topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : l’avocat du général Ndayirukiye dénonce un « procès inéquitable » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

Jeune Afrique, 16 décembre 2015

Son procès s'est ouvert lundi 14 décembre à Gitega. Mais le général Cyrille Ndayirukiye, incarcéré depuis sept mois pour avoir été l'un des principaux instigateurs du putsch avorté du 13 mai, n'a déjà plus d'avocats.

Ses trois défenseurs – deux Burundais et un Belge – ont en effet été récusés par le Parquet. Bernard Maingain, l'avocat belge, a répondu aux questions de Jeune Afrique.

Le Belge Bernard Maingain, qui n’était pas présent à l’ouverture du procès, a même été accusé par le procureur d’être lui-même impliqué dans la tentative de coup d’État qui visait à renverser Pierre Nkurunziza, à la veille d’une élection présidentielle controversée qui a plongé le pays dans la crise. Il est vrai que cet avocat très actif depuis vingt-cinq ans dans la région des Grands Lacs figure parmi les bêtes noires du régime. Rapporteur du Tribunal Russell sur le Burundi, avocat d’une trentaine de familles de victimes de la répression à Bujumbura, il entretient des liens étroits avec l’opposition burundaise en exil, y compris parmi les militaires.

Bernard Maingain revient pour Jeune Afrique sur la stratégie de défense des officiers accusés, invoquant « l’état de nécessité » face à une troisième candidature qu’il estime illégale.

Jeune Afrique : Pourquoi n’étiez-vous pas présent à l’ouverture du procès, où vous deviez défendre quatre officiers putschistes dont l’ancien ministre de la Défense, Cyrille Ndayirukiye ?

Bernard Maingain : Le débat, cette semaine, devait porter sur des questions de procédure invoquées par la défense. Nous réclamons d’obtenir une copie du dossier, ce qui nous a été refusé jusque-là. Nous souhaitions également définir un calendrier pour l’audition de témoins qui nous tiennent à cœur et pour les audiences de plaidoiries. En dernier lieu, nos clients avaient insisté pour qu’on revoie leurs conditions de détention, particulièrement pénibles. Nous avions convenu que mes confrères burundais se chargeraient de ce débat de procédure.

Par ailleurs, des contacts au niveau du Haut Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies m’ont déconseillé de venir suite aux événements du week-end, pour des raisons de sécurité.

Lundi, vous avez été récusé par le procureur au motif que vous seriez vous-même impliqué dans le putsch. Les deux avocats burundais de Ndayirukiye ont également été récusés. Que vous reproche-t-on au juste ?

En ce qui me concerne, le procureur a simplement annoncé que je ne pourrai pas défendre le général Ndayirukiye car je devais être, moi aussi, poursuivi dans le cadre du putsch du 13 au 15 mai. Mardi matin, le procureur a par ailleurs récusé mes deux confrères, Mes Onésime Kabayabaya et Lambert Nsabimana, pour entrave à la justice. Or il faut savoir que nous étions les trois seuls avocats du général Ndayirukiye, qui est la personnalité la plus importante de ce procès.

Que signifie « entrave à la justice », dans leur cas ?

Apparemment, les demandes formulées lundi ont déplu au président du tribunal. Nous considérons donc que nous sommes dans les conditions d’un procès inéquitable.

Depuis la fin 2014, vous vous êtes engagé aux côtés des opposants à la réélection de Pierre Nkurunziza. Que vous inspire cette accusation de participation au putsch ?

C’est une manière de m’empêcher de poser le pied sur le territoire burundais alors que j’ai des liens étroits avec une grande partie de la population burundaise impliquée dans la contestation contre la réélection de Pierre Nkurunziza, et que je suis en mesure de fournir des informations détaillées sur ce qui se passe actuellement au Burundi. Mais je ne suis pas une exception: de nombreux représentants de la société civile burundaise ont fait l’objet de semblable accusation.

Votre client est clairement impliqué dans le putsch du 13 mai. Comment comptiez-vous le défendre face à cette accusation grave ?

Nous comptions d’abord restituer la vérité concernant certains faits importants liés au putsch manqué, notamment concernant le rôle de certaines personnalités qui sont aujourd’hui libres de leurs mouvements au Burundi.

Vous voulez parler du rôle prêté au chef d’état-major de l’armée ou au ministre de la Défense, soupçonnés d’avoir soutenu le projet de putsch avant de faire volte-face ?

Nous souhaitons effectivement que ces deux responsables soient confrontés, à la barre, à notre client. La vraie question qui se pose c’est d’établir si, à ce moment-là, l’appareil militaire et policier du Burundi était globalement décidé à provoquer le départ de Pierre Nkurunziza. Des trahisons sont manifestement intervenues au sein des forces de défense burundaises.

Que signifie « l’état de nécessité » que vous invoquez pour justifier le rôle de votre client dans un coup d’État contre Pierre Nkurunziza ?

En droit, l’attitude du général Ndayirukiye et des différents officiers impliqués pose une question majeure : à partir de quel moment des militaires peuvent-ils refuser d’obéir aux ordres de supérieurs hiérarchiques ou se détacher des instructions gouvernementales? Dans le contexte burundais de l’époque, on est dans les conditions de ce qu’on appelle « la résistance légitime » à l’ordre illégal de l’autorité supérieure.

À quel ordre illégal vote client aurait-il résisté ?

La loi fondamentale burundaise et les accords d’Arusha interdisaient à Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat. Les autorités ont violé ces textes. La question est de savoir si les militaires et les officiers de la police avaient le devoir de résister à cette position illégale. L’état de nécessité est un concept, en droit pénal, qui dit que lorsqu’il y a deux violations concomitantes de la loi, la préservation de la valeur supérieure l’emporte. Pour prendre un exemple, il vaut mieux que je monte sur un trottoir avec ma voiture plutôt qu’écraser un piéton, car la valeur supérieure, c’est la vie.

Depuis le 13 novembre, date d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, la communauté internationale semble impuissante à endiguer la crise…

La médiation placée sous présidence ougandaise traînaille. Et c’est d’autant plus surprenant qu’on sait qu’on a affaire à une course contre la montre. On doit mettre autour de la table les protagonistes du conflit, or ça ne ne se fait toujours pas. Il faut désormais utiliser la contrainte, car il n’y a pas de norme juridique sans contrainte.

Le Conseil de sécurité dispose de cette prérogative, sous peine d’adopter des sanctions si les autorités ne se conforment pas aux résolutions de l’ONU incitant au dialogue avec les opposants. Aujourd’hui, celui-ci ne prend pas suffisamment ses responsabilités. Par ailleurs, je pense que le bureau du procureur de la CPI doit s’investir dans les enquêtes sur les crimes susceptible de revêtir la qualification de crimes contre l’humanité, comme les exécutions extrajudiciaires auxquelles on a assisté le week-end dernier. L’avenir d’un certain nombre de dirigeants burundais, aujourd’hui, est judiciaire et non politique.

Par Mehdi Ba

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher