topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Quelles conditions pour une reprise de l'aide de l'UE au gouvernement du Burundi ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

RFI, 16-03-2016

Burundi : le gouvernement doit prendre des mesures pour toucher l'aide de l'UE

 Après avoir constaté que les termes de l’accord de Cotonou qui régit leur coopération n’avaient pas été respectés, l’UE a engagé des consultations avec le gouvernement du Burundi.

Elles auront duré trois mois avant que l’UE ne décide lundi 14 mars de couper son aide directe au Burundi, mais elle maintient toutefois son aide directe à la population et envisage de lancer deux nouveaux projets humanitaires pour subvenir aux besoins de base des Burundais qui sentent déjà l'impact économique des différentes sanctions.

Un coup dur pour le pays, plongé dans une grave crise économique, surtout quand on sait que l’Europe contribuait à hauteur de 20% du budget burundais. Pour toucher les 432 millions d’euros destinés au pays, le gouvernement doit prendre une série de mesures.

Le premier volet des mesures demandées par l’Union européenne concerne la liberté de la presse : Bujumbura doit autoriser la réouverture de tous médias privés car pour l’heure actuelle seules deux radios peuvent à nouveau émettre. Mais surtout, le gouvernement doit assurer la sécurité et la liberté des journalistes en prenant des mesures concrètes contre les actes d’intimidation à leur encontre. Depuis le début de la crise, nombre d’entre eux ont été arrêtés, torturés, assassinés ou encore forcés à l’exil.

Second groupe à protéger, les défenseurs des droits de l’homme. Bruxelles demande la levée des sanctions qui pèsent sur une dizaine d’ONG, et que cesse l’oppression subie par leurs militants. Les manifestants arrêtés alors qu’ils n’ont pas commis de violence doivent être libérés, les autres doivent comparaître dans les délais légaux. Selon l’ONU, ils sont plusieurs centaines incarcérées sans jugement.

L’UE réclame ensuite des enquêtes internationales sur les allégations de tortures, de violences sexuelles, de disparitions et d'exécutions extrajudiciaires. Les responsables doivent être punis.

Il faut enfin qu’un dialogue inclusif se tienne, car Bujumbura refuse toujours de rencontrer l’opposition en exil. Si ces mesures sont appliquées, l’Europe débloquera son enveloppe budgétaire. Mais dans le cas contraire elle ne compte pas en rester là : Bruxelles prévoit de « revoir » son financement au contingent burundais dans l’Amisom (la mission africaine en Somalie). La quote-part versée au gouvernement pour sa participation dans l’Amisom est également en jeu.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher