topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Après la sanction de l'UE, Bujumbura se tourne vers d’autres "Grands Amis" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

PANA, 16 mars 2016

Le Burundi entame une offensive économique par la sous-région après le retrait des aides de l'UE

 Bujumbura, Burundi - Le hasard du calendrier a fait que le Kenya soit le premier pays étranger à annoncer, mercredi, sa volonté de rester économiquement et politiquement aux côtés du Burundi au moment où, la veille, l’Union européenne (UE) et principal bailleur extérieur venait de suspendre les aides directes, "faute d’engagements suffisants" du pouvoir burundais pour régler une crise politique de bientôt un an dans ce pays des Grands Lacs.

L’annonce a été faite par le nouvel ambassadeur du Kenya, Kenneth Nandi Vitisia, au premier vice-président du Burundi, en charge des questions économiques et sociales, Joseph Butore, d’après la radio nationale (publique).

Pour matérialiser l’élan nouveau de la coopération bilatérale, une commission mixte va se réunir prochainement, selon la même source.

Le Kenya n’en est pas à son premier coup de poker et certains de ses hommes d’affaires avaient prospéré en contournant l’embargo international dirigé contre le putsch militaire de l’ancien président burundais, le major Pierre Buyoya, en 1996.

La première économie sous-régionale fait du Kenya un important carrefour routier, maritime, aéroportuaire, financier, sanitaire, éducatif, culturel et sportif, particulièrement salutaire pour le Burundi perdu à plus de 1.200 kilomètres des premières côtes océaniques et maritimes.

L’Ouganda et la Tanzanie sont deux autres pays membres de l’EAC par lesquels le Burundi fait transiter les marchandises à l’importation et à l’exportation.

Les relations avec ces deux pays sont pour le moment à un état tiède suite à l’impact de la crise au Burundi sur le fonctionnement normal des institutions de la Communauté.

Au sein de cette même Communauté économique sous-régionale, les échanges de biens et de personnes ont connu un sensible ralentissement entre le Burundi et le Rwanda qui s’accusent de déstabilisation mutuelle.

Plus loin de la sous-région, d’autres "Grands Amis" sur lesquels le pouvoir burundais peut compter pour contourner le boycott de l’Occident sont, entre autres, la Chine, la Turquie ou encore la Russie.

Malgré la situation de crise qui a fait fuir, ces onze derniers mois, nombre de partenaires techniques et financiers étrangers, la Chine, quant à elle, n’a pas sourcillé pour maintenir et renouveler d’importants contrats de projets de travaux publics au Burundi.

Le gouvernement chinois a déjà planté des grues géantes sur les hauteurs-Est de Bujumbura, la capitale burundaise, dans le cadre d’un vaste chantier pour la construction de nouveaux bureaux de la Présidence de la République.

Un autre contrat a été encore signé récemment et porte sur la construction d’un complexe appelé à abriter de nouveaux bureaux du sénat à Gitega, la seconde ville du pays, située dans le centre du Burundi.

Sur le plan politico-diplomatique, le gouvernement chinois n’avait pas hésité à se féliciter de la réélection du président burundais, Pierre Nkurunziza, l’année dernière, pour un troisième mandat obtenu dans la controverse et qui reste au centre de la crise du moment au Burundi.

La Russie en avait fait pareil et plus récemment encore, le 9 février 2016, le deuxième vice-président de la république, Joseph Butore, a reçu une délégation économique venue droit de Moscou pour échanger sur le renforcement de la coopération dans divers domaines entre les deux Etats.

Le pouvoir burundais a également étendu ces derniers temps ses relations internationales à la Turquie qui a été sanctionnée par un accord de coopération économique et commerciale du 28 août 2015, soit au lendemain de la réélection du président burundais.

Le nouvel accord compte mettre un accent particulier sur le commerce et l’investissement, l’énergie et les ressources naturelles, l’agriculture et l’élevage, l’éducation et la santé ainsi que les sciences et la technologie, le tourisme ainsi que le sport.

En 2014, les deux pays en étaient à un volume d’échanges commerciaux évalué à 2,5 millions de dollars américains.

Au terme du nouvel accord, la Turquie s’est engagée à porter ce chiffre à au moins 20 millions de dollars par an d’ici à 2023 et a conseillé le Burundi de renforcer son infrastructure pour développer son économie.

L’accord, par étapes, prévoit d’abord la création d’un comité économique mixte qui constituera un mécanisme durable de suivi et évaluation des progrès réalisés, ensuite la signature d’un accord de libre échange entre les deux pays, puis la signature d’un accord concernant la protection des investissements pour assurer aux investisseurs un environnement juridique stable et favorable.

Ces différentes étapes devaient être suivies par la création d’un conseil d’affaires au sein du Conseil turc des relations économiques étrangères ainsi que la signature d’un accord sur la double taxation.

Dans les milieux d’affaires à Bujumbura, on doute néanmoins si tous ces « Amis » du Burundi pourront combler le déficit laissé par le départ des Occidentaux.

L’UE a suspendu un financement annoncé de plus de 420 millions d’euros, soit l’équivalent de 23% du volume total des aides de la Communauté internationale au Burundi.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher