topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
Déclaration d'Addis-Abeba sur les télécommunications et les TIC Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

PANA, 02/02/2010

 Addis- Abeba, Ethiopie - Dans le cadre de leur détermination à utiliser les Technologies de l'information et de la communication (TIC) pour stimuler le processus d'intégration et de développement sur le continent, les dirigeants africains ont déclaré mardi les TIC, comme "un secteur hautement prioritaire".

Dans leur "déclaration d'Addis-Abeba sur les Technologies de l'information et de la communication en Afrique", les chefs d'état ont par conséquent demandé à la Commission de l'Union africaine de fixer un agenda numérique fixant les principales étapes de ce processus.

Cet agenda va être élaboré en collaboration avec les communautés économiques régionales, la Commission économique pour l'Afrique (CEA), l'Union internationale des télécommunications et les institutions spécialisées dans le secteur des TIC en Afrique.

Ils ont également demandé à la Commission de "mettre en place une approche intégrée ainsi qu'un mécanisme de coordination impliquant les principaux acteurs africains et les partenaires au développement pour la mise en œuvre et le suivi de la Déclaration".

Cette déclaration est conforme au thème de la 14ème Session ordinaire de l'Assemblée des chefs d'Etat et de gouvernement dans la capitale éthiopienne, à savoir: "Les Technologies de l'information et de la communication en Afrique: Défis et perspectives pour le développement".

Les dirigeants ont entrepris "d'intensifier les activités de mise en œuvre du Cadre de référence pour l'harmonisation des politiques en matière de télécommunications et de TIC et de la réglementation en Afrique, de l'action pour le développement du secteur postal ainsi que le Plan d'action régional africain sur sur l'économie de la connaissance".

L'Afrique est la région du monde la moins développée. Avec une population de 922 millions d'habitants représentant 14% de la population mondiale, l'Afrique en 2006 ne comptait que 2,1% des lignes de téléphone fixe du monde, ce qui équivaut à 28,5 millions de lignes, soit une télédensité de 03 lignes fixes pour 100 habitants.

Egalement en 2006, l'Afrique représentait 5% et 2% des utilisateurs et des abonnés d'Internet dans le monde, ce qui faisait moins de 5 utilisateurs pour 100 habitants contre une moyenne mondiale de 17%, de 11% en Asie, de 35,7% en Europe et de 37% en Amérique.

Le Commissaire de l'UA pour les Ressources Humaines, la Science et de la Technologie (HRST), M. Jean-Pierre Ezine, a déclaré qu'une "volonté politique" était nécessaire ainsi que des politiques d'harmonisation pour accélérer l'utilisation des TIC pour soutenir les efforts de développement sur le continent.

En prêtant une oreille attentive à cet appel, les dirigeants ont déclaré qu'ils renforceraient les programmes nationaux et la coopération régionale pour le développement et l'interconnexion des structures à large bande, le déploiement des Points d'échange Internet régionaux et la connectivité en zone rurale.

Ils se sont également engagés à mettre en œuvre des programmes et des actions sur la formation, l'acquisition des compétences de base en matière de TIC et le renforcement des capacités, en particulier pour les organes nationaux et régionaux, à promouvoir la recherche et les activités de développement ainsi que la mise en place d'un environnement réglementaire favorable.

Les dirigeants africains ont invité les partenaires au développement, en particulier les institutions de financement, à soutenir la mise en œuvre de cette Déclaration.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher