topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Un an de lourde tâche pour la commision d’enquête de l’ONU au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

RFI, 24-11-2016

Burundi : mise en place de la commission d'enquête de l'ONU sur les exactions

 Il y a environ deux mois, un rapport d'une mission d'experts indépendants des Nations unies au Burundi avait dénoncé de graves exactions dans le pays, surtout à l'actif des agents publics, ce qui avait abouti à une résolution préconisant la mise en place d'une commission d'enquête, malgré les protestations de Bujumbura.

C'est chose faite depuis mardi 22 novembre. Le Conseil des droits de l'homme a nommé ses membres. Quelles seront ses missions ?

La mission d'experts indépendants des Nations unies avait déblayé le terrain, en établissant au bout de six mois de travail que de probables crimes contre l'humanité étaient commis au Burundi depuis fin avril 2015 et le début de la grave crise qui frappe le pays.

Cette fois, le Conseil des droits de l'homme va plus loin en créant une commission d'enquête, conformément à l'une des principales recommandations de cette mission d'experts qui se trouve dans la résolution 33/24, adoptée par le Conseil des droits de l'homme le 30 septembre dernier à Genève.

« Identifier les auteurs »

La nouvelle commission est composée de trois éminentes personnalités connues pour leur engagement dans la lutte pour les droits de l'homme. A leur tête, l'Algérien Fatsah Ouguergouz qui connaît bien le Burundi pour avoir été rapporteur spécial des droits de l'homme de l'ONU pour ce pays.

Cette équipe aura la lourde tâche pendant une année d'enquêter en profondeur, d'établir les faits et leur ampleur, de les qualifier et surtout, d'« identifier les auteurs présumés de ces violations et abus afin qu'ils rendent des comptes ». Et elle pourra à cet effet recommander des poursuites s'il y a lieu.

Le Burundi ne collaborera pas

C'est ce qui fait peur, surtout au pouvoir burundais qui a décidé entre-temps de circonscrire le feu en se retirant de la Cour pénale internationale. Bujumbura menace également de ne plus collaborer aux enquêtes de l'ONU. « C'est ce qu'il ne faut surtout pas faire », estime un spécialiste des questions internationales, expliquant qu'une telle décision ne va pas arrêter les enquêtes et en rappelant qu'une telle enquête va concerner tous les responsables de violations des droits de l'homme au Burundi, y compris ceux de l'opposition.

Mais le travail de la commission s'annonce déjà compliqué car le Burundi ne collaborera pas, a expliqué à RFI Willy Nyamitwe, conseiller en communication à la présidence burundaise.

Willy Nyamitwe : « C'est une insulte au peuple burundais. La commission est créée suite à une résolution du Conseil des droits de l'homme que le gouvernement avait rejetée parce qu'elle se basait sur un rapport biaisé et erroné... par conséquent elle ne pourra pas bénéficier d'une collaboration. Mais elle peut enquêter via Whatsapp... On ne peut pas fouler aux pieds ce que nous avons de plus cher... »

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher