, au pouvoir depuis 2005, est dirigé par les faucons de son ex-branche militaire. Au cours des années, il a procédé à plusieurs purges de ses intellectuels - ce qui le laisse aujourd’hui bien pauvre en têtes pensantes.

Cette caractéristique a fortement accentué le complexe obsidional du parti, de plus en plus isolé sur la scène africaine (même l’Union africaine envisage des sanctions contre Bujumbura). Ce renfermement sur lui-même est conduit au nom de la "souveraineté" du Burundi, alors que Bujumbura dépend tellement de l’extérieur que c’est l’UE qui a dû financer le déplacement à Bruxelles de la délégation burundaise.

"Consultations clôturées"

Pour l’instant, on ne note aucune ouverture. Mardi soir, un communiqué du Conseil de l’UE a exprimé l’insatisfaction européenne à l’issue des négociations menées plus tôt dans la journée.

"L’Union européenne considère que les positions exprimées ne permettent pas de remédier globalement aux manquements des éléments essentiels de son partenariat avec la République du Burundi", dit la déclaration européenne, ajoutant que les consultations sont "clôturées" et que "des mesures appropriées seront proposées aux instances décisionnelles".

"Dans l’attente de l’adoption des mesures appropriées, des mesures conservatoires pourraient être prises quant aux activités de coopération en cours et en limitant des activités de coopération nouvelles aux actions à caractère humanitaire", ajoute la déclaration européenne.

MARIE-FRANCE CROS 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher