topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : le gouvernement revoit sa coopération avec les ONG étrangères Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

@rib News, 24/12/2016 - Source Xinhua

Les députés burundais ont voté vendredi un projet de loi régissant sa coopération avec les ONG étrangères avec l'introduction des innovations pour assurer une meilleure coordination de leurs aides.

C'est le ministre de l'Intérieur et de la Formation Patriotique, Pascal Barandagiye (photo), qui est allé défendre le projet de loi devant les députés pour son vote.

D'après le ministre, "chaque ONG étrangère désirant s'installer et intervenir au Burundi doit payer une somme de 500 dollars, représentant les frais administratifs non remboursables et n'ayant aucune incidence sur les démarches d'agrément".

En outre, a expliqué le ministre, l'ONG étrangère et le ministère doivent signer un protocole d'exécution dans un délai d'un mois, faute de quoi la Convention est sujette à l'annulation. Elle doit aussi respecter la réglementation bancaire en vigueur, notamment en matière de change et ouvrir un compte en devises à la Banque de la République du Burundi.

Parmi les innovations annoncées par le ministre figurent aussi l'obligation imposée aux ONG étrangères de virer un tiers de leurs budgets sur leurs comptes avant la signature de la Convention Générale de coopération et le fait que les frais généraux ne doivent pas dépasser les 35% du budget annuel de l'ONG étrangère.

Ce projet de loi voté impose aux ONG étrangères de fournir au gouvernement du Burundi un rapport semestriel et annuel sur leurs activités et un budget/programme de leurs interventions pour l'année suivante ainsi que toute information ou renseignement exigé par l'administration.

"Une ONG étrangère qui ne respecte pas ces obligations s'expose entre autres à la suspension de la Convention Générale de coopération sans préjudice à l'application de la loi pénale et d'autres lois de la République du Burundi", a averti le ministre Pascal Barandagiye.

Il a enfin indiqué que les rémunérations nettes perçues par les employés locaux recrutés et employés par les ONG étrangères sont soumises au taux de 35% au titre d'une contribution spécifique.

Le ministre a expliqué que tout cela est fait pour éviter qu'une part importante de l'aide de ces ONG étrangères ne continue pas à échapper aux structures étatiques de coordination de gestion limitant ainsi son apport à l'économie nationale.

Il a observé "du désordre et de la confusion qui s'étaient installés dans ce domaine" alors que "les circuits réglementaires n'étaient plus respectés par les intervenants dans la gestion des questions en rapport avec les ONG étrangères".

Selon le ministre, cette situation générait plutôt des conflits de compétences et d'intérêts entre les responsables des départements ministériels intervenant dans la gestion de l'aide en général et celle passant par les ONG étrangères en particulier.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher