topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Consultations avec l'UE : le pouvoir burundais «satisfait» malgré tout Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

RFI, 10-12-2015

Les consultations entre l'Union européenne (UE) et les autorités du Burundi n'ont pas débouché sur un compromis à Bruxelles, mardi. Bujumbura n'a pas su convaincre sur sa volonté de garantir les droits de l'homme dans le pays secoué par des violences depuis la réélection du président Nkurunziza pour un troisième mandat.

L’UE pourrait donc maintenant restreindre sa coopération de plusieurs centaines de millions d'euros. Malgré tout, les autorités burundaises se sont dites « satisfaites » de voir le dialogue reprendre avec l'Europe.

Suspendue par l'UE en mai dernier, la coopération risque d'être réduite « aux actions à caractère humanitaire et en faveur de la population » si Bujumbura ne fournit pas de garanties sur la gouvernance et les droits de l'homme.

Du côté du Burundi, on souligne qu'on ne peut prendre de décisions qui remettraient en cause sa souveraineté. « Nous avons fait notre plaidoyer comme des représentants d’un gouvernement, d’un Etat, qui est uni par les lois et qui doit forcément, dans le cadre du dialogue avec ses partenaires donner des gages, rassurer en tout cas les partenaires, souligne Alain-Aimé Nyamitwe, ministre des Affaires étrangères, en leur montrant que chaque fois que les lois de la République le permettaient, nous étions prêts à accéder à la demande de l’Union européenne. »

Radios et ONG

L'inquiétude porte évidemment sur la société civile et les médias poursuivis au Burundi. Alain-Aimé Nyamitwe détaille les propositions faites à l'UE. « Nous avons proposé que pour ce qui concerne les suspensions des radios ou des ONG, des enquêtes puissent être accélérées pour que d’ici deux mois on puisse avoir une réponse claire à donner, affirme-t-il. En d’autres termes, si la décision de justice dit qu’effectivement ces organes sont innocentés, qu’elle puisse être autorisée à rouvrir. »

Mais ces propositions n'ont visiblement pas convaincu les Européens. Selon les accords de Cotonou, les partenaires ont au maximum quatre mois pour s'entendre.

Le Cnared satisfait

De son côté, l'opposition politique, elle, se félicite de la position ferme de l'Union européenne.

Pancrace Cimpaye : « Nous aurions aimé que l'on passe à la vitesse supérieure parce que le drame qui se passe au Burundi exige des décisions très fortes, mais nous saluons la position de l'Union européenne. »

Mercredi, au moins cinq personnes ont été tuées après avoir attaqué à la grenade une patrouille policière à Cibitoke, un quartier contestataire du nord de Bujumbura, a affirmé le porte-parole de la police burundaise. Une version démentie par des témoins qui dénoncent une « exécution extrajudiciaire ».

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher