topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : 92.187 abandons scolaires déjà enregistrés pour l'année 2015-2016 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Education

@rib News, 27/05/2016 – Source Xinhua

 Au moins 92.187 abandons scolaires ont déjà été enregistrés pour l'année scolaire 2015-2016 dont la clôture est attendue début juillet prochain, a révélé jeudi à Bujumbura Anatole Niyonkuru, directeur général de l'enseignement fondamental et post-fondamental au sein du ministère burundais de l'Education Nationale.

Le directeur général Niyonkuru, qui s'exprimait au cours d'une interview avec Xinhua, a précisé qu'en pénétrant à l'interne de ce chiffre global, on relève que les abandons scolaires ont déjà touché 44.081 garçons et 48.076 filles dont 160 cas provoqués par des grossesses "non désirées".

"Ces chiffres ne sont pas exhaustifs ; car, pour le deuxième trimestre de cette année scolaire, seulement cinq directions provinciales sur dix-huit, ont déjà acheminé leurs rapports à qui de droit", a-t-il ajouté.

Les causes secondaires, a-t-il révélé par ailleurs, sont l'impact de la crise dans les provinces de Kirundo(nord-ouest), de Muyinga(nord-est) et de Makamba(sud) respectivement frontalières avec le Rwanda et la Tanzanie, le manque d'engouement pour l'école chez certains parents, l'appât du gain dans certaines régions d'extraction minière comme dans les zones aurifères de Muyinga (nord du Burundi) et ainsi que dans les régions de basse altitude comme celles de l'Imbo et du Moso à forte prédominance dans la culture du riz.

D'autres cas d'abandons scolaires surviennent suite à des violences subies par les enfants à la maison du fait des parents ou à l'école à cause des enseignants, a-t-elle révélé également.

Dans un passé récent, a-t-il reconnu par ailleurs, certains élèves ont déserté l'école du fait de l'élaboration des programmes scolaires "trop" difficiles et de la manière d'évaluation.

"Quand bien même certaines opinions nous taxent de relâchement et d'être trop laxistes ; pour remédier à cette situation, notre choix a porté cependant sur l'introduction des innovations d'enseignement et des évaluations visant à ce que les enfants réussissent dans leurs études et non le contraire", a-t-il expliqué.

L'autre piste de solution empruntée pour arrêter le mouvement d'abandons scolaires, a-t-il signalé, est l'instauration des cantines scolaires, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM), pour servir le repas de midi, aux enfants ressortissants des provinces à faible productivité alimentaire.

Toutefois, au palmarès des sanctions à l'encontre des hommes adultes (enseignants) ou des garçons qui engrossent des jeunes filles en cours de scolarité, M. Niyonkuru a dénoncé le caractère "lacunaire" de la loi burundaise en vigueur au niveau de sa dimension répressive.

Là où il y a un hic, a-t-il insisté, c'est que le ministère burundais de la Justice en charge de lutter contre l'impunité, s'en tient jusque maintenant, à une disposition d'une loi qui blanchit un homme adulte ou un garçon qui engrosse une fille de 18 ans et plus ; parce que l'âge légale requis pour le mariage d'une jeune fille au Burundi, est de 18 ans.

"Cependant, au niveau du ministère de l'Enseignement, nous trouvons cela révoltant et inadmissible ; parce que, pour nous, une fille âgée de plus de 18 ans et plus, qui est encore sur le banc de l'école, doit être considérée comme une mineure et traitée comme telle", a-t-il martelé. 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher