topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Procès des putschistes : des peines "sur ordre" du pouvoir de Bujumbura Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

Le Pays, 11 mai 2016

Condamnation en appel de putschistes au Burundi :

Le verdict de raison ou de paranoïa ?

Le procès en appel de putschistes au Burundi, a livré son verdict. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les juges ont eu la main lourde. De 30 ans de prison, certains putschistes ont vu leur peine passer à la prison à perpétuité et des personnes relaxées en première instance, ont été condamnées. Ces peines ont également été assorties de dommages et intérêts relativement colossaux, contrairement au verdict rendu en première instance.

C’est un euphémisme de dire que les peines initiales ont été singulièrement alourdies. C’est dire combien Nkurunziza n’y est pas allé de main morte.  On sait, en effet, que dans une dictature crasse comme celle du Burundi de Pierre Nkurunziza, l’indépendance de la Justice est une vraie chimère. En d’autres termes, la Justice burundaise a certainement prononcé ces peines sur ordre du dictateur ou, à tout le moins, pour lui faire plaisir ou par crainte de subir ses foudres. 

Nkurunziza aurait dû être à la barre et la prison à perpétuité aurait été un verdict de clémence pour lui

Faut-il encore le rappeler, le Burundi est devenu un enfer à ciel ouvert parce qu’un seul individu, qui n’est nul autre que Pierre Nkurunziza, a refusé de se soumettre à la loi fondamentale de son pays. Et les conséquences sont incalculables : des milliers de Burundais ont pris le chemin de l’exil. Face à l’arbitraire, à l’injustice et à la mégalomanie d’un homme, des Burundais exaspérés ont décidé de prendre les armes. Sont de ceux-là, les auteurs de la tentative de putsch, de véritables patriotes épris de démocratie et de justice, qui payent pour leur courage. Leur seul tort est d’avoir tenté de sauver le Burundi en péril.

C’est simplement lâche de la part de la Justice burundaise, de se tromper à ce point de cible. S’il y a quelqu’un qui devait être appelé à la barre, c’est la personne par qui le malheur frappe ce pays. Et il est connu : l’autocrate burundais. Il est proprement indécent de fermer les yeux sur le crime incommensurable de celui qui s’est rendu coupable d’atteinte à la Constitution et donc, de haute trahison, pour sanctionner des personnes qui ont voulu l’empêcher de parachever ce crime. Ces putschistes ont certainement agi en désespoir de cause et par cette action, ils ont voulu faire œuvre de salubrité publique.

Nkurunziza aurait dû donc être à la barre et la prison à perpétuité aurait été un verdict de clémence pour lui au regard de l’ampleur de son crime. Mais, la Justice burundaise, comme un chien face à son maître, s’est couchée devant Nkurunziza. Elle a fermé les yeux et rabattu les oreilles face aux dérives de Nkurunziza et de ses sbires. Quelle honte ! Comme le disait si bien Jean de la Fontaine, « selon que vous serez riche ou pauvre, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ». Dans le cas du Burundi, selon que vous êtes proche de Nkurunziza ou opposé à lui, la Justice vous met le grappin dessus ou vous laisse tranquille.

En tout cas, cette iniquité a pour effet d’élargir le fossé entre les Burundais, de renforcer la haine que les uns nourrissent envers les autres. Nkurunziza a visiblement voulu des peines plus lourdes pour l’exemple, des peines qui dissuadent quiconque aurait encore des velléités de contester son pouvoir. Ce verdict indique que tous ceux sur qui pèse le moindre soupçon de contestation du pouvoir de Nkurunziza, sont à neutraliser. C’est le verdict de la paranoïa.

L’édifice de Nkurunziza pourrait finir par s’écrouler comme un château de cartes

Malgré cette chape de plomb sur le pays, Nkurunziza n’est pas tiré d’affaire. Bien au contraire. A en juger par l’étau qui se resserre lentement, mais sûrement autour de lui. La situation sociale et sécuritaire du Burundi va en se dégradant. Déjà, on assiste à une pénurie d’essence dans le pays. C’est un début d’asphyxie qui ne dit pas son nom. Cela montre que des sanctions comme la suspension de l’aide de l’Union européenne (UE) au Burundi, commencent à faire leurs effets. Et jusque-là, les autres partenaires potentiels du pays comme la Chine, ne se bousculent pas au chevet du régime Nkurunziza. Ce n’est pas bon signe pour le régime en place.

La raréfaction des ressources va davantage crisper le front social et un soulèvement populaire n’est pas à exclure. Surtout que, même autour du dictateur, ce n’est pas la cohésion parfaite. Ses propres soutiens et partisans pourraient au mieux le lâcher, au pire le prendre pour cible. Si la pression tant nationale qu’internationale est maintenue comme il se doit, il est évident que les condamnés n’auront pas à croupir très longtemps dans les geôles du régime. L’édifice de Nkurunziza pourrait certainement finir par s’écrouler comme un château de cartes et le tyran se retrouvera nu.

Le nouveau pouvoir qui lui succédera aura beau jeu d’élargir les putschistes dont le tort aura été d’avoir osé s’opposer à la violation de la loi fondamentale du Burundi par le pasteur-président. En attendant, les Nations unies devraient ouvrir l’œil et le bon, pour que ceux qui sont envoyés ainsi en prison, ne soient pas abandonnés à leur sort. Car, on n’est jamais assez prudent avec ce Néron des temps modernes qui, acculé de toutes parts, déverse son venin sur tous ceux qui ont osé le défier.


RFI, 11-05-2016

Burundi : la condamnation à perpétuité de soldats putschistes suscite la colère

Au Burundi, les réactions se multiplient depuis l’annonce du verdict de la Cour suprême lundi 9 mai qui condamne une vingtaine de militaires et policiers à la prison à vie pour leur participation à la tentative de coup d’Etat contre Pierre Nkurunziza en mai 2015. Pour l’opposant burundais en exil Jérémy Minani, cet arrêt est « tout simplement honteux » et traduit selon lui, une instrumentalisation de la justice burundaise par le régime.

Nous sommes sous le choc. Nous désapprouvons l'arrêt de la Cour suprême. C'est un arrêt honteux. C'est tout simplement une autre preuve que la justice burundaise est instrumentalisée et travaille pour celui-là même qui a renversé les institutions, qui a commis un coup d'Etat en se déclarant candidat pour un autre mandat présidentiel que la Constitution ne nous permettait pas. Ces militaires et policiers qui viennent d'être condamnés sont ceux qui avaient refusé de tirer sur des manifestants pacifiques.

Ecouter sur RFI

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher