topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Verdict pour les putschistes qui ne se faisaient guère d’illusions Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

RFI, 15-01-2016

Coup d'Etat au Burundi: le verdict est tombé pour les putschistes

Vingt-huit soldats et policiers comparaissaient ce vendredi à Gitega dans le centre du pays.

Ils ont été reconnus coupables d'avoir participé à la tentative de coup d'Etat des 13 et 14 mai 2015 alors que les manifestations contre le troisième mandat du président Nkurunziza étaient durement réprimées. Sept ont été acquittés, 21 ont été condamnés à des peines de prison ferme par la Cour suprême, dont quatre à perpétuité. [Photo : Les présumés putschistes, dont Général Cyrille Ndayirukiye (2e en partant de la gauche), devant la Cour d'appel de Gitega avant la lecture du verdict dans le procès, le 15 janvier 2016]

Le procureur avait demandé la perpétuité pour les vingt-huit accusés, elle a été retenue pour quatre d’entre eux. Il s’agit de quatre généraux, dont Cyrille Ndayirukiye, ancien ministre de la Défense et numéro deux du coup d’Etat manquédes 13 et 14 mai dernier. Le numéro un, Godefroid Niyombaré, est lui toujours en fuite, de même que plusieurs autres putschistes.

Les avocats de ces quatre putschistes avaient été récusés par le tribunal et ils avaient donc choisi de se défendre seuls. Cyril Ndayirukiye avait notamment déclaré avoir agi « pour défendre l’accord d’Arusha » alors « que la police était en train de tuer la population ».

Assumant et justifiant cette tentative de coup d'Etat, le général Ndayirukiye s'était écrié : « Je ne pouvais pas rester les bras croisés alors que la police était en train de tuer la population pendant que Nkurunziza jouait au football ». Une allusion à la passion du chef de l’Etat burundais pour le ballon rond.

Procès « inique »

Ceux qui étaient présents l’assurent : malgré leur condamnation, ces quatre accusés, deux généraux issus de l’ancienne armée tutsie et deux autres de l’ancienne rébellion hutue aujourd’hui au pouvoir, sont sortis le sourire et un mot de réconfort aux lèvres pour leurs soutiens.

Ils ne se faisaient guère d’illusions. Outre un procès qu’ils ont qualifié d’ « inique », ces officiers supérieurs burundais ont été arrêtés les armes à la main après l’échec de leur putsch.

Trois chefs d’accusation étaient retenus contre eux : tentative de coup d'Etat, assassinat de soldats, de policiers et de civils et destruction de bâtiments.

Trente ans pour neuf officiers de police

Neuf officiers de la police et de l’armée ont été condamnés à une peine de trente ans de prison ferme pour avoir collaboré à cette tentative de coup d’Etat. Ils sont également interdits d’occuper une fonction publique pendant dix ans.

Huit autres ont écopé de cinq ans de prison pour avoir joué des rôles mineurs, et sept autres ont été acquittés.

A noter que les accusés s’étaient plaints d’irrégularités de leurs conditions de détention, l’avocat de l’un d’entre eux a même saisi de groupe de travail de l’ONU sur les détentions arbitraires.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher