topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


PANAMA PAPERS : LE PRÉSIDENT DU BURUNDI MIS EN CAUSE DANS LE PILLAGE DE SON PAYS. Pour le fil complet des informations : Cliquez sur "Toute l’actualité" [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Budget 2017 : les autorités burundaises n’ont « plus de marge de manœuvre » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

RFI, 06-01-2017

AFRIQUE ÉCONOMIE

Burundi : l'Etat mise sur ses ressources internes pour financer le budget 2017

Au Burundi, le président Pierre Nkurunziza [photo] a promulgué samedi 31 décembre 2016, la loi portant sur la fixation du budget général 2017. Un budget en hausse de 5% par rapport à 2016, mais qui prévoit un déficit de 3% par rapport à l’année dernière. Dans un pays où la majorité de la population se paupérise de plus en plus, le gouvernement a pourtant prévu de nouvelles taxes pour compenser la diminution des aides extérieures.

Après la suspension d'une partie de l’aide budgétaire extérieure l’année dernière, le Burundi doit financer son budget général pour cette année 2017 avec 70% de ses ressources internes. C’est 20% de plus par rapport aux dix dernières années. Où l’Etat compte trouver le cinquième de son fonctionnement ? Désiré Murashitse, porte-parole du ministère des Finances : « On a un peu rehaussé certaines taxes au niveau de la grande consommation des ménages ; mais le déficit sera aussi plus financé par l’endettement intérieur et l’endettement extérieur. »

L’économie du Burundi s’enfonce depuis le début de la réélection « controversée » du président Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat. Pour Prime Nyamoya, économiste consultant auprès de la BAD, la Banque africaine de développement, les autorités burundaises n’ont « plus de marge de manœuvre ». « L’augmentation des taxes sur la bière et sur les produits pétroliers ne peut qu’accélérer l’inflation. D’autre part, le pays a déjà épuisé ses capacités d’emprunt, puisque l’émission des obligations auprès du secteur financier a atteint ses limites. Par conséquent, si le gouvernement continue d’appliquer cette politique, nous allons tout simplement assister à une accélération de l’inflation et à l’érosion du pouvoir d’achat des salariés. Nous pouvons avoir une monnaie qui ne représenterait presque plus rien. »

Pour redresser l’économie, les choix du gouvernement burundais sont inadaptés, selon le président de l’Olucome, l’Observatoire de la lutte contre la corruption et les malversations économiques. Gabriel Rufyiri propose certaines pistes : « Il faut tout faire pour équilibrer la balance commerciale, en développant les secteurs porteurs de croissance, les secteurs thé, coton, café, minier et d’autres domaines qui pourraient générer d’un côté des devises mais aussi remorquer d’autres domaines. »

Avec la hausse des taxes de cette année, les Burundais devront réduire, voire abandonner la consommation de certains produits, selon Pierre Nduwayo, le porte-parole de l’Abuco, l’Association burundaise des consommateurs. « Il y a certains produits, comme le sucre, dont les prix viennent d’être rehaussés à plus de 16%. Le sucre c’est un produit vital, mais d’autres produits pour lesquels même si on s’en abstient, il n’y aura pas de problème. Heureusement que les Burundais ne vont s’offrir que des produits qui sont essentiels. »  


 

 

 

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher