topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : la réduction du déficit énergétique au cœur des défis en 2017 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

@rib News, 01/02/2017 – Source Xinhua

La réduction du déficit énergétique au Burundi est au cœur des défis burundais à résoudre en 2017, a déclaré à Bujumbura Côme Manirakiza (photo), ministre burundais de l'Energie et des Mines.

Le ministre Manirakiza, qui s'exprimait dans une conférence de presse consacrée au bilan 2016 et aux perspectives 2017, a reconnu qu'en dépit des "améliorations notables" enregistrées en 2015 et poursuivies en 2016, le déficit énergétique a subsisté au Burundi.

En effet, a-t-il expliqué, la marge de manœuvre de la Régie des Eaux et d'Electricité (REGIDESO ; entreprise paraétatique), avec une capacité énergétique ne dépassant pas 40 mégawatts (40 MW), est "très réduite" à cause des aléas climatiques qui influent négativement sur le niveau de production énergétique au Burundi, du fait de la diminution des lacs de retenue.

"Malgré les progrès marqués à travers l'augmentation de la production énergétique en 2016, on déplore cependant ce changement de climat survenu de manière brusque, qui a perturbé le gouvernement burundais dans la mise en œuvre de sa politique énergétique", a-t-il insisté.

La centrale hydro-électrique (CHE) de Rwegura sise en province de Kayanza (nord du Burundi), a-t-il illustré, est un "cas d'école" sur l'impact négatif des aléas climatiques sur la production énergétique au Burundi.

Car, a-t-il révélé, cette centrale, naguère dotée d'une capacité installée de 18 MW, ne produise actuellement que 4 MW.

Même au niveau de l'interconnexion électrique régionale, le Burundi n'échappe pas aux effets pervers des changements climatiques sur la production énergétique, a souligné le ministre Manirakiza.

Sur ce, il a évoqué la "maigre" quantité énergétique obtenue actuellement par son pays via le canal de la Société Internationale pour l'Electricité des Grands Lacs (SINELAC) basée à Bukavu (Nord-Kivu ; RDC), institution spécialisée relevant de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL).

Celle-ci regroupe, depuis le 1er septembre 1976, la République Démocratique du Congo (RDC), le Rwanda et le Burundi.

"Jadis, le Burundi tirait de la SINELAC environ 12,5 MW ; mais aujourd'hui, il n'en tire que 6 MW au maximum. De 12,5 MW à 6 MW, c'est une nette sensation montrant le degré de nuisance de cette situation saisonnière, dont on souhaite une rapide disparution", a-t-il affirmé.

Pour réduire ce déficit énergétique, le gouvernement burundais envisage conclure en 2017, avec un producteur "indépendant", un contrat d'achat d'électricité à partir d'une centrale thermique à fuel "lourd" de 30 MW, en vue de mieux faire face à ces "caprices climatiques".

Le gouvernement, a-t-il ajouté, prévoit également l'ouverture d'autres chantiers en 2017 pour augmenter la production énergétique en 2017, notamment à travers les créneaux de vulgarisation des centrales solaires.

Cependant, le ministre Manirakiza a prévenu que les nouvelles initiatives envisagées pour "booster" la production énergétique au Burundi, pourraient influer sur la révision de la grille tarifaire de l'électricité jusqu'ici pratiquée par la REGIDESO.

Pour lui, deux motifs fondamentaux militent en faveur de cet ajustement, à savoir d'une part le souci d'harmoniser avec les tarifs régionaux ; et d'autre part, la prise en compte des "bonnes pratiques" actuellement en vogue dans le cadre de l'efficacité du mécanisme "partenariat-public-privé"(PPP).

Dans le but de mettre fin au déficit énergétique burundais pour le moyen et long terme, le ministre Manirakiza a annoncé en outre, des réalisations envisagées, grâce à des dons, à travers l'exécution des projets d'interconnexion régionale.

Sur ce, il a cité le projet de construction de trois lignes électriques régionales.

Il s'agit de la ligne Kamanyola (RDC) - Bujumbura (Burundi) avec une capacité installée de 220 KV pour un financement de 45 millions d'euros, la ligne Kigoma (Tanzanie) - Gitega (Burundi) avec une capacité de 220 KV pour un montant de 16 millions d'euros et la ligne Rusumo Falls (Tanzanie) - Gitega (Burundi) pour une somme de 19 millions d'euros.

Pour augmenter son offre énergétique, le Burundi poursuivra également en 2017 les projets de construction des centrales hydroélectriques sur les rivières de Jiji et de Murembwe (48 MW), de Mpanda (10 MW), de Kaburantwa (20 MW) et de Ruzibazi (15 MW).

Le projet de construction de la centrale hydroélectrique de Ruzibazi, sera exécuté avec un appui technico-financier du gouvernement chinois. 


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher