topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Bujumbura s'inscrit en faux contre la "politisation" des droits humains Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 15/12/2016 - Source Xinhua

Le gouvernement du président Pierre Nkurunziza s'inscrit en faux contre la "politisation" de la question des droits humains au Burundi par certaines puissances et organisations étrangères depuis l'éclatement d'une nouvelle crise au pays en 2015, a déclaré jeudi M. Martin Nivyabandi, ministre burundais des Droits de la personne humaine.

Le ministre Nivyabandi dressait un état des lieux sur les droits humains au Burundi devant le Sénat, la chambre haute du parlement bicaméral burundais.

Le 20 septembre 2016, le conseil des droits de l'Homme des Nations unies basé à Genève a publié un rapport d'une "Enquête indépendante des Nations unies sur le Burundi" (EINUB) qui parle de "violations massives" des droits humains dans le pays depuis l'éclatement de la crise électorale burundaise d'avril 2015.

"Dans les années à venir, le gouvernement burundais veut se battre contre la politisation des droits de l'Homme à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Car, les rapports ad hoc jusqu'ici produits sur le Burundi sont biaisés, erronés et non fondées sur les faits. Car, dorénavant, nous allons enclencher la consolidation des synergies mondiales pour accélérer la dépolitisation de la question des droits humains au Burundi et sous d'autres cieux. L'enjeu majeur ici est que les droits de l'Homme n'aient plus de vernis politique, mais qu'ils soient traitées techniquement", a-t-il souligné.

Dans les années à venir, a-t-il ajouté, le Burundi mettra l'accent sur la protection des "droits socio-économiques et culturels" sans lesquels la promotion des droits civils et politiques serait un leurre.

Le 25 avril 2016, le Burundi avait fait l'objet d'un examen préliminaire par le Bureau de la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), la Gambienne Fatou Bensouda.

Dans son examen préliminaire, le Bureau de la procureure Bensouda, précisé qu'il a reçu, au titre de l'article 15 du Statut de Rome portant sur la création de la CPI, 23 communications relatives à la situation des droits humains au Burundi.

"Ces communications sont mensongères. Elles ont été déposées par les présumés criminels poursuivis par la justice burundaise, pour avoir commis différents crimes et délits prévus et punis par la loi pénale burundaise et qui font l'objet de mandats d'arrêt internationaux", a déclaré, pour sa part, devant la chambre haute du parlement bicaméral burundaise, Aimée Laurentine Kanyana, ministre burundaise de la Justice.

Le Burundi, a-t-elle insisté, a rejeté le rapport EINUB du 20 septembre dernier, parce qu'il repose sur des indicateurs "non quantifiables, non fiables et non vérifiables", et donc, "qui n'engage que ses auteurs".

Le président du Sénat, Révérien Ndikuriyo, a réagi vis-à-vis des plaidoyers des deux ministres en promettant que cette chambre haute du parlement ne manquera jamais d'être aux côtés du gouvernement burundais dans la défense de l'image de marque du Burundi dans le concert des nations.

Sur ce, il a demandé au gouvernement burundais de penser, dans un futur proche, à la "définition d'une feuille de route" des relations politiques entre le Burundi et la Belgique (ancienne puissance tutélaire de 1916 à 1962) pour que les relations bilatérales belgo-burundaises "ne souffrent plus d'aucun nuage".

A ce sujet, la ministre Kanyana a laissé entendre qu'à l'heure actuelle, le gouvernement burundais privilégie encore les "créneaux diplomatiques" dans une vision "d'assainir" les relations politiques entre le Burundi et son ancienne puissance tutélaire belge, qui a pris le relais de l'Allemagne en 1916 au lendemain de la fin de la Première Guerre mondiale. 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017