topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
RDC : quel sort réservé aux «irréguliers» rapatriés au Burundi ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

RFI, 02-02-2017

Jeudi 26 janvier, la RDC a organisé une grande opération de rapatriement d' « irréguliers » burundais qui étaient détenus depuis plus d'une année dans l'est de ce pays, une opération menée devant la Monusco, le HCR, la CIRGL ou encore le CICR.

Plus de 120 Burundais avaient accepté leur retour volontaire. Plus de 60 autres dont une vingtaine de Rwandais ont refusé tout net, disant craindre pour leur vie, ils ont été ramenés à Uvira où les autorités congolaises continuent à tout faire dans la transparence. [Photo : Des Burundais expulsés de la RDC, à leur arrivée au Burundi mardi 31 janvier 2017]

Mercredi 1er février, ces détenus sont encore une fois passés devant les autorités en présence du HCR, du CICR ou encore de la Monusco. Les autorités congolaises présentent tous ces détenus comme des « irréguliers » alors que Bujumbura se méfie énormément d'un groupe souvent qualifié de « rebelles ». Quel sort est réservé aux deux groupes ?

Dès leur arrivée au Burundi mardi soir 31 janvier, ces 124 personnes tous des jeunes gens, ont été acheminés vers un endroit tenu secret, officiellement pour leur sécurité, selon la ministre de la Justice, Aimée-Lorantine Kanyana. Ils auraient été placés dans des locaux bien gardés du quartier industriel de Bujumbura, à côté d'une ancienne école de police où leur interrogatoire a débuté dès leur arrivée.

L'objectif des autorités est d’identifier ceux qui appartiendraient aux nouvelles rébellions nées depuis le début de la crise au Burundi ou d'éventuels espions qui se seraient glissés dans le groupe, selon une source des services de sécurité.

Ces interrogatoires sont menés notamment par des agents du très redouté Service national de renseignement, le SNR, épinglé dans de nombreux rapports d'ONG des droits de l'homme et de l'ONU pour sa brutalité.

Mais ces gens n'ont rien à craindre, assurent différentes sources. Bujumbura veut faire de ces rapatriés un symbole pour montrer aux plus de 300 000 Burundais qui ont fui en exil qu'ils peuvent revenir sans crainte, dans un pays désormais en paix.

Pour ceux qui sont restés en RDC, quelque 65 détenus dont 18 qui se sont révélés être d'origine rwandaise, leur sort n'est pas encore fixé mais les autorités congolaises ont continué à jouer de la transparence à leur égard.

Tous vont être transférés à la prison de Bukavu, avant que les Rwandais soient renvoyés chez eux. Quant aux 35 Burundais restant, le HCR et la Monusco plaident pour qu'ils ne soient pas détenus indéfiniment.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017