topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Rapport de FIDH et Iteka sur les crimes commis depuis avril 2015 au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

FIDH, 15/11/2016

Burundi : une répression aux dynamiques génocidaires

(Paris, New York, Kampala, Bujumbura) La FIDH et la ligue ITEKA publient aujourd’hui le rapport Burundi : Une répression aux dynamiques génocidaires. Ce document est le résultat d’un an et demi d’enquête et d’analyse sur la répression et les crimes perpétrés par les forces du régime au Burundi depuis la grande vague de contestation populaire d’avril 2015.

Le rapport de 200 pages présente les crimes commis depuis avril 2015 au Burundi, principalement par les forces de sécurité du régime et les milices des jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure : meurtres, enlèvements, disparitions, tortures, viols, détentions massives. Les principaux lieux de détention et de torture sont répertoriés. Les chaines de commandement de la répression sont reconstituées et apportent la preuve que les directives viennent du plus haut sommet de l’État.

Les éléments recueillis par la FIDH et la ligue ITEKA confirment la radicalisation et les dérives extrêmement inquiétantes du régime : l’ethnicisation de la crise ; le recours à une propagande fondée sur une idéologie ethnique, qui assimile les opposants, les membres de la société civile, les journalistes, et les Tutsi à des ennemis du régime qu’il faut éliminer ; la poursuite des crimes de masse à huis clos ; l’utilisation d’unités d’élite et de milices pour réprimer les opposants ; la rupture de la coopération avec les Nations unies et le retrait du Burundi de la Cour pénale internationale (CPI).

Ainsi, le président du Sénat burundais, Révérien Ndikuriyo, s’exprimant le 1er novembre 2015, devant ses partisans et des miliciens issus de la jeunesse du parti au pouvoir (les Imbonerakure), déclarait en désignant les Tutsi : « Si vous entendez le signal avec une consigne que ça doit se terminer, les émotions et les pleurs n’auront plus de place ! Vous devez pulvériser, vous devez exterminer ces gens (…) Attendez le jour où l’on dira « travaillez », vous verrez la différence ! ».

Le rapport documente et dénonce également les violences dont sont victimes les rares personnes, défenseurs des droits humains, journalistes et intellectuels, qui ont encore le courage d’enquêter et de faire connaitre cette situation.

Il dénonce également les violations commises par les groupes armés d’opposition qui mènent une politique d’assassinats ciblés et des attaques dans le pays qui attise la violence et renforce la répression.

Pour stopper la dérive meurtrière du régime, la FIDH et la ligue ITEKA appellent l’Union africaine et les Nations unies à déployer une mission d’imposition de la paix afin de protéger les populations civiles. La gravité des crimes commis et l’impunité totale dont jouissent leurs auteurs devraient pousser la CPI à enquêter sur les crimes commis au Burundi. Enfin, il est essentiel de relancer les discussions politiques et un dialogue interburundais inclusif pour trouver une issue à la crise.

- Lire le résumé du Rapport

- Lire l’intégralité du Rapport

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher