topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : les champs de maïs "mis à mal" par des chenilles dans quatre provinces Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

@rib News, 03/12/2016 – Source Xinhua

 Les champs de maïs dans quatre provinces burundaises sont actuellement "mis à mal" par des chenilles "défoliantes" à l'origine des dégâts majeurs contre cette céréale alimentant une immense majorité de la population burundaise, a-t-on appris d'Alexis Mpawenayo, chercheur à l'Institut des sciences agronomiques du Burundi(ISABU).

Les quatre provinces concernées sont Bubanza (ouest), Bujumbura (ouest), Muramvya (centre) et Kayanza (nord).

Au cours d'une interview accordée samedi à Xinhua, M. Mpawenayo a précisé que les dégâts ad hoc peuvent atteindre "plus de la moitié du champ, voire sa totalité" dans la mesure où ces chenilles mangent les feuilles jusqu' à ce que celles-ci soient entièrement détruites.

Là où le bât blesse, a-t-il souligné, c'est que l'expertise burundaise en la matière, "n'est pas encore parvenue à déterminer les espèces" auxquels appartiennent ces insectes.

Selon lui, pour sortir des ténèbres actuelles, l'ISABU envisage envoyer, pour identification, les échantillons de ces insectes les instituts internationaux des pays développés ou émergeants, dotés d'une expertise "avérée" en matière d'agriculture tropicale.

En attendant, a-t-il expliqué, l'ISABU se rabat sur les moyens de bord tels que la mobilisation des agriculteurs pour combattre ces insectes à l'aide des pesticides à base de "pyrethrinoides".

Ces pesticides, a-t-il ajouté, ont l'avantage d'être "moins polluants et moins toxiques".

Cependant, il a déploré le "déficit" d'encadrement des populations cibles en ce concerne le bon usage de ces produits chimiques.

"En effet, l'usage anarchique des pesticides cause d'importants dégâts, aussi bien humains qu'environnementaux, en l'occurrence la prolifération des maladies cancéreuses chez l'homme, et une rupture de l'équilibre écologique en tuant à la fois les bons et les mauvais insectes", a-t-il laissé entendre.

L'usage anarchique de ces produits chimiques crée également des résistances, avec au bout du processus, la prolifération des insectes nuisibles, a-t-il expliqué.

Toutefois, a-t-il fait remarquer, pour éradiquer des ravageurs sans devoir recourir à ces produis, le Burundi doit être innovateur en se gardant de "s'embourber dans la routine", notamment en remettant à l'honneur "certaines bonnes pratiques agricoles ancrées dans la tradition ancestrale burundaise comme la rotation des cultures".

Il a souligné également que le spectre du phénomène de changements climatiques plane également sur la prolifération des ravageurs de plantes.

"L'adaptation des ravageurs aux changements climatiques fait que certaines espèces qui n'étaient pas nuisibles avant le soient aujourd'hui, et ce sans écarter le fait que certaines autres espèces disparaissent, avec pour effet pervers la création d'un déséquilibre écologique", a-t-il fait savoir.

M. Mpawenayo a saisi l'occasion pour révéler que deux autres espèces de ravageurs déjà identifiés à l'ISABU, s'attaquent également aux plantations d'eucalyptus à travers au Burundi.

Il a cité du Glycaspis brimblecombei et du Thamastocoris peregrinus.

Le premier, signalé pour la toute première fois au Burundi vers l'année 2013, a été identifié en Australie il y a de cela 150 ans, apparu aux Etats-Unis en 1998, observé en 2000 au Mexique et détecté en 2012 en Afrique du Sud.

En revanche, a-t-il nuancé, la seconde espèce, et dont la découverte est récente, fait encore objet de "recherches approfondies", en dépit des similitudes avec le premier au niveau des symptômes et des dégâts causés sur les eucalyptus.

A cause de la complexité du comportement biologique de ces ravageurs, a-t-il signalé, les recherches en cours sur l'horizon 2017, se focalisent sur la promotion et la vulgarisation des variétés d'eucalyptus, qui résistent à ces ravageurs.

Toutefois, a-t-il averti, le fer de lance au niveau du combat ad hoc est orienté sur "les études sur l'usage de la lutte biologique", par sa "rapide" efficacité en ce qui concerne la "mise au point d'autres insectes ennemis". 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher