topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)



Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

Burundi : les ambassadeurs des pays de l'UE convoqués pour une explication Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

@rib News, 15/12/2016 - Source AFP

Les ambassadeurs de l'Union européenne (UE) et de ses Etats membres qui ont des représentions diplomatiques au Burundi ont été convoqués jeudi pour une demande d'explication après avoir manqué une réunion de travail, a-t-on appris de sources gouvernementale et diplomatiques.

Mardi, les ambassadeurs de l'UE, de l'Allemagne, de Belgique, de France (absent du pays) et des Pays-Bas n'avaient pas participé à une réunion à l'intention du corps diplomatique accrédité au Burundi avec le premier vice-président burundais, Gaston Sindimwo, et le ministre des Relations extérieures, Alain-Aimé Nyamitwe.

"Officiellement, ces ambassadeurs se sont tous absentés de cette réunion importante parce qu'ils avaient un calendrier chargé. Mais cela n'a trompé personne, car il s'agit clairement d'un boycott de cette activité, mais aussi une tentative de sabotage de cette activité très importante", a estimé un haut responsable politique burundais, sous couvert d'anonymat.

"C'est inadmissible et c'est pour cela que le ministre des Relations extérieures les a convoqués, pour leur donner un message clair, qu'ils doivent respecter les lois de ce pays", a-t-il poursuivi. "C'est un manque d'égard aux autorités d'un pays souverain".

La rencontre avec M. Nyamitwe a permis "d'échanger calmement nos points de vue pour décrisper autant que possible un climat déjà tendu", a expliqué à l'AFP un de ces diplomates, sous couvert d'anonymat.

Le Burundi est sous sanctions de l'UE et de ses pays membres, qui sont ses principaux bailleurs de fonds. Ces sanctions ont pour objectif de pousser le gouvernement à engager un dialogue avec son opposition en vue d'une sortie de crise, ce qu'il a toujours refusé jusqu'ici.

"Ce qui s'est passé mardi est un petit incident qui est le fruit d'une série de malentendus (...). Il (M. Nyamitwe) n'était pas content, mais nous avons fait le point sur un certain nombre de dossiers et nous lui avons fait part de nos préoccupations", a ajouté un autre diplomate européen, qui a également requis l'anonymat.

Ce diplomate a reconnu qu'ils avaient fait "profil bas", mais lui avoir aussi expliqué qu'ils ont "d'autres obligations" et ne pas pouvoir "être tenus par une telle injonction".

"Le pouvoir, qui souffre énormément des sanctions, tente de faire pression sur nous pour qu'on lâche du lest", a-t-il ajouté. "Il faut qu'il revienne à la raison et accepte de dialoguer avec l'opposition, mais on en est encore loin malheureusement".

Le Burundi est plongé dans une grave crise depuis la candidature en avril 2015 de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé et son élection en juillet de la même année. Les violences ont fait plus de 500 morts et poussé plus de 300.000 personnes à quitter le pays.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition


Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2014