topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : "Pour l’heure, la population résiste à la tentation ethniciste" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

La Croix, 03/04/2016

 Burundi, une répression à coloration ethnique

Idéologie, propagande, répression, les autorités semblent encourager l’ethnicisation de la société burundaise.

Un génocide, tout le monde y pense, beaucoup y croient et certains s’y préparent. De caractère politique, la répression qui s’est abattue au Burundi a aussi une coloration ethnique.

« En se représentant pour un troisième mandat à l’élection présidentielle, en 2015, le président sortant Pierre Nkurunziza s’est heurté à une contestation populaire mêlant Hutus et Tutsis dans de nombreux quartiers de Bujumbura. Des quartiers connus pour abriter majoritairement des Tutsis, le “Tutsiland” », explique un acteur de la société civile.

Peu à peu, le glissement de Tutsis à opposants politiques s’est généralisé: surtout au cours des opérations de police dans le « Tutsiland ». « Après le putsch avorté du 13 mai 2015, les faucons du parti présidentiel ont pris tous les pouvoirs. Ils ont promu et recruté les extrémistes dans les postes clés », décrit une source documentée.

« Chiens de Tutsis »« rebelles de Tutsis »… ces propos seraient monnaie courante parmi les forces d’intervention. « Lorsque j’ai été pris dans les rafles du 1er juillet, les policiers séparaient les Hutus des Tutsis. Je les ai vus tuer les Tutsis », affirme Clément, un rescapé qui vit caché dans la capitale burundaise.

Montée de la violence antitutsie

Les témoignages faisant état de tri entre Tutsis et Hutus, lors des arrestations, sont légion. Les Tutsis seraient aussi plus durement traités, plus facilement châtiés, condamnés et tués. Pour l’heure, impossible de vérifier ces dires, d’étudier les preuves. En revanche, ces témoignages viennent de tous les milieux, de tous les cercles, de toutes les religions et de tous les quartiers de Bujumbura.

Le discours des autorités est lui-même un signe de cette montée de la violence antitutsie. Pour les thuriféraires du régime, l’opposition est au service des Tutsis qui veulent reprendre le pouvoir aux Hutus. Pour éviter cela, ils appellent à la vigilance. « Les Tutsis ne sont pas directement nommés dans ces discours mais tout le monde comprend l’implicite », témoigne Paul, un intellectuel burundais.

La Commission nationale de dialogue interburundais (CNDI) est paradoxalement l’un des canaux de diffusion de cette idéologie. « Elle organise des réunions dans tout le pays. Les leaders locaux sont invités à s’exprimer sur la crise actuelle: loccasion pour le régime de faire passer son message et d’identifier ceux qui ne partagent pas son point de vue », explique un observateur.

Il semble que ce discours s’étende peu à peu à la campagne. « Pendant un congé, je suis retourné dans mon village. J’ai revu des amis du lycée. Ils me disaient que les Tutsis se préparaient à reprendre le pouvoir et qu’ils allaient nous massacrer comme en 1972! », confie Olivier, un étudiant.

Une surveillance accrue

Au côté des forces de l’ordre traditionnelles, le pouvoir a constitué des corps de police, de militaires, de citoyens entièrement dévoués à sa cause et ethniquement homogènes. Ceux-ci obéissent directement à la présidence et disposent d’une hiérarchie parallèle.

Autre élément inquiétant, la surveillance accrue de la société burundaise. Le régime s’appuie par exemple sur les chefs de quartiers pour contrôler les allées et venues des habitants. « Les chefs de famille doivent signaler à leur chef de quartier ceux qui leur rendent visite, les personnes présentes et absentes de leur famille. Tout doit être consigné dans des ”cahiers de familles”, une mine d’informations et un outil de contrôle pour le régime », explique un observateur international.

« Au début de l’année 2016, les autorités ont distribué des téléphones portables à tous les chefs de colline et à tous les chefs de village du pays, témoigne Pierre. Ils peuvent tous être mobilisés en quelques secondes. » Plusieurs sources font état d’une vaste distribution de machettes par le ministère de l’agriculture. Officiellement, pour les activités agricoles.

« Pour l’heure, la population résiste à la tentation ethniciste, affirme un leader burundais. Mais un génocide peut aussi être commis par une minorité déterminée qui dispose de tous les leviers du pouvoir. »

Laurent Larcher, à Bujumbura

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher