topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Des réfugiés burundais au Rwanda commémorent les tueries de décembre 2015 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

RFI, 13-12-2016

Rwanda : les réfugiés burundais commémorent leurs morts de décembre 2015

Des Burundais réfugiés à Kigali se sont réunis ce lundi 12 décembre dans la capitale rwandaise lors d'une messe organisée en mémoire de leurs compatriotes tués il y a un an, les 11 et 12 décembre 2015.

Le 11 décembre 2015, trois casernes militaires avaient été la cible d'une attaque simultanée de groupes armés hostiles au président Pierre Nkurunziza. S'en est suivi une violente répression: les forces de sécurité ont procédé à des ratissages dans les quartiers contestataires au cours desquels elles sont notamment accusées d'avoir procédé à des exécutions sommaires. [Des cadavres jonchaient les rues de Bujumbura au matin du 12 décembre 2015.]

L'église Régina à Kigali raisonne de chants et de prières en kirundi. Devant l'autel, face à quelque 200 Burundais, la voix entrecoupée de sanglots, une femme raconte comment son frère a été tué le 12 décembre 2015. Darcy, un opposant au 3e mandat qui préfère utiliser un pseudonyme, se souvient lui aussi de la répression. « Ils sont rentrés dans les (maisons). Ils tuaient tout ce qui bougeait à l'intérieur, ils violaient les femmes qu'ils trouvaient à l'intérieur et pourtant c'étaient des policiers de l'Etat, des militaires qui devaient protéger la population », raconte Darcy.

Cette commémoration intervient alors que vendredi le facilitateur dans la crise burundaise a tenu des propos qui ont fortement déplu à l'opposition. L'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa a jugé inutile de continuer à contester la « légitimité » du président burundais Pierre Nkurunziza. Serge, un réfugié est amer. « La communauté internationale, la région a oublié le Burundi, explique Serge. Quand on entend des disparitions des tueries, des atrocités qui se font chaque jour et que l'on entend un soi-disant médiateur dire qu'un gouvernement pareil est légitime c'est honteux ».

Face à cette nouvelle impasse annoncée dans les négociations certains s'inquiètent et prédisent une nouvelle flambée de violence au Burundi. Ces violences, les pires enregistrées depuis un coup d'Etat manqué de mai 2015 ont fait 87 morts selon le gouvernement, tandis que l'ONU évoque un bilan de 200 civils tués.


 

AFP, 13/12/2016 - Source AFP

Des réfugiés burundais de Kigali rendent hommage aux victimes des violences de décembre 2015

"Nous sommes ici pour commémorer, sentir que nous sommes toujours ensemble même s'ils sont morts", confie Darcy, un réfugié de 32 ans, venu comme 200 autres Burundais rendre hommage lors d'une messe à Kigali à ses compatriotes disparus les 11 et 12 décembre 2015 à Bujumbura.

Le 11 décembre, trois casernes militaires - deux dans la capitale burundaise Bujumbura, et une dans une province voisine - font l'objet d'une attaque coordonnée par des groupes armés hostiles au président burundais Pierre Nkurunziza.

Dans la foulée, les forces de sécurité procèdent à des ratissages dans les quartiers contestataires au cours desquels ils sont accusés d'avoir procédé à des exécutions sommaires. Les violences, les pires enregistrées depuis un coup d'Etat manqué en mai, ont fait 87 morts selon le gouvernement, tandis que l'ONU évoque un bilan de 200 civils tués.

"Ils sont rentrés (dans les maisons). Ils tuaient tout ce qui bougeaient (...), ils violaient les femmes qu'ils trouvaient à l'intérieur et pourtant c'étaient des policiers de l'Etat, des militaires qui devaient protéger la population", accuse Darcy. Comme beaucoup de réfugiés ayant manifesté contre le 3e mandat du président Nkurunziza, il préfère utiliser un pseudonyme de peur de représailles contre ses proches restés au Burundi.

"Nous étions terrifiés", se souvient celui qui a fui son pays environ deux semaines après cette nouvelle flambée de violences.

Le Burundi est plongé dans une grave crise depuis l'annonce en avril 2015 de la candidature de M. Nkurunziza à un troisième mandat controversé et son élection en juillet de la même année. Les violences ont fait plus de 500 morts et poussé plus de 300.000 personnes à quitter le pays, dont 83.000 au Rwanda voisin.

L'opposition estime que la Constitution et les accords d'Arusha, qui ont mis fin à la guerre civile (300.000 morts entre 1993 et 2006), n'autorisaient pas le président Nkurunziza à briguer un 3e mandat. Elle est accusée par le gouvernement d'être derrière une tentative de putsch en mai 2015 et les violences actuelles.

Un rapport de l'ONU publié le 20 septembre accuse le gouvernement burundais d'être responsable de graves violations des droits de l'homme et a mis en garde contre de possibles "crimes contre l'humanité" et un "grand danger de génocide".

A l'intérieur de la bâtisse de brique de l'église Régina Pacis de Kigali, des réfugiés, bougie allumée dans la main, chantent et prient en kirundi, la langue locale au Burundi.

- Cauchemar -

Au pupitre devant l'autel, la voix entrecoupée de sanglots, Carmel raconte comment son frère a été tué pendant la répression, devant un public visiblement ému.

"Lorsque tu vois quelqu'un que tu connais et qui est mort, c'est comme un cauchemar", souffle la jeune femme de 19 ans. Carmel a quitté Bujumbura avecsa famille en octobre 2015, et dit être venue à cette messe "prier pour (son) pays".

Les récentes déclarations du facilitateur dans la crise burundaise sont aussi sur toutes les lèvres des participants à cet hommage.

Vendredi, à l'issue d'une visite de trois jours à Bujumbura pour tenter de relancer le dialogue interburundais qui n'a jamais décollé, l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa a jugé inutile de continuer à contester la

"légitimité" de l'élection en 2015 de M. Nkurunziza, et appelé les parties à se concentrer sur la bonne tenue des élections de 2020.

Ces déclarations ont heurté le Cnared, une plate-forme qui regroupe la quasi-totalité de l'opposition burundaise en exil, qui a accusé M. Mkapa de s'être "rangé du côté de Pierre Nkurunziza".

Pour beaucoup de réfugiés, les déclarations de l'ex-président tanzanien ont éloigné encore davantage la perspective d'un retour dans leur pays. "Ça me fait vraiment de la peine, je pense que la communauté internationale, la région, a oublié le Burundi", lance avec amertume Serge Barahinduka, 52 ans, un ancien cadre de banque.

Tori, un journaliste burundais qui préfère utiliser un pseudonyme, s'attend à un nouvel afflux de réfugiés burundais. Il dit aussi craindre que face au désespoir provoqué par les propos du facilitateur, certains ne soient tentés d'"aller combattre au lieu de mourir de faim ici".

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher