topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le président de la CVR appelle à faire éclater la vérité sur les diverses tragédies Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

@rib News, 30/03/2016 – Source Xinhua

Burundi : l'actuelle crise est conséquente d'un douloureux passé "non éclairé" (INTERVIEW)

 L'actuelle crise burundaise est conséquente d'un douloureux passé "non éclairé", estime Mgr Jean-Louis Nahimana (photo), président de la Commission Vérité Réconciliation (CVR).

"Année après année, épreuve après épreuve, les réminiscences de ce passé non éclairé et les impunités qu'il couvre, ont affecté de manière sournoise, les perceptions, les attitudes et les comportements des millions de Burundais, acteurs politiques et citoyens ordinaires confondus", a précisé mardi à Bujumbura Mgr Nahimana au cours d'une interview accordée à Xinhua.

Le prélat burundais, qui s'exprimait en marge d'une journée de réflexion organisée par la CVR burundaise sur la place et le rôle des victimes des diverses crises cycliques violentes (1965, 1972, 1988 et 1993) dans le processus de justice de transition (JT) au Burundi, a fait remarquer que ce passé "mal éclairé", a largement contribué à l'instrumentalisation des jeunes.

Les jeunes Burundais, a-t-il précisé, ont certes été instrumentalisés comme victimes, mais aussi comme acteurs à cause de leur fragilité sur la connaissance de vérités sur les crises du passé.

Pour Mgr Nahimana, la nécessité de faire éclater rapidement la vérité sur les diverses tragédies sanglantes burundaises, milite pour un soutien immédiat aux travaux de la CVR, afin de contribuer au recouvrement d'une paix pérenne et à rompre avec les cycles de violences.

"Tant que la vérité sur les diverses crises burundaises auront été connues, les jeunes seront difficilement manipulables", a-t-il martelé.

Pour lui, la réussite de la mission assignée à la CVR burundaise, oblige celle-ci à approcher les différents protagonistes politiques sur l'actuelle crise afin d'aider au déblocage de l'actuelle impasse dans laquelle se trouve le dialogue politique inter-burundais.

Mgr Nahimana a demandé à ces protagonistes de revenir à la raison, de penser beaucoup plus à l'intérêt supérieur de la nation et d'éviter de s'enfermer dans leurs intérêts sectaires.

"Je peux me tromper certes, mais c'est mon constat, car, j'ai l'impression que nous sommes, au Burundi, dans une guéguerre pour les postes, si bien qu'on pense moins aux conditions du petit citoyen burundais. Avec une crise qui perdure, ce sont les petites gens qui en payent les pots cassés", a-t-il souligné.

C'est pourquoi, a-t-il insisté, la CVR est disposée à apporter sa pierre à l'édifice pour que les protagonistes de la nouvelle crise, s'engagent résolument pour de véritables pourparlers de paix.

"Toutefois, un dialogue efficace et inclusif au Burundi ne pourra atteindre de bons résultats pour une sortie de crise, qu'en présence d'une facilitation très forte et convaincue", a-t-il estimé.

Car, a-t-il insisté, ce qui manque aujourd'hui au Burundi pour débloquer l'actuelle impasse sur le dialogue inter-burundais, c'est la conviction dans les pourparlers de paix.

Pour le président de la CVR burundaise, la réussite du dialogue inter-burundais, sera conditionnée aussi à la définition d'un agenda "sérieux", mais pas celui qui s'arrête aux épiphénomènes de la crise.

Il faut plutôt penser, a-t-il suggéré, à discuter sur les conditions minimales qu'il faut, pour que le Burundi ne continue à rééditer tous les cinq ou dix ans, les mêmes crises.

Mgr Nahimana a indiqué également que l'aboutissement du dialogue inter-burundais, nécessite de vrais interlocuteurs.

"Il ne faudrait pas que certaines gens se mettent d'un côté, et que d'autres se mettent d'un autre côté, pour mener des monologues parallèles. Il faut que les Burundais acceptent de faire tous les concessions et les compromis qu'il faut, pour le salut du Burundi et non pour le salut individuel", a-t-il plaidé.

Selon Mgr Nahimana, l'impasse politique dans lequel se trouve le Burundi, constitue certes un environnement "difficile" pour les travaux de la CVR, mais pas "incompatible" avec le processus de justice de transition (JT).

Mgr Nahimana a tenu à souligner que la CVR burundaise est un mécanisme "non judiciaire" mis en place pour traiter une série de violations des droits de l'homme à caractère massif et récurrent depuis la date du recouvrement de l'indépendance (1er juillet 1962) au 31 décembre 2008, deadline des investigations de la commission.

Cette date, a-t-il expliqué, est considéré comme la fin de la belligérance armée au Burundi.

"Cependant pour des crimes en train d'être perpétrés aujourd'hui, je pense qu'ils devraient relever beaucoup plus du mécanisme judiciaire. Parce que la CVR burundaise est un mécanisme non judiciaire mis en place pour se pencher beaucoup plus sur des crimes commis au Burundi, au moment où les moyens de communication n'étaient pas aussi performants qu'ils sont aujourd'hui, et pendant que la justice internationale n'était pas encore développé", a-t-il fait remarquer.

Mgr Nahimana a tenu à rassurer que la CVR burundaise n'adhère pas à une vision de logique de la vengeance ou de courir derrière les auteurs des crimes pour les faire punir.

"Pas du tout. Nous, nous voulons plutôt étaler au grand jour, ce passé douloureux et amer, le regarder en face et inviter les générations actuelles à faire un sursaut de conscience et à rompre, à tout jamais, avec tous ces cycles de violences", a-t-il explicité.

Mgr Nahimana a révélé que la CVR a aussi le mandat de la réécriture de l'histoire du Burundi. La vérité recherchée par la CVR, a-t-il insisté, n'est pas seulement celle des victimes, mais aussi celle des bourreaux.

L'ultime objectif recherché ici, a-t-il expliqué, est que les bourreaux coopèrent pour la reconstitution des causes et des circonstances qui les ont poussés à commettre l'irréparable.

L'un des gros défis auxquels fait face la CVR burundaise, a fait remarquer Mgr Nahimana, est le cumul de beaucoup de traumatismes qui ont fini par façonner la manière de penser des Burundais.

"Il suffit d'écouter attentivement la plupart des Burundais lors des interventions publiques, pour découvrir combien ils portent, dans leur profonde intimité, les stigmates du passé, qui les empêchent à regarder la vérité avec lucidité", a-t-il expliqué.

Les membres de la CVR burundaise, en partenariat avec l'ONG américaine "American Friends Service Comitee"(AFSC), se sont déjà rendus en Afrique du Sud pour une visite d'échanges d'expériences avec la structure analogue sud-africaine mise en place à l'aube des années 1990, soit au lendemain de l'abolition du régime de "ségrégation raciale"(apartheid).

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher