topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Les ponts entre Bujumbura et Bruxelles ne sont pas totalement rompus Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

PANA, 15 mars 2016

Le canal du dialogue reste "ouvert" entre l’UE et le Burundi

 Bujumbura, Burundi- Le délégué de l’Union européenne (UE), Patrick Spirlet, a tenté, mardi, d’atténuer le choc dans l’opinion suite aux sanctions économiques prises, la veille, par son institution contre le pouvoir burundais, en assurant que le dialogue allait continuer pour évaluer les progrès dans le processus inter-burundais de paix dont dépend la fin d’une violente crise politique de bientôt un an et la reprise de la coopération avec un pays qui comptait déjà, en temps normal, sur l’aide extérieure pour plus de 50% de ses besoins financiers.

Les ponts entre Bujumbura et Bruxelles ne sont pas totalement rompus et "nous continuerons à parler avec le gouvernement burundais pour voir comment ses engagements ont été mis en œuvre et s’ils répondent réellement à nos préoccupations", a nuancé au lendemain de la décision, le délégué de l’UE.

Un communiqué de presse sorti lundi, d’une réunion des 28 membres du conseil de l’UE, conditionne à nouveau la reprise de appuis techniques et financiers à un "retour rapide au respect des principes et valeurs démocratiques, des droits de l’homme et de l’tat de droit, sur la base de l’accord de Cotonou et des principes énoncés dans les accords d’Arusha".

L’article 96 de l’accord de Cotonou, au Bénin, permet la rupture de la coopération de l’UE avec tout pays d’Afrique, des Caraïbes et du pacifique (Acp/Cee) qui ne respecte pas les valeurs et principes démocratiques ainsi que les droits humains.

D’un autre côté, l’UE est l’un des parrains qui tiennent toujours au respect des accords inter burundais d’août 2000, à Arusha, en Tanzanie, sur la paix et la réconciliation nationale ayant mis fin à la guerre civile des années 1990, après plus de 300.000 tués et autour d’un million d’exilés.

Les Européens pressent aujourd’hui encore par peur que le pays ne plonge dans une nouvelle guerre civile dans un pays où, depuis avril 2015, au moins 400 personnes ont été déjà tuées et autour de 260.000 autres se sont réfugiées dans les pays voisins.

L’UE a les moyens de ses pressions en tant que principal bailleur de fonds étrangers qui comptait encore injecter plus de 420 millions d’euros dans l’économie nationale, sur la période allant de 2015 à 2020.

Vers la fin de l’année dernière, l’UE avait envoyé un premier signal fort en direction du pouvoir burundais, en prenant des sanctions ciblées de gel des avoirs et de restriction de visas contre quatre hauts responsables au sein des appareils sécuritaires gouvernementaux.

Les Etats-unis d’Amérique avaient enfoncé le clou par une mesure élargie, pour la première fois depuis le début de la crise, à un membre du gouvernement burundais, l’actuel ministre de la Sécurité publique, Alain Guillaume Bunyoni.

Une autre étape a été franchie depuis le 1er janvier dernier, avec le retrait du Burundi de la liste des pays pouvant bénéficier de facilités et opportunités d’affaires avec les américains, dans le cadre du projet "Agoa".

L’officialisation de la nouvelle décision de l’UE à caractère financier a fait paniquer les milieux d’affaires à Bujumbura qui accédaient déjà péniblement aux devises fortes en cours d’assèchement suite aux effets conjugués de la crise politique et financière.

Du côté du gouvernement, on annonce qu’une première réaction à la décision de l’UE ne saurait tarder et pouvait tomber au courant de la journée de mardi. Le 8 décembre 2015, les deux parties n’étaient parvenues à aucun compromis sur le tant recherché dialogue inclusif de tous les protagonistes de la crise au Burundi.

Le pouvoir reste sur la ligne d’un dialogue avec l’opposition "pacifique" qui n’a pas trempé dans le " mouvement insurrectionnel" des "anti-troisième mandat" de l’actuel chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, et dans la tentative de putsch manqué qui était dirigé par des généraux de la police et de l’armée contre son régime, au mois de mai 2015.

L’autre signe du faussé qui sépare aujourd’hui encore les protagonistes de la crise au Burundi est que certaines voix, au sein de l’opposition, pavoisaient plutôt au lendemain de la décision de l’UE, en estimant que, cette fois, le pouvoir n’avait d’autre choix que de dialoguer par la force des choses, en évoquant les caisses de l’Etat qui sont "vides".

Sur le plan humanitaire, l’UE promet, dans son communiqué, qu’elle restera "fermement engagée auprès de la population burundaise dans cette crise qui a déjà fait plus de 400 morts et des milliers de blessés, et a forcé plus de 240.000 personnes à se réfugier dans les pays voisins".

Parallèlement, "des projets financés par l’UE, visant à assurer l’accès de la population aux services de base, mais sans acheminer les ressources financières par des comptes détenus par le gouvernement burundais, sont en cours d’élaboration", selon la même source.

La décision suspendant les appuis financiers "sera réexaminée régulièrement, au moins tous les six mois, et cela se fera à travers des missions de suivi du service européen pour l’action extérieure, associant les services de la Commission de l’UE", conclut le communiqué.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher