topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News – GÉNÉRAL ÉVARISTE NDAYISHIMIYE PRÉSIDENT ÉLU DU BURUNDI : La Cour constitutionnelle a validé, ce jeudi 4 juin dans l’après-midi, la victoire du parti présidentiel CNDD-FDD aux élections présidentielle et législatives du 20 mai dernier au Burundi. [@rib News, 04/06/2020] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

 

La Cour constitutionnelle du Burundi a rejeté jeudi le recours du principal parti d'opposition contre le résultat de l'élection présidentielle du 20 mai, et proclamé président élu le candidat du pouvoir, Général Évariste Ndayishimiye.
Sarkozy admet des "erreurs" françaises lors du génocide rwandais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 25/02/2010 – Source Reuters

 Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi que la France avait commis de "graves erreurs d'appréciation" lors du génocide rwandais de 1994, sans aller jusqu'à parler de "faute" ou présenter des excuses officielles.

Le président français s'exprimait lors d'une conférence de presse commune avec son homologue rwandais Paul Kagame au cours de laquelle les deux hommes ont exprimé leur volonté de tourner la page de ces événements tragiques, qui ont fait 800.000 morts, pour rebâtir la coopération entre Paris et Kigali.

"Ce qui s'est passé ici est inacceptable et oblige la communauté internationale, dont la France, à réfléchir à ses erreurs qui l'ont empêchée de prévenir et d'arrêter ce crime épouvantable", a-t-il dit.

Prié d'en dire plus sur la nature de ces erreurs, il a répondu : "De graves erreurs d'appréciation, une forme d'aveuglement quand nous n'avons pas vu la dimension génocidaire du gouvernement du président (Juvénal Habyarimana) qui a été assassiné, erreurs dans une opération (militaire) Turquoise engagée trop tardivement et sans doute trop peu".

Le pouvoir rwandais a accusé la France de complicité dans les événements via son soutien au régime Habyarimana.

PAS D'EXCUSES

Il reproche en outre aux militaires français de l'opération Turquoise, censée protéger les populations civiles et les réfugiés au plus fort de la crise de 1994, d'avoir secouru des miliciens hutus responsables du génocide ou de leur avoir permis de fuir vers le Zaïre voisin.

A la question de savoir pourquoi la France n'avait pas, à l'instar de la Belgique, l'ancienne puissance coloniale du Rwanda, présenté d'excuses officielles, il a indiqué que chaque pays avait son histoire et qu'il n'était pas venu à Kigali "pour faire une course au vocabulaire".

"Nous sommes ici pour réconcilier des nations, nous sommes ici pour aider un peuple qui a été meurtri", a-t-il encore dit. "Et c'est pour tourner une page que nous engageons un processus qui sera un processus qui évoluera étape par étape."

Paul Kagame a abondé dans le même sens.

"Refusons d'être otage du passé. Des erreurs ont été reconnues, on en a discuté et, au fur et à mesure que nous abordons cette réalité, l'essentiel est de regarder vers l'avenir", a-t-il déclaré.

"Il est temps de mettre sur pied une nouvelle relation, un nouveau partenariat basés sur la compréhension et une utilisation correcte de la vérité", a-t-il ajouté.

Premier président français à se rendre au Rwanda depuis 1994, Nicolas Sarkozy est venu sceller une réconciliation marquée par la reprise récente des relations diplomatiques entre les deux pays.

"COMPRÉHENSION"

Elles avaient été rompues fin 2006 après l'émission, par le juge anti-terroriste français Jean-Louis Bruguière, de mandats d'arrêt internationaux visant neuf proches de Paul Kagame, qui menait alors une lutte armée contre le pouvoir rwandais, pour la mort du président Juvénal Habyarimana.

La destruction en vol de l'avion de celui-ci, qui était piloté par des Français, avait été l'élément déclencheur de la chasse meurtrière de la minorité tutsie du Rwanda par des milices de l'ethnie hutue.

Les accusations du régime rwandais contre la France sont reprises dans le mémorial aux victimes du génocide de 1994, que Nicolas Sarkozy a qualifié de "monument bouleversant" après l'avoir visité jeudi matin.

"Il n'y a pas de gêne, il n'y a pas de mensonge, il y a simplement la compréhension du point d'équilibre pour chacun d'entre nous", a-t-il déclaré à propos de ses relations avec Paul Kagame, qu'il avait rencontré à deux reprises ces deux dernières années en marge de réunions internationales.

Il a reconnu que la visite d'un président français au Rwanda pouvait poser problème dans le pays mais qu'elle "fait débat aussi" en France, où les anciens de l'opération Turquoise ont toujours contesté la moindre responsabilité dans les violences.

"Mais le devoir des chefs d'Etat, c'est de voir plus loin pour organiser la réconciliation, voir l'avenir", a-t-il dit.

La nouvelle coopération bilatérale couvrira de nombreux domaines (commerce, éducation, santé). Paul Kagame s'est engagé à venir au prochain sommet France-Afrique, à Nice fin avril, "avec une contribution".

Autres signes de la normalisation : le centre culturel français de Kigali rouvrira ses portes avant la fin du premier semestre et l'école française Saint-Exupéry à la rentrée prochaine.


Sarkozy évite toute polémique au mémorial du génocide à Kigali

 Un dépôt de gerbe à l'arrivée, une dédicace des plus neutres au départ, Nicolas Sarkozy a visité jeudi le mémorial des victimes du génocide rwandais sans esquisser la moindre reconnaissance d'une responsabilité française dans les événements.

Arrivé en provenance du Gabon via le Mali, où il avait effectué une escale nocturne, le président français a entamé une courte visite au Rwanda par ce mémorial où sont inhumés les restes de 280.000 victimes des événements de 1994.

Après s'être incliné devant une fosse collective, il a passé une vingtaine de minutes dans les salles du bâtiment où sont retracés la genèse et le déroulement du massacre de quelque 800.000 Rwandais, pour la plupart d'ethnie tutsie, par des milices de la majorité hutue.

S'y succèdent des séries de photos sur les atrocités commises dans ce petit pays d'Afrique des Grands Lacs accompagnées de panneaux explicatifs, de portraits de victimes et d'orphelins du conflit.

Nicolas Sarkozy a suivi avec attention et sans rien dire les explications d'un guide, même quand celui-ci s'est arrêté devant un panneau mettant en cause la France et son dispositif sur place, baptisé Turquoise, accusés par les autorités de Kigali d'avoir aidé le pouvoir hutu alors en place.

"On peut voir là que l'armée française a formé des milices hutues", a dit le guide en montrant une photo de militaires de l'opération Turquoise accompagnant en jeep une troupe de civils armés de fusils en bois.

"RÔLE ACTIF"

Le commentaire qui accompagne le cliché est éloquent : "La France a joué un rôle actif en armant et en entraînant les forces armées rwandaises pendant la guerre civile."

Dès lors que les rebelles du Front patriotique rwandais, qui forment l'ossature du pouvoir aujourd'hui à Kigali, ont gagné du terrain, "l'opération Turquoise aboutit à la création d'une zone hors danger pour les génocidaires (...) et une route d'évasion vers le Zaïre" voisin, lit-on encore.

La France a toujours contesté ces accusations, sources de graves tensions depuis plusieurs années avec le Rwanda.

Nicolas Sarkozy n'a rien dit non plus quand son guide a souligné que Kofi Annan, le secrétaire général de l'Onu à l'époque, avait depuis présenté ses excuses en reconnaissant avoir sous-estimé la gravité des événements.

Premier président français à se rendre dans le pays depuis 1994, il s'est toujours refusé à présenter des excuses, ne reconnaissant en 2007 pour la France qu'une part de la responsabilité collective d'une communauté internationale qui n'a pas su se mobiliser pour mettre fin aux massacres.

Il est resté bien en-deçà dans les quelques lignes écrites sur le livre d'or du mémorial : "Au nom du peuple français, je m'incline devant les victimes du génocide des Tutsis. L'Humanité conservera à jamais la mémoire de ces innocents et de leur martyre".

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher