topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Le gouvernement s'étonne de la décision de l'OIF de retirer sa coopération Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

@rib News, 08/04/2016 – Source Xinhua

 Le gouvernement burundais s'est déclaré vendredi étonné par la mesure prise par l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) de retirer sa coopération avec le Burundi, et de noter que les Burundais ne peuvent pas être affectés par cette décision.

"Le gouvernement s'étonne de cette mesure prise par quelqu'un qui ne s'est jamais impliqué en profondeur dans la gestion de ce dossier. Bien entendu, la population s'étonne davantage, parce qu'à un moment, elle a un embarras de choix des langues à utiliser pour se développer et pour mener ses activités commerciales", a réagi le porte-parole et secrétaire général du Gouvernement Philippe Nzobonariba (photo).

Pour lui, sur les quelque 10 millions de Burundais, il y en a très peu qui utilisent la langue française et pour un bon nombre d'entre eux, c'est pour la première fois qu'ils entendent l'existence de cette organisation puisque, explique-t-il, "on reconnaît une organisation de part ses apports dans la vie quotidienne".

Il a ajouté que celui qui a induit en erreur cette organisation a plutôt joué une mauvaise propagande pour la langue française et pour ceux qui voudraient vulgariser cette langue parce que, explique-t-il encore, en principe, dans l'ensemble, "les Burundais ne peuvent pas être affectés par le retrait de l'OIF".

Au contraire, a conclu le porte-parole et secrétaire général du gouvernement, "les partisans de la langue française vont trouver un mauvais service rendu par ceux qui ont induit en erreur l'OIF".

Il dit que ces derniers sont des milieux politiques burundais qui sont très proches de cette organisation puisque, s'explique-t-il, "on n'a jamais vu ses délégations visiter le Burundi pour juger de la bonne volonté ou de la mauvaise volonté du gouvernement".

C'est au moment où l'OIF accuse le gouvernement d'avoir une mauvaise volonté de résoudre la crise actuelle que le pays traverse, raison pour laquelle elle a annoncé qu'elle retirait sa coopération avec le gouvernement mais que seuls les projets profitant directement à la population ne feront pas l'objet de ce retrait.

Le Burundi traverse une crise politico-sécuritaire liée au contentieux électoral depuis fin avril 2015 et les voies pour la résoudre semblent fatiguer les uns et les autres parmi les Burundais et leurs partenaires techniques et financiers, d'où ces différentes pressions de ces derniers pour contraindre le gouvernement à accepter d'entamer les négociations inclusives à l'extérieur du pays pour permettre les opposants en exil d'y prendre part.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher