topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : le CNC plaide pour la protection "physique" des journalistes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News, 25/10/2016 - Source Xinhua

 La protection "physique" des journalistes doit être au cœur de la loi de la presse au Burundi, estime M. Ramadhan Karenga (photo), journaliste de profession, ancien ministre burundais de l'Information et actuel président du Conseil National de la Communication (CNC).

"Le problème crucial d'actualité, c'est cette préoccupation omniprésente portant sur la sécurité physique des journalistes et de leurs matériels pour pouvoir fonctionner normalement", a-t-il affirmé mardi à Bujumbura au cours d'une une interview accordée à Xinhua en marge d'une session d'information à des représentants des médias opérationnels au Burundi.

L'ancien ministre Karenga a encouragé les journalistes burundais qui ne se sont pas encore fait inscrire au registre national des médias instauré au CNC, à "presser le pas" en vue de se faire protéger par un cadre réglementaire adéquat.

Une mise à jour régulière de l'enregistrement des journalistes au registre national des médias, a-t-il expliqué, permettra au CNC burundais de s'acquitter "efficacement" de sa mission constitutionnelle de "protecteur" des droits des professionnels des médias vis-à-vis des obstacles croisés sur leur parcours professionnel.

"La pertinence de ce plaidoyer trouve ses fondements dans l'histoire récente burundaise ; car, qu'on se le dise avec intensité, cette nouvelle loi, sortie en pleine crise et dont le contenu est ignoré par la quasi-majorité des journalistes, n'a donc pas pu être vulgarisée et diffusée largement jusqu'ici", a-t-il fait remarquer.

La nouvelle loi, promulguée le 9 mai 2015 en remplacement de celle du 6 juin 2013 jugée "trop liberticide" par les professionnels des médias au Burundi, a-t-il insisté, est venue servir tous les courants médiatiques indépendamment de leur ligne éditoriale.

"Pour pouvoir exercer, ils doivent disposer, au préalable, d'une accréditation du CNC ; tout en restant, sur le terrain professionnel, en contact permanent avec l'institution de régulation pour la gestion des situations imprévus pouvant surgir de manière subite", a-t-il recommandé.

Pour exemple, il a cité l'implication récente du CNC, pour faire libérer au nord de la ville de Bujumbura une journaliste américaine, certes détentrice d'une pièce d'accréditation, mais qui s'était fait accompagner d'un collaborateur burundais "non encore inscrit" au registre national des médias.

Il a noté également que le gouvernement allait porter des aménagements pour la loi, dont une réponse à une disposition, qui, jusque-là, est restée conflictuelle.

"C'est celle-là qui disait que, pour exercer au Burundi, tout journaliste ou technicien d'information, doit requérir une carte de presse délivrée par le CNC ; alors que, la même loi dispose que le CNC, pour délivrer cette carte, doit recourir aux modalités précisées dans un texte de loi portant statut de journaliste professionnel et de technicien de communication, n'existant pas encore aujourd'hui", a-t-il explicité.

Pour lui, c'est cette situation qui explique pourquoi les journalistes burundais n'ont pas encore de carte de presse.

En attendant la délivrance de celle-ci, a-t-il dit, le CNC a été autorisé à "créer des conditions intermédiaires", via notamment la mise en place d'un registre national des médias, sur base duquel les professionnels peuvent obtenir une "attestation de reconnaissance" de la part de cet organe de régulation.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher