topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L'UE pourrait réduire son aide aux soldats burundais en Somalie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

@rib News, 29/03/2016 – Source Reuters

 L'Union européenne envisage de réduire ses financements au contingent burundais de la force de maintien de la paix en Somalie pour tenter de contraindre le président du Burundi, Pierre Nkurunziza, à ouvrir des discussions avec ses opposants, a-t-on appris de plusieurs sources diplomatiques.

Le gouvernement Nkurunziza est jusqu'à présent resté insensible aux multiples pressions exercées par les pays occidentaux pour tenter de débloquer la situation politique à Bujumbura, où les tensions nées il y a un an menacent de dégénérer en guerre civile.[Photo : Des soldats burundais servant au sein de forces de la paix en Somalie.]

Plusieurs officiers de haut-rang de l'armée burundaise ont tenté en mai dernier de destituer Nkurunziza, dont la candidature à un troisième mandat était jugée inconstitutionnelle par une partie de l'opposition, mais ce coup d'Etat s'est soldé par un échec, le gros des troupes restant fidèle au président. 

Depuis, les violences au Burundi ont fait plus de 400 morts et 220.000 personnes, soit 2% de la population du pays, se sont réfugiées dans des pays voisins, comme le Rwanda. 

Le contingent burundais de l'Amisom, la force de maintien de la paix de l'Union africaine, rapporte 13 millions de dollars (11,6 millions d'euros) par an à l'Etat et 52 millions aux quelque 5.400 soldats qui le composent. 

Pour chaque soldat africain envoyé en Somalie, un Etat participant à l'Amisom reçoit 1.000 dollars par mois pour sa solde et les frais logistiques, une somme payée par un fonds alimenté par l'UE. Dans le cas du Burundi, l'Etat conserve 200 dollars et en reverse 800 aux soldats du contingent de l'Amisom.

Ce financement pourrait donc être le talon d'Achille du gouvernement Nkurunziza. 

"Le soutien au contingent burundais de l'Amisom ne peut pas se poursuivre en l'état", a déclaré un diplomate européen. 

La suppression totale des financements fait partie des options mises à l'étude mais c'est la plus extrême et elle est improbable, a-t-il ajouté. Une telle décision obligerait en effet l'Union africaine, qui supervise les 22.000 soldats de l'Amisom, à trouver d'autres donateurs. 

Un deuxième diplomate européen a déclaré que les fonds versés par l'UE ne seraient plus transférés à l'Etat burundais et que les 20% conservés jusqu'à présent par celui-ci seraient abandonnés.

"En aucune manière nous ne continuerons à payer cela", a-t-il dit à Reuters, précisant que l'UE était en train de négocier avec l'UA pour élaborer un mécanisme permettant de contourner Bujumbura. 

Le 14 mars, arguant d'une situation "très préoccupante", l'UE a suspendu les financements directs à l'Etat burundais. Les aides d'urgence sont toutefois maintenues. Bruxelles réclame à Bujumbura des garanties sur la liberté de la presse et les droits de l'homme ainsi que l'ouverture de discussions de paix.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher