topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
Le Nigeria inquiet de l'absence de son président Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 05/012010 – Source Le Figaro

Umaru Yar'AduaLe Nigeria est-il au bord d'une grave crise ? La question est posée depuis le départ il y a six semaines du président pour des soins. Umaru Yar'Adua, hospitalisé en Arabie saoudite après des problèmes cardiaques, est depuis lors totalement silencieux. Une vacance du pouvoir qui inquiète un peu plus chaque jour le géant de l'Afrique et ses quelque 150 millions d'habitants, hanté par les rumeurs de putschs.

La disparition du président paralyse les institutions démocratiques. Jusqu'ici feutrées, les tensions au cœur du pouvoir se font de plus en plus vives. Plus personne ne croit les messages rassurants de la présidence annonçant le «retour prochain» du chef de l'État.

Mardi, la puissante Association des barreaux du Nigeria a donc officiellement demandé que le vice-président Goodluck Jonathan soit provisoirement porté à la tête du pays comme l'autorise la Constitution. Une exigence immédiatement relayée par la société civile et les leaders de l'opposition.

Sous la pression, les députés pourraient désigner une commission chargée d'enquêter sur le réel état de santé du président. Une façon de gagner un peu de temps en espérant une solution miracle.

Car cette crise constitutionnelle arrive au plus mauvais moment. Premier producteur africain d'or noir, le Nigeria souffre d'une corruption endémique et d'une misère patente. Dans le sud du pays, marginalisé depuis des décennies par le pouvoir central, l'armée doit faire face à plusieurs mouvements d'insurrection qui minent la production pétrolière.

Premier président élu après une alternance démocratique en 2007, Umaru Yar'Adua a considérablement déçu. De santé fragile et peu charismatique, l'homme avait été précisément choisi pour ses faiblesses par son prédécesseur, Olusegun Obasanjo.

Mais paradoxalement, son retrait de la scène politique ne ferait qu'ajouter un problème aux autres. Au nom d'une règle non écrite, le pouvoir au Nigeria se partage, à tout de rôle, entre Sudistes chrétiens et Nordistes musulmans. Ces derniers verraient sans doute d'un très mauvais œil leur «frère», Umaru Yar'Adua, si effacé soit-il, céder sa place au Sudiste Goodluck Jonathan.

Cette communauté vit déjà très mal les soupçons d'extrémismes pesant sur elle. Une alternance brutale sonnerait comme un nouveau désaveu à même de relancer des violences éthnico-religieuses. Or les militaires ont toujours dit qu'ils n'hésiteraient pas à «prendre leurs responsabilités» en cas de troubles.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher