topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)



Pour le fil complet des informations : Cliquez sur "Toute l'actualité" [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

Burundi/Sida : lancement officiel de la deuxième phase du projet OPP-ERA Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

@rib News, 28/11/2016 – Source Xinhua

 Les autorités burundaises ont lancé lundi la deuxième phase du projet OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms), fondé sur l'utilisation des plateformes polyvalentes ouvertes en vue de rendre accessible la charge virale (CV) pour les "personnes vivant avec le VIH" (PVVIH) et le diagnostic VIH des nourrissons.

Le directeur du Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS) au ministère burundais de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida, Herménégilde Nzimenya, a dirigé la cérémonie de lancement officiel du projet.

Grâce à l'appui d'une association française dénommée "Sidaction", quatre pays africains sélectionnés par la phase pilote de ce projet qui a vu le jour le 1er mars 2013, ont déjà pu réaliser sur la période opérationnelle du 1er août 2014 au 31 juillet 2016, 76.000 CV (tests de Charge Virale).

Il s'agit du Burundi avec 14.800 CV, du Cameroun avec 16.800 CV, de la Côte d'Ivoire avec 32.200 CV et de la Guinée avec 12.200 CV.

M. Nzimenya a indiqué dans son mot de circonstance que c'est grâce à l'ANSS (association nationale des sidéens et des séropositifs), que ce projet a pu démarré au Burundi en juillet 2013, et que plus de 10.000 Burundais ont déjà pu bénéficier de l'examen sur le contrôle de la charge virale.

Avec la deuxième phase de ce projet, a-t-il précisé, le Burundi va bénéficier de trois plateformes supplémentaires pour accélérer l'accès à la mesure de la charge virale.

C'est dans ce cadre, a-t-il expliqué, que les laboratoires du Centre Hospitalo-Universitaire de Kamenge(CHUK) et de l'Institut National de Santé Publique(INSP) en Mairie de Bujumbura, et de l'hôpital de Muyinga (nord-est) au niveau des provinces rurales, seront renforcés en terme de capacités pour les examens biologiques sur la charge virale VIH, le diagnostic précoce VIH du nourrisson et le dépistage de la tuberculose.

M. Nzimenya s'est dit heureux de constater que sur les 14.800 Burundais sous traitement ARV et ayant eu accès au contrôle de la charge virale au cours de la première phase du projet OPP-ERA, plus de 80% sont "en succès virologique".

Le succès virologique dont il est question, signifie qu'une très forte majorité des patients burundais sous ARV, ont aujourd'hui une charge virale indétectable. "Certes, cela ne signifie qu'ils sont guéris, mais que tout en étant toujours porteurs du VIH, que pour eux, le risque de contaminer est très minime", a noté pour sa part Mme Jeanne Gapiya-Niyonzima, présidente et représentante légale de l'ANSS.

Selon l'ONUSIDA, il est impératif de maintenir une charge virale "indétectable" en faisant en sorte que chaque patient sous traitement ARV, bénéficie d'un contrôle de la charge virale au moins une fois par an.

Pour l'ONUSIDA, s'astreindre à une telle rigueur permettra d'atteindre l'objectif "90×90×90" afin de contrôler la pandémie du Sida au niveau mondial et de préserver la santé des patients.

Cet objectif signifie que l'ONUSIDA et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) militent pour que 90% des personnes séropositives connaissent leur statut sérologique à travers le monde, que 90% des personnes séropositives connaissant leur statut aient initié un traitement ARV et que 90% de ces dernières aient un traitement efficace à travers le contrôle de leur infection sur le plan virologique. 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition


Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2014