topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
"Le peuple burundais a déjà réalisé que son ennemi n’était ni le Hutu ni le Tutsi" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

Jeune Afrique, 18 décembre 2015

«Au Burundi, nous ne combattons pas seulement un homme mais tout le système»

Marie-Louise Barikaco, présidente de l'association Des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi, est en exil en Ouganda. Interview.

Après avoir longtemps milité pour le droit des femmes, Marie-Louise Barikaco, la présidente de Des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi, a été contrainte à fuir le pays suite au climat d’insécurité qui y prévaut depuis plusieurs mois. Elle dresse un bilan critique de la situation et déplore le manque de leadership éthique dans son pays.

Jeune Afrique : Il y a une semaine, le Burundi a vécu l’une des journées les plus sanglantes depuis le début de la nouvelle crise qui le secoue. Savez-vous ce qui s’est passé lors de ce fameux «vendredi noir» à Bujumbura ?

Marie-Louise Barikaco : Il est difficile de décrire ce qui s’est passé ce jour-là, tant la confusion a régné à Bujumbura. Il nous a été dit qu’il y a eu des attaques dans des camps militaires, mais la situation a très vite dégénéré dans les quartiers dits contestataires, qui ont été attaqués. C’est dans ces quartiers qu’on a retrouvé des cadavres. Le peuple est meurtri, personne ne bouge, la ville est sous silence. Il y a la peur, la hantise de la mort, et on ne sait pas quelle sera la prochaine étape.

La situation au Burundi est dramatique, elle l’a été ce jour-là et elle va le rester parce que quand il n’y a pas d’information, on s’imagine tout…

Les craintes d’une généralisation des discours de haine se multiplient. Pensez-vous que les Burundais y soient sensibles ?

La diffusion des discours de haine fait partie d’une stratégie de manipulation de la population. Mais il ne faut pas oublier que c’est la population qui est descendue dans la rue pour manifester contre un troisième mandat de Pierre Nkurunziza. Elle a crié haut et fort qu’il ne s’agissait pas d’un problème de Hutus ou de Tutsis. Pour le moment, ces discours de haine n’ont pas encore pénétré au sein de la population. Notre crainte, c’est qu’ils finissent par prendre car les blessures n’ont pas encore bien cicatrisé. L’accord d’Arusha a été négligé et il n’a pas permis aux Burundais de tourner la page définitivement.

Autour de quoi s’articule la crise burundaise aujourd’hui ?

Le peuple burundais a déjà réalisé que son ennemi n’était ni le Hutu ni le Tutsi. Son ennemi, ce sont les conditions dans lesquels il vit, dans lesquelles on le maintient. Son ennemi, c’est la mauvaise gouvernance, la politique basée sur l’exclusion, la pauvreté, la corruption… Le troisième mandat n’est d’ailleurs pas le coeur du problème. Si Pierre Nkurunziza partait aujourd’hui sans qu’on change le système, cela ne changerait rien. C’est une histoire sans fin…

Depuis le début de la crise, les accords d’Arusha sont souvent mentionnés. Leur restauration serait-elle une partie de la solution ?

Je ne crois pas que ces accords soient un outil parfait, mais c’est au moins un document sur lequel tous ceux qui étaient à Arusha se sont entendus. La première faille est que ces accords n’ont pas été porté à la connaissance de la population pour qu’elle puisse se les approprier. La deuxième faille réside dans le fait que ceux qui ont eu la charge de diriger le Burundi depuis leur signature ne se sont pas engagés à les respecter.

On ne peut pas aller en deçà de ces accords. Pour l’opinion publique, c’est un principe qui ne peut être violé. Donc oui, leur restauration fait intégralement partie de la solution à la crise actuelle.

Wendy Bashi

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher