topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Les conducteurs de vélos-taxis mécontents des nouvelles régulations au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

Voice of America, 28 novembre 2016

 Les propriétaires des vélos-taxis à Bujumbura s’insurgent contre la mesure de la mairie de porter un gilet (photo) qui coute 13 000 francs burundais (9$). Le vélo - qui peut rapporter de deux à trois milles francs burundais quotidiennement - est largement utilisé comme moyen de transport par les Burundais.

Ce métier de conducteur fait vivre des milliers de citoyens, et cette nouvelle loi agacent les travailleurs. Une autre taxe sur la plaque d'immatroculation pourrait être également imposée sur les vélos-taxis.

La majorité des 700 000 habitants des quartiers de la capitale, souvent pauvres, se déplacent à vélo pour se rendent en ville faire leurs activités quotidiennes.

Nombreux sont ceux qui utilisent le vélo comme moyen de transport. Cet habitant du quartier Bwiza, au centre-ville de Bujumbura, indique que le vélo-taxi a une grande importance dans sa vie. Il indique qu’avec son maigre salaire, c’est le moyen de transport qu’il utilise souvent comparativement a ses rentrées mensuelles.

Pour ce conducteur d’un vélo-taxi qui a une famille à l’intérieur du pays et qui envoie mensuellement de l’argent, ce qu’il paie pour le gilet vient contrecarrer les projets financiers et le rend encore plus pauvre.

“Cette mesure est venue nous contraindre dans l’exercice de notre métier. Cet argent que l’ont nous demande, on ne peut pas l’avoir par jour ou même par semaine. Si nous avions au moins fait une réunion entre responsables, on aurait fixé une taxe consensuelle, et il n'y aurait pas eu de problème”, explique-t-il.

Même crie de désespoir pour cet autre conducteur de vélo-taxi.

“Je fais un versement quotidien de 100 francs burundais alors que je gagne entre 2 000 et 3 000 francs que j’utilise pour la restauration. J’économise entre 1 500 ou 2 000 francs. Imaginez-vous quand nous allons commencer à payer les plaques et autres. Ce sera très difficile pour nous.”

Selon les témoignages, des conducteurs des vélos-taxis affirment qu’ils sont obligés de payer de l’argent aux policiers, les accusant de corruption. Pour la police, les conducteurs de vélos-taxis traversent des quartiers et des zones où ils sont interdits d’accès et payent des amendes, comme le stipule la loi.

Il est à noter que le métier de conducteur des vélos-taxis fait également vivre des milliers de citoyens à Bujumbura et à l’intérieur du pays qui luttent heure par heure pour leur survie.

Christophe Nkurunziza, correspondant à Bujumbura

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher